Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La Tanière du Champi
  • : La Tanière du Champi se veut un lieu où l'on se sent bien pour lire (surtout des BD !), discuter, jouer... Au gré des humeurs, lectures, heures de jeu, j'essaierai de vous faire découvrir tout ce qui se cache sur les étagères poussiéreuses de ce petit mo
  • Contact

Cases dans le vent

Vous n'êtes pas sans savoir que, depuis quelques mois, je rédige des biographies d'auteurs de BD pour des l'encyclopédie en ligne des Editions Larousse.

Afin de vous permettre de retrouver plus rapidement l'ensemble de mes contributions, je vais essayer de les lister ici dans l'ordre de leur parution.

Bonne lecture, et n'hésitez pas à me laisser vos avis !

Champi à tout vent

David B. - Edgar .P. JACOBS - Bob de MOOR - Benoît PEETERS - François SCHUITEN - René GOSCINNY - Astérix - Manu LARCENET - HERMANN - Robert CRUMB - Osamu TEZUKA  - Jean-Pierre GIBRAT -





Contacts

11 janvier 2015 7 11 /01 /janvier /2015 22:30
Hommes à la mer*

Mois de la nouvelle oblige, sur k.bd, après Insomnie et Goggles, je vous invite à un petit tour en mer. Inutile de vous dire qu'à bord des histoires proposées par RIFF REB'S, le voyage ne sera pas de tout repos.

Ne me dites pas que vous avez déjà oublié les tourments de son Loup des mers, entre tempêtes intérieures et flots démontés ? Ses Hommes à la mer sont ballot(t)és à l'identique, entre la plume cruelle des auteurs qui les ont fait jaillir de l'e/a-ncre et le pinceau incisif du magnifique dessinateur des flots.

Une nouvelle fois en effet RIFF REB'S n'est pas seul sur le pont : après Pierre Mac ORLAN (A bord de l'Etoile Matutine) et Jack LONDON (Le Loup des mers), il a fait appel aux plus grands pour nous entraîner sur les mers déchaînées. Joseph CONRAD, William Hope HODGSON, Mac ORLAN de nouveau, Edgar Allan POE, Marcel Schwob et Robert Louis STEVENSON voient ainsi certains de leurs textes mis en cases, tandis que HOMERE, Eugène SUE, Emile CONDROYER, B. TRAVEN, Jack LONDON, Victor HUGO et Jules VERNE voient un extrait de leur prose accompagné d'une grande illustration en noir et blanc.

La composition en alternance des bandes dessinées et des textes illustrés donne à l'ensemble du recueil un rythme, une respiration (visible dès les couleurs de la tranche, d'ailleurs) qui, de vague en ressac, nous porte au gré des flots.

Souvent graves (mais peut-on attendre autre chose d'un auteur qui avoue en post-face "rien ne m'amuse plus que le drame" ?), parfois grinçantes ou ironiques, ces histoires closent la trilogie maritime avec les thèmes les plus chers à l'auteur : la bien faible condition des hommes face à la mer et aux forces qui l'habitent.

Tempêtes, icebergs, baleines, poulpes, mais aussi sourire d'un soir, soif d'or ou de vengeance, ravagent les corps comme les esprits, inlassablement.

Quelles échappatoires pour ces marins condamnés à la mer par faute ou par choix ?

La folie, la mort, la fuite ou, plus rarement, un étrange flegme philosophique.

Citant ARISTOTE, PLATON, ou sans doute un peu des deux, RIFF REB'S rappelle en ouverture : "Il y a trois sortes d'hommes : les vivants, les morts et ceux qui vont sur la mer".

Suspendus entre deux eaux, deux vies, deux mondes, ses héros en perdition sont taillés dans le bois flotté dont on fait les légendes : jamais attachés, jamais tout à fait stables, ils se laissent emporter par l'onde, dévorer par les flots, disparaissant avec fracas, écume et panache parfois.

Le dessin adopté par l'auteur ne nous trompe pas, alternant la douceur des mers d'huile à l'impétuosité des ouragans. Le trait, d'une souplesse rare, marque bien la vie qui palpite dans le moindre corps, le moindre matériau. Les visages sont bien plus marqués - pommettes saillantes, mâchoires carrées - et se déforment sous la violence des sentiments (regardez de plus près la couverture !).

Les éléments - nuages et vagues avant tout - se moirent parfois d'un grain épais, entre pluie et papier, que l'on retrouve avec plus de corps dans les grandes illustrations accompagnant les extraits de nouvelles. La courbe y règne plus que jamais en maîtresse, déroulant vagues, tentacules, chaînes...

Côté couleurs, RIFF REB'S reste un adepte des monochromies de situation : à chaque histoire ou séquence d'histoire sa tonalité, du vert Antarctique au rosâtre galère, du feu fin de vie à l'émeraude maelström. Efficace et expressionniste à souhait.

En partageant avec nous les grands textes qui ont scandé l'aventure humaine en mer, et en les magnifiant par son découpage, son trait et ses couleurs, RIFF REB'S offre un magnifique travail d'adaptation qui nourrit autant l'envie de se plonger dans les romans et nouvelles que de sentir la caresse des embruns.

En rappelant combien l'homme n'est rien face à la grandeur majestueuse et la puissance infinie des flots, il nous invite autant à l'aventure qu'à la peur, l'admiration et l'humilité.

La condition humaine de plein fouet, comme une claque au goût salé.

Remarquable.

Champimages qui ne cesseront de voguer...

Hommes à la mer*
Hommes à la mer*
Hommes à la mer*

Partager cet article

Repost 0

commentaires