Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

PrÉSentation

  • : La Tanière du Champi
  • : La Tanière du Champi se veut un lieu où l'on se sent bien pour lire (surtout des BD !), discuter, jouer... Au gré des humeurs, lectures, heures de jeu, j'essaierai de vous faire découvrir tout ce qui se cache sur les étagères poussiéreuses de ce petit mo
  • Contact

Cases dans le vent

Vous n'êtes pas sans savoir que, depuis quelques mois, je rédige des biographies d'auteurs de BD pour des l'encyclopédie en ligne des Editions Larousse.

Afin de vous permettre de retrouver plus rapidement l'ensemble de mes contributions, je vais essayer de les lister ici dans l'ordre de leur parution.

Bonne lecture, et n'hésitez pas à me laisser vos avis !

Champi à tout vent

David B. - Edgar .P. JACOBS - Bob de MOOR - Benoît PEETERS - François SCHUITEN - René GOSCINNY - Astérix - Manu LARCENET - HERMANN - Robert CRUMB - Osamu TEZUKA  - Jean-Pierre GIBRAT -





Contacts

21 avril 2007 6 21 /04 /avril /2007 18:11
Bon. Je vous l'accorde : l'illustration de la boîte de jeu est n'est pas attirante. Sans doute faut-il y voir la rigueur (sic) des jeux germaniques.

Mais ne nous arrêtons pas aux apparences, car Caylus faut largement le détour.

A l'intérieur, un beau plateau, portant un marqueur de points, et le village de Caylus, en cours de construction. Une myriade de pions en bois. Quelques jetons circulaires (les deniers). Des tuiles carrées, les bâtiments à construire.

Aucun dé, car le hasard n'a pas sa place ici. Parfait.

L'objectif est simple : avoir le plus de points de prestige.

Comment ? En construisant des bâtiments prestigieux, en ayant beaucoup d'or, ou beaucoup de deniers. Logique, n'est-ce pas ? (j'en connais certains dont le poil va se hérisser à ces mots. Qu'ils m'en excusent). Avoir les faveurs du roi n'est pas négligeable non plus.

Les bâtiments sont construits à l'aide de matières premières, qu'il faut récupérer grâce à des ouvriers, qu'il faut payer avec des deniers obtenus... par la vente de matières premières. Subtil équilibre à trouver et entretenir.

Petite difficulté toutefois : le nombre de terrains est limité, et une fois qu'un ouvrier y travaille - pour un tour - aucun autre ne peut y venir. Les choix sont donc très vite cornéliens : faut-il bloquer un adversaire, chercher des matières premières, s'engager dans la construction d'une partie du château ? Les possibilités sont nombreuses, et rendent le jeu très évolutif.

Bon jeu de stratégie pure, de tractations aussi ("si tu ne fais pas ça, je ne fais pas ça..."), aux règles simples, mais aux nombreux paramètres, ce qui permet sans doute aux parties de se suivre sans véritablement se ressembler.
Bien que les règles soient prévues à partir de 2 joueurs, nul doute que c'est à cinq que le jeu prendra tout son sel. Qu'à cela ne tienne ! Tous au château !

Champi-ludi.
Partager cet article
Repost0

commentaires