Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : La Tanière du Champi
  • : La Tanière du Champi se veut un lieu où l'on se sent bien pour lire (surtout des BD !), discuter, jouer... Au gré des humeurs, lectures, heures de jeu, j'essaierai de vous faire découvrir tout ce qui se cache sur les étagères poussiéreuses de ce petit mo
  • Contact

Cases dans le vent

Vous n'êtes pas sans savoir que, depuis quelques mois, je rédige des biographies d'auteurs de BD pour des l'encyclopédie en ligne des Editions Larousse.

Afin de vous permettre de retrouver plus rapidement l'ensemble de mes contributions, je vais essayer de les lister ici dans l'ordre de leur parution.

Bonne lecture, et n'hésitez pas à me laisser vos avis !

Champi à tout vent

David B. - Edgar .P. JACOBS - Bob de MOOR - Benoît PEETERS - François SCHUITEN - René GOSCINNY - Astérix - Manu LARCENET - HERMANN - Robert CRUMB - Osamu TEZUKA  - Jean-Pierre GIBRAT -





Contacts

12 mai 2015 2 12 /05 /mai /2015 14:18
Juge Bao T2

Mon nom est Bao.

Juge Bao.

Figure historique, hiératique et presque mythique, j'ai marqué l'histoire de la Chine (du XI°s) comme je marque celle de la bande dessinée du XXI°s.

Imposant - il paraît que même l'empereur est à mes ordres -, sage et intransigeant, je n'hésite pas à enquêter partout où il le faut, même quand le devoir ne m'y appelle pas.

Ainsi je n'hésite pas à m'attarder dans la petite ville de Gong Xian pour y élucider une terrible série de meurtres alors qu'on m'attend depuis déjà un long moment à la capitale de province He Zhong, où la situation n'est pas très brillante non plus. Triste époque.

Je n'ai pas que ma barbe - mois de la barbe oblige, sur k.bd ! - pour m'aider dans ma lourde tâche : Zhan Zhao, Gongsun Ce et le jeune Bao Xing m'accompagnent. Leur rôle ? Il aurait fallu que je lise le tome 1 pour le savoir avec précision, mais tout me porte à croire que Zhan Zhao est mon homme d'action, Gongsun Ce mon médecin légiste et Bao Xing mon stagiaire. Les mystères de l'Orient sont impénétrables.

Leur secours ne sera pas de trop pour élucider le nouveau mystère auquel je suis confronté : celui du "roi des enfants" - comme l'indique la couverture. Une figure masquée (doublement masquée, même, comme si Minos et Minas avaient quitté Goldorak pour faire une incursion dans le monde de la bande dessinée en noir et blanc) et encapée dirige en effet les hordes d'enfants des rues pour surveiller, voler et bastonner tous ceux qui qui ne serviraient pas ses intérêts.

Juge Bao risque donc fort de goûter du bâton, lui qui reste envers et contre tout pour découvrir l'identité du meurtrier de la belle et jeune et brune et à la peau pâle Nuage Rouge. Non, Yakari est hors de cause, rassurez-vous.

Mais y a-t-il un lien entre ce meurtrier et le "roi des enfants" dont la principale activité, outre les passages à tabac et le vol à la tire, semble être l'extorsion de fonds auprès des marchands de la guilde locale ?

Mafia et serial killers du XI°s n'ont qu'à bien se tenir : sous ses airs d'inspecteur Derrick des rizières, Juge Bao ne s'en laisse pas compter et entend bien faire éclater la vérité au grand jour. Même si son ami de longue date le Juge Bai lui garantit que la ville dont il a la charge est tranquille. Dame Lian, qui s'inquiète pour la sécurité des jeunes orphelines qu'elle a prises sous son aile, n'aura pas fait appel au juge impérial pour rien.

Moitié panier de crabes, moitié sac de noeuds, la petite ville de Gong Xian offre le cadre idéal pour une enquête : divergences d'intérêts, bandes d'enfants en liberté, femme à la réputation sulfureuse, juge désorienté par la mort de sa femme... Tous les ingrédients sont réunis pour essayer d'embarquer le lecteur dans une aventure sinueuse aux nombreux rebondissements.

Et pourtant ça ne prend pas.

A quoi la faute ?

Au rythme étrange imprimé par un format (4 cases par page) qui syncope un récit par ailleurs bien souvent poussif ?

A l'emphase des postures, expressions et situations, qui laisse peu de place à la subtilité ?

A la rigidité d'un dessin surchargé de hachures et dont l'hyperréalisme fige la narration ?

C'est un bien étrange sentiment qui se dégage de cette lecture. Assurément Patrick MARTY aime la Chine, l'histoire et les polars. Assurément, Chongrui NIE maîtrise les techniques graphiques. Mais l'union de leurs talents donne un résultat assez froid, presque artificiel, en tout cas désincarné, comme si des acteurs forçaient le trait pour jouer des rôles manquant d'originalité.

Et ce ne sont pas les quelques scènes d'action qui viendront contrebalancer cet avis : poses outrées et compositions étranges n'arrangent rien à l'affaire. Sans compter la mise en page qui, souvent, par la taille des cases, nuit au sens de lecture. Problématique quand il n'y a que... quatre cases par planche.

"C'est une ville bien tranquille et prospère que tu administres, mon cher Bai.

_ Tranquille et terriblement ennuyeuse, mon ami."

Tout est dit : Juge Bao est à mes yeux un récit "tranquille et terriblement ennuyeux."

Dommage.

Champimages décevantes

Juge Bao T2
Juge Bao T2

Partager cet article

Repost0

commentaires

Bidib 25/05/2015 10:02

J'adore ton entrée en matière, ton style me fait toujours rire ! C'est un plaisir de te lire, même quand tu n'a pas aimé l'album.
Je n'ai lu que le tome 1 mais j'ai également senti une lourdeur due au dessin figé ou quelque chose qui m'a perturbé dans le rythme de lecture. Mais dans l'ensemble j'ai trouvé la lecture plutôt agréable

Champi 25/05/2015 12:39

Merci pour ce commentaire !
Disons que l'humour me permet de faire passer plus facilement certaines lectures indigestes ! :D