Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : La Tanière du Champi
  • : La Tanière du Champi se veut un lieu où l'on se sent bien pour lire (surtout des BD !), discuter, jouer... Au gré des humeurs, lectures, heures de jeu, j'essaierai de vous faire découvrir tout ce qui se cache sur les étagères poussiéreuses de ce petit mo
  • Contact

Cases dans le vent

Vous n'êtes pas sans savoir que, depuis quelques mois, je rédige des biographies d'auteurs de BD pour des l'encyclopédie en ligne des Editions Larousse.

Afin de vous permettre de retrouver plus rapidement l'ensemble de mes contributions, je vais essayer de les lister ici dans l'ordre de leur parution.

Bonne lecture, et n'hésitez pas à me laisser vos avis !

Champi à tout vent

David B. - Edgar .P. JACOBS - Bob de MOOR - Benoît PEETERS - François SCHUITEN - René GOSCINNY - Astérix - Manu LARCENET - HERMANN - Robert CRUMB - Osamu TEZUKA  - Jean-Pierre GIBRAT -





Contacts

18 avril 2015 6 18 /04 /avril /2015 10:43
Partie de chasse

Début des années 1980.

Un train un peu rouillé, un peu fatigué, fend le froid et la neige russes. A son bord, Vassili Tchevtchenko, membre éminent de bon nombre d'institutions russes. En route pour la retraite campagnarde de Tadeusz Boczek, vieux compagnon polonais, l'ancien membre du Politburo, affaibli par une maladie qui l'a, entre autres, frappé de mutisme, fait le point sur un presque siècle passé au service de la Mère Russie.

A ses côtés, dans le confort molletonné du wagon-cabine, Evgueni Golozov, fidèle soldat et polyglotte ukrainien, fait le point sur l'Histoire encore en marche pour éclairer la lanterne d'un jeune traducteur français recruté pour l'occasion.

Terminus au carrefour des grandes voies et petites voix du communisme est-européen : Ion Nicolescu (le Roumain), Vasil Stroyanov (le Bulgare), Pavel Havelka (le Tchèque), Janos Molnar (le Hongrois) : tous se retrouvent enfin pour une partie de chasse comme ils n'en ont plus mené depuis longtemps. Oiseaux, sangliers, cerfs, ours peut-être ? Le gibier ne manque pas et le silence ouaté nimbé de brouillard qui recouvre la campagne et les forêts environnantes est du meilleur effet.

"Chasse individuelle pour commencer, celle que préfère Vassili Alexandrovitch..."

Il n'est pas très à l'aise, le jeune Français, lui qui n'a jamais tenu un fusil. Lui qui sent bien les tensions et les non-dits entre les vieux compagnons de route.

Des tensions que l'arrivée de Günther Schütz (l'Allemand) n'apaisent pas : le brillant économiste n'apprécie guère le luxe de la vaste demeure qui les accueille.

"Eh oui, ça va, ça vient les privilèges... Et en définitive c'est à des indéracinables comme toi qu'elles profitent les dépenses somptuaires, hein Günther ?"

Un dernier homme descend de l'hélicoptère qui a conduit l'Est-Allemand jusqu'au point de rendez-vous : Sergueï Chavanidzé.

"[Il] n'a pas à embrasser celui dont il est le successeur. [...] Il va falloir que tu travailles pour le plus grand bien du camp socialiste sur les destinées duquel Sergueï est chargé de travailler."

Toutes les pièces sont en place. Le passé peut se relire pour mieux écrire l'avenir, entre les secrets, les non-dits, les mots de trop parfois, au service d'une tension croissante.

Ecrit au début des années 1980, Partie de chasse offre au scénariste - et journaliste - Pierre CHRISTIN l'occasion de bâtir une histoire s'appuyant sur une Histoire en marche : le lent effondrement du bloc de l'Est - plus que quelques années avant la chute du Mur de Berlin. La petite biographie de chaque protagoniste, proposée en début d'album, permet de réaliser la complexité des parcours de chacun et, d'une manière générale, des décennies écoulées, à partir notamment de la Deuxième Guerre mondiale. Prises de pouvoir, purges, arrestations, complots, renversements... La période n'a été tendre avec personne, dessinant une carte géo-politique des plus denses.

Une densité qui nuit parfois à la fluidité de la narration, tant dans les dialogues parfois très démonstratifs que dans des flash-back au propos appuyé. Conséquence d'une pagination réduite pour une matière aussi riche mais peut-être également d'un style d'écriture un peu trop ancré dans son époque.

Davantage détaché des contingences du réalisme historique, Pierre CHRISTIN parvint pourtant, dès la fin des années 1960, à nous parler politique sans en faire trop. Mais la légèreté de Valérian ne convenait sans doute guère à la collection "Légendes d'aujourd'hui" dans laquelle Partie de chasse s'inscrit.

Une collection qui a déjà réuni le scénariste avec Enki BILAL : La Croisière des oubliés, Le Vaisseau de pierre, La ville qui n'existait pas et surtout Les Phalanges de l'Ordre Noir, le plus politique des quatre.

Partie de chasse fait partie des albums du dessinateur dans lequel son style poursuit son évolution, perdant peu à peu ses hachures pour accorder plus de place à la couleur. L'ambiance hivernale laisse apparaître les teintes bleu-gris qui sont devenues sa marque de fabrique, ainsi qu'un usage parfois expressif de la couleur - les ors et le sang notamment.

Au milieu de ces ambiances un peu vaporeuses il anime des personnages à diverses époques de leur vie et imprime efficacement sur leur visage les marques du temps qui passe. Le tout dans des décors de fin de règne, où la rouille perce derrière les vernis et les dorures.

La fin d'un monde.

Malgré quelques travers aujourd'hui un peu datés, Partie de chasse fait partie des oeuvres fondamentales de la BD des années 1980 et de la fiction historique "contemporaine". En se consacrant à une période complexe riche en matière scénaristique, les deux auteurs jouent avec l'Histoire (sans la creuser autant qu'ils auraient pu, peut-être) et proposent un regard et une analyse plutôt justes sur un système politique et surtout sur les hommes qui l'ont porté, l'ont subi, mais n'ont pas forcément perdu leurs idéaux.

Intéressant, donc, quoiqu'un peu daté.

Parfaitement en phase avec notre thème d'avril sur k.bd : la Russie dans la BD.

Champimages d'archives

Partie de chasse
Partie de chasse
Partager cet article
Repost0

commentaires