Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La Tanière du Champi
  • : La Tanière du Champi se veut un lieu où l'on se sent bien pour lire (surtout des BD !), discuter, jouer... Au gré des humeurs, lectures, heures de jeu, j'essaierai de vous faire découvrir tout ce qui se cache sur les étagères poussiéreuses de ce petit mo
  • Contact

Cases dans le vent

Vous n'êtes pas sans savoir que, depuis quelques mois, je rédige des biographies d'auteurs de BD pour des l'encyclopédie en ligne des Editions Larousse.

Afin de vous permettre de retrouver plus rapidement l'ensemble de mes contributions, je vais essayer de les lister ici dans l'ordre de leur parution.

Bonne lecture, et n'hésitez pas à me laisser vos avis !

Champi à tout vent

David B. - Edgar .P. JACOBS - Bob de MOOR - Benoît PEETERS - François SCHUITEN - René GOSCINNY - Astérix - Manu LARCENET - HERMANN - Robert CRUMB - Osamu TEZUKA  - Jean-Pierre GIBRAT -





Contacts

7 mai 2014 3 07 /05 /mai /2014 17:07
La colère de Fantômas T1

"C'est quoi un cinématographe ?

_ C'est UN cinématographe, et c'est la première représentation publique du spectac' le plus impressionnant qu'y soye possib' de voir à Paris ! C'est d'la photo qui bouge !"

Et pour bouger, elles bougent ces photos "à taille réelle" qui font rire le public après l'avoir effrayé (souvenez-vous, 1895, l'arrivée du train en gare de La Ciotat, tout ça...).

Elles bougent tellement qu'elles en contaminent le public : une femme en fuite pénètre dans la salle de spectacle, suivie par une sombre silhouette. Cris, coup de feu, émeute, face à face avec l'agent de police venu profiter du spectacle.

"Mais... qui êtes-vous ?

_ Je suis Fantômas."

Seize ans après ces tragiques événements qui coûtèrent la vie à deux innocents, l'histoire ne fait que commencer.

"Demain matin à 5H00, devant la prison de la Santé, Anatole Deibler, le bourreau de la République, allongera Fantômas sous les Bois de la Justice."

Dans la foule qui assiste à cette délivrance, Jérôme Fandor, rédacteur en chef adjoint de La Capitale, et l'Inspecteur Juve, dont la moustache a bien blanchi depuis sa première rencontre avec l'homme en noir. Il a fallu bien des années aux deux hommes pour venir à bout de leur proie.

"Seize ans pour capturer un seul homme, il n'y a pas de quoi être fier !" Le commissaire Havard ne mâche pas ses mots, irrité qu'il est par le succès de son subalterne (depuis le temps que Paris attendait cette arrestation !).

Il s'en passerait bien du succès, Juve, mais celui-ci le rattrape !

"Je suis Louis Feuillade. Directeur artistique de la Gaumont. [...] J'aimerais conter vos aventures au cinéma !"

Et voilà, la boucle et bouclée.

On peut passer à autre chose.

Comme si Fantômas était du genre à laisser les fleuves couler tranquillement et longuement.

Aussi tourmenté que la Seine, il ne peut manquer d'y remonter (sur scène, ah ah) lors d'une représentation théâtrale de La tache sanglante, qui raconte justement ses aventures.

C'est que l'homme a le sens du spectacle !

Et le "Je me vengerai" qu'il a fait retentir dans son dernier souffle est encore dans tous les esprits. Peut-on vraiment faire disparaître l'incarnation de la peur collective ?

"Le 10 février 2011, Fantômas a eu 100 ans.

[...] Il est le premier super-héros de l'Histoire. Tous les hommes et toutes les femmes masqués qui éclaboussent les cases des comics américains (sic) et les écrans de cinéma sont ses enfants illégitimes. Le sang de Fantômas coule dans les veine de chacun d'entre eux.

[...] Pour ceux qui auraient encore un doute : oui, le père de tous les super-héros est un super-vilain.

Aujourd'hui, juste retour des choses, c'est à son tour d'envahir les cases de la bande dessinée."

Olivier BOCQUET n'y va pas par quatre chemins : avec La colère de Fantômas, il se plonge aux sources de la littérature feuilletonnesque du début du XX°siècle pour mieux en extraire la quintessence qu'elle distille depuis plus d'un siècle dans les fabriques super-héroïques.

Un peu comme Serge LEHMANN l'a fait avec La Brigade Chirique, mais en s'emparant d'un personnage plus connu du grand public : Fantômas.

Pourtant "pour beaucoup, le premier terroriste de l'ère moderne [...] n'est plus qu'un pitre au masque bleu, poursuivi par un clown, à bord d'une DS volante."

Il fallait donc réhabiliter l'homme, l'ombre, le mythe.

Lui restituer toute sa force, sa fougue, sa virulence anarchiste et destructrice.

Avec ce tome 1, il a brillamment réussi son pari, même si, malgré une action sans limite, des rebondissements permanents et des personnages hauts en couleur, il donne un tout petit peu l'impression d'avoir délayé son histoire, qu'on aurait pu souhaiter plus concentrée.

La folie dynamique de son récit trouve un parfait écho dans le trait et les couleurs de Julie ROCHELEAU : la dessinatrice tord les lignes ou les allège, vide les regards pour les rendre plus expressifs, joue de la caricature comme de l'abstraction avec brio.

Chaque image palpite, portée par une mise en couleur qui sait s'appuyer sur les flous ou sur les nettetés avec efficacité.

Les ambiances sont fortes, denses quand il le faut, et bon nombre de cases ont un petit goût de MATTOTTI particulièrement appréciables.

En prime le découpage est parfaitement maîtrisé, riche de toutes les expériences possibles, et les onomatopées, dont la BD contemporaine se méfie souvent, ont une place et un traitement de choix.

Saluons donc des deux mains ce travail à quatre (mains) qui non seulement nous donne à voir de la belle et bonne BD d'enquête et d'action, mais nous permet également de redécouvrir un mythe qui, le temps et les adaptations passant, avait perdu de sa saveur.

Laissons, comme l'ont fait les auteurs, la parole à tous ceux qui, au fil du siècle, ont rendu hommage à l'insaisissable homme en noir, et courons vers le tome 2, en l'espérant tout aussi bon, et peut-être un brin plus dense ?

"Fantômas nous enchante d'un bout à l'autre par sa désobéissance aux règles et par le courage instinctif par lequel il survole l'intelligence." (Jean COCTEAU)

"Fantômas surgit parmi cette littérature comme un des monuments les plus formidables de la poésie spontanée." (Robert DESNOS)

"On a pu écrire que ce siècle était une invention de Fantômas. C'est fort probable et tout continuer à le prouver." (Alexandre VIALATTE).

Champimages qui bousculent l'Histoire.

La colère de Fantômas T1
La colère de Fantômas T1

Partager cet article

Repost 0

commentaires