Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La Tanière du Champi
  • : La Tanière du Champi se veut un lieu où l'on se sent bien pour lire (surtout des BD !), discuter, jouer... Au gré des humeurs, lectures, heures de jeu, j'essaierai de vous faire découvrir tout ce qui se cache sur les étagères poussiéreuses de ce petit mo
  • Contact

Cases dans le vent

Vous n'êtes pas sans savoir que, depuis quelques mois, je rédige des biographies d'auteurs de BD pour des l'encyclopédie en ligne des Editions Larousse.

Afin de vous permettre de retrouver plus rapidement l'ensemble de mes contributions, je vais essayer de les lister ici dans l'ordre de leur parution.

Bonne lecture, et n'hésitez pas à me laisser vos avis !

Champi à tout vent

David B. - Edgar .P. JACOBS - Bob de MOOR - Benoît PEETERS - François SCHUITEN - René GOSCINNY - Astérix - Manu LARCENET - HERMANN - Robert CRUMB - Osamu TEZUKA  - Jean-Pierre GIBRAT -





Contacts

24 août 2015 1 24 /08 /août /2015 08:43
Le Petit livre de la bande dessinée*

Aussi surnommé "Le Petit Livre Jaune" (non, pas en mousse), dans les milieux autorisés pétris d'Histoire et d'humour chromatodermique (ah, ah <= rire jaune).

Prenez un Art relativement nouveau (légèrement antérieur à GUIMARD, si on y réfléchit), vieux d'un peu plus d'un siècle et demie ou de presque deux siècles, suivant votre propension à voir le verre à moitié vide ou à moitié plein, et tentez de compiler de la nuit des temps à nos jours (à 2014, plus précisément) les temps forts ou faibles des innombrables palpitations qui l'ont fait respirer, vivre, évoluer, en gros des grottes de Lascaux à Jérémy BASTIAN.

En voilà du grand écart chronologique, graphique et narratif.

De grosses pastilles noires vous permettent de ne pas vous perdre dans cette jungle historique : "11è siècle", "18è siècle", "19è siècle", en trois pages le plus long est fait. Mais pas le plus dense. Bien vite les pastilles s'espacent et, à partir de 1942, il faut au minimum 2 pages pour faire le tour d'horizon de l'année.

L'absence de pagination ne nous permettra pas de faire un ratio "nombre d'années par page" mais je vous laisse le soin de calculer par vous-mêmes lorsque vous entamerez la lecture de cet indispensable des bédéthèques.

Mais j'y reviendrai.

Après un Gon caché dans la première case puis un dialogue - sous case, bien sûr - préhistorique quant à l'apparition du phylactère, l'Histoire s'invite avec quelques incontournables des prémisses du genre BD : papyrus égyptiens, Colonne Trajane romaine, tapisserie de Bayeux... Autant d'occasions de croiser texte et image ou de mettre en scène une évolution chronologique, en somme une séquence, comme dirait Will EISNER.

Quelques siècles d'histoires qui fournissent le terreau nécessaire à l'apparition du genre BD dans une forme enfin aboutie - et désignée comme telle par son auteur - : la "littérature en estampes" de Rodolphe TÖPFFER.

Nous sommes en 1833 et l'h/Histoire ne fait que commencer.

Les deux auteurs, jumelles braquées sur les trois grands foyers mondiaux de la BD - tels que considérés actuellement - évoquent auteurs, éditeurs, personnages et temps forts aux Etats-Unis, en Europe de l'Ouest et autour du Japon. Les incursions en dehors de ces chantiers (artistiques) battus sont rares et parfois déroutantes (je ne retrouve plus la référence africaine que je voulais citer...) mais, comme le duo l'a fort justement rappelé en prologue : "cet ouvrage est un hommage sincère, quoique forcément subjectif."

Si leurs goûts sont aussi larges que leur champ de vision historique, on les sent avant tout sous le charme d'HERGE, MOEBIUS et FRANQUIN. Difficile de leur en tenir rigueur.

Proportionnellement, il me semble que la BD indépendante y occupe une place plus importante que la BD grand public, mais cette dernière n'a, par définition, pas autant besoin de publicité que la première.

Allez, prenons une année au hasard pour en faire le tour : 1977

- Joost SWARTE invente l'expression "ligne claire"

- le coeur de René GOSCINNY cède

- un anévrisme d'ALEXIS ne fait pas mieux

- Galaxy Express 999 se fait un rail cosmique

- Matt GROENING commence sa série fleuve Life in hell à base de lapins et d'humour

- Le Trombone Illustré fait une entrée remarquée et fracassante dans les pages de Spirou.

- Françoise MOULY est coloriste free-lance pour Marvel Comics

- Les éditions du Square lancent BD, l'hebdo de la bd, qui vécut 1 an

- HERGE est présent à la 3è édition du Festival de BD d'Angoulême

- Guillaume LONG, Lisa MANDEL Pierre MAUREL, OBION, Natacha SICAUD sortent de leur bulle

- CEZARD laisse Arthur le fantôme orphelin

En prime, l'album de l'année est Bazooka Production.

Le concept "d'album de l'année" apparaît avec Zig et Puce à New York, en 1930. L'occasion pour les auteurs de mettre en avant un titre phare, et surtout un bel espace offert à différents auteurs invités (Emmanuel MOYNOT, Christian CAILLEAUX, Jimmy BEAULIEU, Marion MONTAIGNE, Natacha SICAUD, Catherine MEURISSE...) de revisiter les couvertures de grands classiques.

Une bonne occasion pour nous, lecteurs et collectionneurs, de joueur à "mais qui à refait cette couverture ?" ou de s'interroger sur la présence ou l'absence de chaque titre sur nos étagères.

Côté auteurs, justement, difficile de savoir qui d'Hervé BOURHIS ou de TERREUR GRAPHIQUE a fait quoi : certes, BOURHIS a déjà signé d'autres Petits livres (successivement du Rock, des Beatles et de la Cinquième République) mais sa contribution n'est sans doute pas qu'historique. Quant à TERREUR GRAPHIQUE, il semble jouer au caméléon graphique avec un brio lui permettant de passer de la ligne la plus claire à la ligne la plus sale avec aisance. Un trait nourri à toutes les sources.

Le pinailleur que je suis ne pouvait laisser passer deux ou trois erreurs (faire commencer le 20è siècle en... 1900 !! ou orthographier "Cthulhu" autrement que comme ceci, Gemma Bovery redevenue Bovary...) mais difficile de ne pas apprécier l'exploit que constitue ce Petit livre. Les anecdotes y abondent mais bon nombre d'auteurs mineurs ou de faits oubliés sont remis en lumière et permettent de dessiner une Histoire un peu moins lacunaire de ce 9ème Art qui nous tient tant à coeur.

La lecture d'une traite en est fortement déconseillée sous peine d'overdose d'informations et de styles, mais un picorage régulier semble salutaire pour entretenir sa science du genre et l'élargissement de ses horizons graphiques et scénaristiques.

A vous d'y plonger.

Champimages à travers les âges.

Le Petit livre de la bande dessinée*
Le Petit livre de la bande dessinée*
Le Petit livre de la bande dessinée*

Partager cet article

Repost 0

commentaires