Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La Tanière du Champi
  • : La Tanière du Champi se veut un lieu où l'on se sent bien pour lire (surtout des BD !), discuter, jouer... Au gré des humeurs, lectures, heures de jeu, j'essaierai de vous faire découvrir tout ce qui se cache sur les étagères poussiéreuses de ce petit mo
  • Contact

Cases dans le vent

Vous n'êtes pas sans savoir que, depuis quelques mois, je rédige des biographies d'auteurs de BD pour des l'encyclopédie en ligne des Editions Larousse.

Afin de vous permettre de retrouver plus rapidement l'ensemble de mes contributions, je vais essayer de les lister ici dans l'ordre de leur parution.

Bonne lecture, et n'hésitez pas à me laisser vos avis !

Champi à tout vent

David B. - Edgar .P. JACOBS - Bob de MOOR - Benoît PEETERS - François SCHUITEN - René GOSCINNY - Astérix - Manu LARCENET - HERMANN - Robert CRUMB - Osamu TEZUKA  - Jean-Pierre GIBRAT -





Contacts

29 décembre 2015 2 29 /12 /décembre /2015 08:23
Nos guerres* - Chronique express

"Ce qui nous faudrait, c'est une bonne guerre."

Bien longue, bien sale, bien violente, parfaite pour relancer une économie moribonde, réguler une population galopante et, tant qu'à faire, fédérer la Nation face à un bouc émissaire si possible hors-frontières (sinon ça devient une guerre civile et ça il n'y a rien de pire en terme d'image internationale).

Grand-père avait combattu les Prussiens ?

Qu'à cela ne tienne : son petit-fils fera de même.

Bon, entre temps la Prusse a changé de nom mais n'en demeure pas moins l'ennemi héréditaire ( ah, la force de la tradition !) et, preuve qu'elle est restée la même, elle pourvoit toujours ses petits soldats en casques à pointe.

Peut-on résumer la guerre en 10 chapitres - alors qu'un mot suffit, à choisir entre "connerie", "barbarie", "horreur", "massacres" ou "c'est encore les petits qui trinquent pour les grands", mais je sais que ça fait plus d'un mot... - ? (oui, ma ponctuation est heurtée, et alors ? C'est la faute à la guerre).

10 angles de vue pour en appréhender plusieurs facettes, au front comme aux champs, au fond (de galeries de sape) comme au bordel, à l'hôpital de campagne comme au sanatorium. Autant de rouleaux compresseurs à illusions où seul le rire gras (et forcé, mais on fait comme on peut en temps de guerre...) provoqué par les histoires de fesses et de fèces (quintessence du comique ctroupier) résonne entre obus et barbelés.

"Rien de ce que j'ai vécu ces vingt dernières années ne m'avait préparée à cela."

Entre pochade et poésie, amertume et noirs souvenirs, le récit de David BENITO saccade des vies coupées en tranches par le Grand Conflit, Premier du nom, mondial et abominable.

Personne pour rattraper personne.

Trous d'obus et gueules cassées, petites gloires et souvenirs balayés, horreur partout et justice nulle part.

La guerre, quoi.

Au dessin, Laurent BOURLAUD pioche dans la riche et chaotique iconographie de l'époque : Pablo PICASSO par-ci, Fernand LEGER par là, BD de l'époque (petites vignettes carrées surplombant les textes) et motifs Art Déco en devenir.

A chaque histoire son style, tantôt net tantôt charbonneux, bien plus libre que les personnages qu'il dessine. Le CUBISME n'est jamais loin, parfaite illustration d'une déconstruction en perpétuelle exécution.

Et si bien des crânes et des visages vous évoquent Georg GROSZ c'est parce qu'il a su mieux que quiconque donner corps à l'horreur absurde et cynique.

Parfaitement écrit et illustré, Nos guerres n'a rien d'un conte de Noël ou d'une primesautière sauterie (youpla boum). Juste un devoir de mémoire salutaire où le fond et la forme conjuguent l'art et l'horreur au service de l'Histoire.

On a fait pire.

Champimages de guerres

Nos guerres* - Chronique express
Nos guerres* - Chronique express

Partager cet article

Repost 0

commentaires