Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La Tanière du Champi
  • : La Tanière du Champi se veut un lieu où l'on se sent bien pour lire (surtout des BD !), discuter, jouer... Au gré des humeurs, lectures, heures de jeu, j'essaierai de vous faire découvrir tout ce qui se cache sur les étagères poussiéreuses de ce petit mo
  • Contact

Cases dans le vent

Vous n'êtes pas sans savoir que, depuis quelques mois, je rédige des biographies d'auteurs de BD pour des l'encyclopédie en ligne des Editions Larousse.

Afin de vous permettre de retrouver plus rapidement l'ensemble de mes contributions, je vais essayer de les lister ici dans l'ordre de leur parution.

Bonne lecture, et n'hésitez pas à me laisser vos avis !

Champi à tout vent

David B. - Edgar .P. JACOBS - Bob de MOOR - Benoît PEETERS - François SCHUITEN - René GOSCINNY - Astérix - Manu LARCENET - HERMANN - Robert CRUMB - Osamu TEZUKA  - Jean-Pierre GIBRAT -





Contacts

31 juillet 2014 4 31 /07 /juillet /2014 10:58
La Fille Maudite du Capitaine Pirate T1

Entre la Mer du Khan et la Terre des Lions s'étendent les vastes mers d'Omerta, qui abritent en leur sein tumultueux d'innombrables et mystérieuses îles aux noms enchanteurs : Prastine, Rape pleutre, Tut, Priventh, Chien noyé, la Mèche du perroquet... Autant de contrées à explorer, piller, ou dans lesquelles se cacher. Autant de pistes à suivre pour la Fille Maudite du Capitaine Pirate.

Mais l'heure n'est pas encore arrivée.

En ce jour de 1728, sur les plages de Port-Elizabeth, en Jamaïque, la jeune fille doit en découdre avec deux gamins moqueurs :

"T'en as même pas, de père.

_ Si, j'en ai ! C'est le plus grand capitaine pirate des mers d'Omerta."

S'ensuit une belle correction dont Apollonia, la toute jeune fille du gouverneur Maygun, ne perd pas une miette : yeux écarquillés et bouche bée, elle assiste au spectacle et tombe sous le charme de la brune rebelle.

Envoûtée par les fantastiques récits que la Fille Maudite fait vibrer à ses oreilles, la blonde fille de bonne famille, cris en bouche et dague au vent, perturbe quelque peu le banquet que son père donne à son Altesse le Prince Povy lui-même. Depuis le temps qu'une visite royale était attendue ! Las, l'agitation de la jeunette ne fait rire l'invité qu'un temps, clos par le jet d'un fruit sur sa noble pomme.

Bref mais irrémédiable incident qui pousse le gouverneur hors de ses gonds : il mande M. Six, son homme de main (et de gros bras !) qui lui-même délègue au Squale, homme de bas-fonds et basses-oeuvres, l'ingrate mais nécessaire tâche de faire disparaître des plages locales cette Fille Maudite par la faute de laquelle tout est arrivé.

Mais tout le monde n'est pas la Fille Maudite du Capitaine Pirate, et le destin ne peut laisser les hommes agir comme ils l'entendent : par la voix d'un noir perroquet et d'un blanc requin échoué (un squale en chasse un autre) l'avenir de l'héroïne s'écrit en lettres d'encre et de sang.

Avec un oeil en moins ("Est-ce que tu trembles à la vision terrible de la Fille Maudite et affreusement défigurée du Capitaine Pirate ?") mais un allié en plus (Poivre d'As, de son petit nom d'oiseau bavard), la vaillante pirate peut à présent prendre le large (et le profond !) pour chercher son père.

Lourde tâche s'il en est : non seulement il lui faudra passer par l'Obscurum per Obscurieux, mais surtout "il y a cinq capitaines qui cinglent sur les mers d'Omerta sous le pavillon noir.[...] Et je ne sais pas bien auquel tu appartiens." S'il est de bon conseil, Poivre d'As sait rester prudent.

L'aventure ne fait que commencer.

Découvert lors de l'un de nos derniers Raging Bulles, La Fille Maudite du Capitaine Pirate joue dès la couverture et l'ouverture la carte de la plus exquise séduction : un dessin au trait riche et minutieux, une construction alternant planches traditionnelles, mises en page éclatées et grandes illustrations en simple ou double page et un récit sans temps mort rappelant les grandes heures de l'aventure picaresque et feuilletonnesque.

De grandes heures qui nous renvoient à l'univers graphique du XIX°siècle dans lequel Jeremy A. BASTIAN semble avoir puisé allègrement : Gustave DORE fait d'ailleurs partie des ses influences majeures et avérées.

Ajoutez-y une dose de folie douce et de liberté totale glanée chez Lewis CARROLL et vous aurez un petit aperçu du résultat final, dont l'inventivité visuelle et narrative permanente a presque un petit côté "écriture automatique".

La virtuosité graphique se déploie en multiples arabesques, les rencontres sont toutes incroyables, les personnages théâtraux en diable et leurs visages d'incroyables caricatures.

La demi-mesure n'a pas sa place au pays de BASTIAN, au risque parfois de surchager les cases ou de figer le récit par des pauses illustratives trop nombreuses et trop fortes.

Chaînons manquant entre les époques (du XIX°siècle à nos jours) et entre les genres (bande dessinée et récit illustré), La Fille Maudite du Capitaine Pirate est une très belle et bonne surprise, petit joyau niché au sein des exigeantes éditions de La Cerise.

Si sa lecture demande du temps et de l'attention (de quoi rebuter les lecteurs les plus pressés) et si le trait souffre parfois d'une légère raideur (le prix à pays pour les hachures, sans doute), l'oeuvre reste l'un des titres phares de ce début d'année 2014.

Pas étonnant que K.BD en ait fait l'une de ses lectures estivales.

Notre chant des sirènes iconophiles saura-t-il vous attirer vers les mers d'Omerta ?

La Fille Maudite du Capitaine Pirate T1
La Fille Maudite du Capitaine Pirate T1
La Fille Maudite du Capitaine Pirate T1

Partager cet article

Repost 0

commentaires