Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La Tanière du Champi
  • : La Tanière du Champi se veut un lieu où l'on se sent bien pour lire (surtout des BD !), discuter, jouer... Au gré des humeurs, lectures, heures de jeu, j'essaierai de vous faire découvrir tout ce qui se cache sur les étagères poussiéreuses de ce petit mo
  • Contact

Cases dans le vent

Vous n'êtes pas sans savoir que, depuis quelques mois, je rédige des biographies d'auteurs de BD pour des l'encyclopédie en ligne des Editions Larousse.

Afin de vous permettre de retrouver plus rapidement l'ensemble de mes contributions, je vais essayer de les lister ici dans l'ordre de leur parution.

Bonne lecture, et n'hésitez pas à me laisser vos avis !

Champi à tout vent

David B. - Edgar .P. JACOBS - Bob de MOOR - Benoît PEETERS - François SCHUITEN - René GOSCINNY - Astérix - Manu LARCENET - HERMANN - Robert CRUMB - Osamu TEZUKA  - Jean-Pierre GIBRAT -





Contacts

1 novembre 2016 2 01 /11 /novembre /2016 21:15

"Deux événements d'importance majeure ont marqué le monde cette année-là. Ce fut d'abord l'invasion du Koweït par l'Irak. [...] L'autre événement fut constitué par la coupe du monde de football en Italie. [...] Un troisième événement eut lieu à la même époque, certes à l'échelle un peu moins mondiale mais qui nous aura plus marqué encore que les deux premiers : notre rencontre avec Petit Canard."

Petit Canard. Drôle de surnom pour un paumé pas tant rêveur que décalé, étrangement hermétique au monde et aux gens, plutôt inculte mais bien malgré lui, plutôt condamné par son boulot à la cimenterie mais sans que ça le gêne. Un banlieusard marseillais payé pour déplacer de la poussière d'un bout à l'autre de l'usine et qui fait la rencontre des Panthères.

Alex, Juliette, Léo, Marie et "moi", qui raconte l'histoire de ce groupe d'étudiants entre Aix et Marseille, fac de lettres et bords de mers, grands textes et grands idéaux, manifs et désirs de révolution.

"Petit Canard ne pouvait se targuer de posséder quelque talent que ce soit... Et c'était justement cette inaptitude à toute chose qui le rendait unique et donc digne de rejoindre notre groupe de fantoches."

Cette improbable rencontre a trois répercussions d'importance : elle prouve aux Panthères que la révolution n'est pas si facile à faire et elle fait découvrir à Petit Canard - que l'on appelle de plus en plus par son prénom, Manu - Gabriel Suarès, professeur de littérature, et la jeune Marie au bas du dos de laquelle s'étire une panthère rouge tatouée, tapie, méfiante, dansante, terriblement attirante. Tout ce qu'il faut pour que Manu se fraie un chemin au milieu des corps et des mots.

 

Chronique d'un époque, d'une génération, ode à une région et à la littérature, conte philosophique autant que drame social, Les Panthères mêle les nombreux thèmes qui parcourent l'œuvre de Jean-Marc PONTIER. Les discours critiques des uns démontent les mécanismes d'asservissement mis en place dans la société. Les analyses littéraires des autres nous plongent dans la richesse et la profonde des univers livresques. Les ballets entre les personnages nous baladent de la salle de repos de l'usine à un étrange et coloré "funny zoo".

Drôle de ménagerie que celle réunie ici par l'auteur, lentement recouverte par la poussière de ciment comme un linceul de nostalgie. Le monde se floute malgré les nouvelles lunettes, le magicien des mots perd la vue comme avant lui le plus célèbre barde argentin du XX°siècle, la mémoire va et vient comme une vague insaisissable et la panthère rouge, tout à la fois bannière, fanal et mystère, guide les regards, les caresses et les destins vers leur fin autant que leur résurrection.

 

Des livres et de corps, des mots et des gens, des non-dits et le temps qui passe ou revient en sautes d'humeur et d'amour : Les Panthères est riche de tout cela. Un peu trop bavard peut-être parfois - l'attrait pour les belles phrases a son revers - et peut-être un peu trop angélique - comme tout conte se doit sans doute de l'être pour faire mouche - il nous donne à lire une tranche d'univers foisonnante teintée de mélancolie.

"Tous ces gens sont morts depuis longtemps.

_ Ils ne sont pas morts. Ils sont immortels pour une raison simple : ils n'existent pas !"

Difficile de dire si c'est le cas ou pas ici mais une chose est sûre : Les Panthères et ceux qui les observent et qu'ils observent font aujourd'hui partie du multivers des livres. Une pierre de plus au Babel des mots.

 

Champimages comme des romans.

Les Panthères
Les Panthères

Partager cet article

Repost 0

commentaires