Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La Tanière du Champi
  • : La Tanière du Champi se veut un lieu où l'on se sent bien pour lire (surtout des BD !), discuter, jouer... Au gré des humeurs, lectures, heures de jeu, j'essaierai de vous faire découvrir tout ce qui se cache sur les étagères poussiéreuses de ce petit mo
  • Contact

Cases dans le vent

Vous n'êtes pas sans savoir que, depuis quelques mois, je rédige des biographies d'auteurs de BD pour des l'encyclopédie en ligne des Editions Larousse.

Afin de vous permettre de retrouver plus rapidement l'ensemble de mes contributions, je vais essayer de les lister ici dans l'ordre de leur parution.

Bonne lecture, et n'hésitez pas à me laisser vos avis !

Champi à tout vent

David B. - Edgar .P. JACOBS - Bob de MOOR - Benoît PEETERS - François SCHUITEN - René GOSCINNY - Astérix - Manu LARCENET - HERMANN - Robert CRUMB - Osamu TEZUKA  - Jean-Pierre GIBRAT -





Contacts

6 mars 2014 4 06 /03 /mars /2014 09:03
Carte enjouée

"Quand un pilote consulte une carte, il fait un acte de foi : il affirme la foi d'un homme en d'autres hommes ; une carte est un symbole de confiance et d'espoir. Ce n'est pas comme une page imprimée, couverte de mots ambigus et artificiels qui, dans l'esprit du lecteur le plus crédule - et même parfois de leur auteur -, peuvent toujours donner matière à une certains suspicion.

Une carte vous dit : "Lis-moi attentivement, suis-moi fidèlement, ne doute pas de moi." Elle dit : "Quand tu me tiens dans le creux de ta main, c'est la terre que tu tiens. Sans moi, tu es seul, tu es perdu."

Et c'est la stricte vérité. Si toutes les cartes du monde étaient détruites et anéanties sous l'empire d'une volonté malfaisante, tous les hommes redeviendraient des individus aveuglés par leur isolement, les villes seraient coupées les unes des autres, et les bornes n'indiqueraient plus que des directions inutiles, qui ne mèneraient à rien.

Pourtant une carte, lorsqu'on la regarde, qu'on la sent, qu'on parcourt ses lignes du doigt, n'est qu'un objet froid et terne, sans humour, né d'un compas et d'une planche à dessin. Le contour de cette côte, ce tracé anguleux fait à l'encre écarlate, ne nous montre ni le sable, ni la mer, ni les rochers ; il ne nous parle pas du marin qui s'est lancé toutes voiles dehors sur des mers encore vierges, pour léguer à la postérité une information inestimable maladroitement dessinée sur une peau de mouton ou une tablette de bois. Pour un regard inattentif, cette tache brune représente tout simplement une montagne, mais pour l'escalader, il se peut que vingt hommes, ou dix, ou un seul, aient risqué et donné leur vie. Ici il y a une vallée, là un marécage, et là un désert ; et ici il y a une rivière, dont le tracé a été pour la première fois marqué par les pieds écorchés de quelque individu audacieux, guidé par sa curiosité comme un crayon dans la main de Dieu.

Vous avez votre carte en main. Dépliez-la, utilisez-la, puis jetez-la si vous voulez. Ce n'est qu'un morceau de papier. Ce n'est que du papier et de l'encre, mais si vous y réfléchissez un peu, si vous y pensez un instant, vous constaterez que ces deux substances se sont rarement conjuguées pour fabriquer un document aussi modeste, et pourtant aussi révélateur d'entreprises téméraires et de conquêtes historiques."

Beryl MARKHAM, Vers l'Ouest avec la nuit.

Partager cet article

Repost 0

commentaires