Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

PrÉSentation

  • : La Tanière du Champi
  • : La Tanière du Champi se veut un lieu où l'on se sent bien pour lire (surtout des BD !), discuter, jouer... Au gré des humeurs, lectures, heures de jeu, j'essaierai de vous faire découvrir tout ce qui se cache sur les étagères poussiéreuses de ce petit mo
  • Contact

Cases dans le vent

Vous n'êtes pas sans savoir que, depuis quelques mois, je rédige des biographies d'auteurs de BD pour des l'encyclopédie en ligne des Editions Larousse.

Afin de vous permettre de retrouver plus rapidement l'ensemble de mes contributions, je vais essayer de les lister ici dans l'ordre de leur parution.

Bonne lecture, et n'hésitez pas à me laisser vos avis !

Champi à tout vent

David B. - Edgar .P. JACOBS - Bob de MOOR - Benoît PEETERS - François SCHUITEN - René GOSCINNY - Astérix - Manu LARCENET - HERMANN - Robert CRUMB - Osamu TEZUKA  - Jean-Pierre GIBRAT -





Contacts

25 mars 2007 7 25 /03 /mars /2007 12:09
Forcément attiré par le titre de ce roman - le jeu d'échecs exerçant sur moi attirance et fascination sans que l'on puisse me qualifier de "bon" joueur, ni même de joueur tout cours, d'ailleurs... - j'ai eu grand plaisir à découvrir l'unique roman de Bertina HENRICHS.

Allemande installée en France depuis plus de 18 ans, Bertina HENRICHS, scénariste de documentaires et de fictions, a écrit une thèse - en français, comme son roman - sur les écrivains qui ont changé de langue en exil.

La Joueuse d'échecs en est la parfaite application, et sur plusieurs points.

En effet, entre les errances de la vie d'Eleni, femme de ménage quadragénaire prisonnière de son quotidien très "méditerranéen", Bertina HENRICHS glisse, par petites touches ou grandes tirades, son amour de la France et de la langue de Molière.

"Elle ne connaissait que trois mots de français. Son approche linguistique était uniquement sonore. Parfois elle écoutait son murmure dans la salle à manger. Il lui semblait que cette langue, et c'était bien son atout majeur, manquait totalement de sérieux. Aux oreilles d'Eleni, elle n'avait aucun ancrage dans la terre. Ses mots dansaient sur un parquet ciré, faisant de petites arabesques, des courbettes, se saluant, tirant des chapeaux invisibles dans un frémissement de satin et de tulle. Ces douces glissades devaient bien avoir des significations précises, désigner de vraies choses, Eleni en convenait, et c'était justement ce paradoxe qui lui paraissait formidable. Ce déploiement ailé de danseurs d'opéra pour demander le sel ou s'enquérir du temps, n'était-ce pas le comble du luxe ?"

Le propos principal tourne toutefois totalement autour du jeu des rois : Eleni, découvrant dans l'une des chambres de l'hôtel où elle travaille un jeu d'échec, décide d'en offrir un à son mari, afin qu'ils s'initient ensemble à ce jeu apporté par un couple de Français.
SI le mari ne se lance pas dans l'aventure, Eleni s'y engage... et très vite la passion du jeu la dévore.
En cachette, elle cherche un professeur.
En cachette, elle lit des manuels, expérimente les coups des grands maîtres... et s'éloigne peu à peu de la morosité de son existence.

Sous le soleil brûlant des îles éoliennes, les contrastes d'ombre et de lumière dessinent sur l'échiquier les parcelles où se déroule le jeu des existences.

Champittéraire.
Partager cet article
Repost0

commentaires