Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

PrÉSentation

  • : La Tanière du Champi
  • : La Tanière du Champi se veut un lieu où l'on se sent bien pour lire (surtout des BD !), discuter, jouer... Au gré des humeurs, lectures, heures de jeu, j'essaierai de vous faire découvrir tout ce qui se cache sur les étagères poussiéreuses de ce petit mo
  • Contact

Cases dans le vent

Vous n'êtes pas sans savoir que, depuis quelques mois, je rédige des biographies d'auteurs de BD pour des l'encyclopédie en ligne des Editions Larousse.

Afin de vous permettre de retrouver plus rapidement l'ensemble de mes contributions, je vais essayer de les lister ici dans l'ordre de leur parution.

Bonne lecture, et n'hésitez pas à me laisser vos avis !

Champi à tout vent

David B. - Edgar .P. JACOBS - Bob de MOOR - Benoît PEETERS - François SCHUITEN - René GOSCINNY - Astérix - Manu LARCENET - HERMANN - Robert CRUMB - Osamu TEZUKA  - Jean-Pierre GIBRAT -





Contacts

17 mars 2007 6 17 /03 /mars /2007 23:48
"Le ciel est trop haut, la terre est trop basse, le bar est juste à la bonne hauteur."

C'est par cette citation anonyme qu'Hervé LE TELLIER ouvre ses Sonates de Bar.
S'ensuivent près de 90 nouvelles d'une page et demie.
Toutes se déroulent dans la pénombre feutrée du Jay's, un bar de New-York ou d'ailleurs.
Entre Jay, Archie, et Rose, les clients passent, le temps d'une histoire, souvent triste, et le temps d'un cocktail.
Chaque nouvelle nous livre en effet le secret d'une recette de cocktail - Hervé LE TELLIER, OuLiPien, s'étant fixé une contrainte gastronomique.

Les mots coulent avec la douceur ou l'amertume des mélanges proposés au fil des pages.
Les nouvelles s'avalent d'un trait, et la soif grandit page après page, insatiable.

Portés par le blues du pianiste du Jay's, nous dérivons entre les verres et les destins, avec un comptoir comme unique bouée de sauvetage...

"A&B, Archie and me...

J'ai ouvert le Jay's pour la première fois un soir de janvier, un vendredi, en 19.. je ne sais plus. Il faisait nuit depuis longtemps quand j'ai mis la clé dans la serrure, ouvert la porte et tiré les rideaux rouges. Le bar ne sentait plus la peinture fraîche, le cuivre renvoyait les néons de la ville, et j'ai allumé quelques lampes, les lumières du bar. J'ai grillé une allumette, porté une cigarette à mes lèvres, pour le plaisir de la compagnie d'une volute.
Je suis allé au milieu de la salle et j'ai regardé autour de moi. La place était agréable, de là, on voyait presque toute la pièce, sauf les quelques tables derrière soir, et j'ai siffloté un vieil air de blues. Je n'ai pas entendu la porte s'ouvrir et j'ai sursauté quand quelqu'un derrière moi a dit : "Ouais, pas mal, mais il manque quelque chose pour que ce soit parfait..." Je me suis retourné, un grand type noir un peu enveloppé, un peu chauve, me regardait en souriant. Je suis resté sans rien dire, et il a poursuivi : "Je vous ai observé vous installer ces dernières semaines. C'est bien ce que vous avez fait, je veux dire, pour le quartier." C'était malgré tout un compliment, et j'ai souri : "Vous voulez quelque chose ? Je vous l'offre. Vous êtes mon premier client, ça porte bonheur." Il s'est frotté les mains et a fait : "Un, A & B, alors, si vous avez ce qu'il faut." J'ai hoché la tête : toutes le bouteilles du bar étaient pleines, et j'ai versé dans deux petits verres autant de Bénédictine que de calvados. Il a pris un verre dans ses doigts, ses mains étaient rondes et pourtant étrangement agiles. il a soulevé le verre : "Au succès du Jay's, alors... Jay ?" J'ai hoché la tête, et il a ajouté, comme pour s'excuser de ne pas s'être présenté : "Je m'appelle Archie..."
Il a cogné doucement son verre contre le mien, porté son regard vers la table où je m'étais assis tout à l'heure, et il a simplement dit : "C'est là qu'il faudra mettre mon piano."

Champittéraire.
Partager cet article
Repost0

commentaires