Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La Tanière du Champi
  • : La Tanière du Champi se veut un lieu où l'on se sent bien pour lire (surtout des BD !), discuter, jouer... Au gré des humeurs, lectures, heures de jeu, j'essaierai de vous faire découvrir tout ce qui se cache sur les étagères poussiéreuses de ce petit mo
  • Contact

Cases dans le vent

Vous n'êtes pas sans savoir que, depuis quelques mois, je rédige des biographies d'auteurs de BD pour des l'encyclopédie en ligne des Editions Larousse.

Afin de vous permettre de retrouver plus rapidement l'ensemble de mes contributions, je vais essayer de les lister ici dans l'ordre de leur parution.

Bonne lecture, et n'hésitez pas à me laisser vos avis !

Champi à tout vent

David B. - Edgar .P. JACOBS - Bob de MOOR - Benoît PEETERS - François SCHUITEN - René GOSCINNY - Astérix - Manu LARCENET - HERMANN - Robert CRUMB - Osamu TEZUKA  - Jean-Pierre GIBRAT -





Contacts

14 juillet 2014 1 14 /07 /juillet /2014 16:53
Le Journal de Frankie Pratt*

"Chapitre I

Cornish, New Hampshire

1920

Au commencement...

Mère m'a offert ce journal [scrap book] pour mon diplôme de fin d'études secondaires.

J'ai trouvé la vieille Corona [une belle machine à écrire] de papa dans la cave. Des souris ont grignoté l'étui, mais elle marche encore !

J'ai commandé le mode d'emploi gratuit pour apprendre à taper. J'écrirai une page par jour."

Ainsi entrons-nous dans la vie de Frankie ("Je déteste Frances"), et vice versa : par quelques mots tapés à la machine et des images glanées de-ci de-là pour illustrer son propos.

Une vieille publicité, une petite annonce, un objet collé... donnent très vite à cet univers de papier une densité et une présence rarement égalés et nous entraînent dans un voyage dans le temps particulièrement réussi.

1920 : Cornish, New Hampshire.

1920-1924 : Université de Vassar

1924-1925 : Greenwich Village

Janvier 1926 : L'Atlantique

1926-1927 : Paris

1927-1928 : Cornish, New Hampshire

8 ans dans la vie d'une jeune femme que l'on rencontre à 18 et qui s'engage sur les chemins houleux de la voie et de la vie à suivre.

Que faire ? Avec qui ? Être infirmière comme sa mère ou s'engager dans les études qui lui permettront peut-être un jour de devenir l'écrivain qu'elle aspire à être ?

De qui accepter les élans du coeur ? De l'esprit ?

Des considérations somme toute assez terre à terre mais qui, replongées dans l'époque et dans le contexte (les années 1920, une jeune femme "de la campagne") prennent une certaine dimension.

Photos, lettres, objets, cartes à jouer... Frankie ne nous épargne rien pour nous faire partager au plus près cette époque où la femme commence à s'émanciper et où la société de consommation fait ses premiers vrais pas.

Toutefois, loin de se contenter de mode et de superflu, Frankie, amoureuse des lettres, nous entraîne également dans la presse new yorkaise (True Story, The New Yorker) et parisienne (Aero). De Greenwich Village à Montparnasse elle croise, de près ou de loin, la route de James JOYCE ou d'Ernest HEMINGWAY, donnant ainsi encore plus de corps à une histoire qui n'en manque déjà pas.

En effet, à travers un destin singulier (et individuel), Caroline PRESTON brosse le portrait de toute une époque, d'une sorte d'Âge d'Or précédent la crise de 1929 et les sombres heures qui suivirent.

Bien sûr, l'angle adopté est idéal et sans doute idéalisé, loin de la vie des hordes de miséreux et d'ouvriers qui trimaient dans les bas-fonds en ce temps-là, plus près de Gatsby que de Jack LONDON, mais le résultat conjugue élégance et traces documentaires avec un certain talent.

Le Journal de Frankie Pratt offre une belle expérience de lecture que son titre original, The Scrapbook of Frankie Pratt, met davantage en valeur : "roman (graphique)", comme l'annonce la couverture, il fait la part belle aux images et articles découpés et, de silhouette en mannequin, d'homme idéal en femme iconique, il concentre toute une époque en quelques pages et quelques vies.

Saluons au passage l'admirable travail de traduction réalisé pour les éditions NiL : il a su conserver à l'oeuvre toute son intégrité.

Petit parallèle pour finir : à quelques années près, Le Journal de Frankie Pratt fait presque écho à Seul le silence, de R.J. ELLORY, dans lequel je suis plongé ces temps-ci, et qui suit les traces du jeune Joseph, aspirant écrivain lui aussi, dans la campagne profonde des Etats-Unis de la fin des années 1930.

Autres temps...

Champittérature en images, donc inclassable...

Le Journal de Frankie Pratt*
Le Journal de Frankie Pratt*
Le Journal de Frankie Pratt*

Partager cet article

Repost 0

commentaires