Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La Tanière du Champi
  • : La Tanière du Champi se veut un lieu où l'on se sent bien pour lire (surtout des BD !), discuter, jouer... Au gré des humeurs, lectures, heures de jeu, j'essaierai de vous faire découvrir tout ce qui se cache sur les étagères poussiéreuses de ce petit mo
  • Contact

Cases dans le vent

Vous n'êtes pas sans savoir que, depuis quelques mois, je rédige des biographies d'auteurs de BD pour des l'encyclopédie en ligne des Editions Larousse.

Afin de vous permettre de retrouver plus rapidement l'ensemble de mes contributions, je vais essayer de les lister ici dans l'ordre de leur parution.

Bonne lecture, et n'hésitez pas à me laisser vos avis !

Champi à tout vent

David B. - Edgar .P. JACOBS - Bob de MOOR - Benoît PEETERS - François SCHUITEN - René GOSCINNY - Astérix - Manu LARCENET - HERMANN - Robert CRUMB - Osamu TEZUKA  - Jean-Pierre GIBRAT -





Contacts

26 octobre 2010 2 26 /10 /octobre /2010 22:51

Asterios Polyp - CouvertureJe sais que je ne présente ici, la plupart du temps, que des bandes dessinées qui m'ont plu. En essayant toutefois - même si ce n'est pas dans mes habitudes - de raison garder.

Pourtant, face à Asterios Polyp, je me dois de crier au génie...

 

Curieux parcours que celui de David MAZZUCCHELLI, auteur passé des anatomies surdimensionnées de Daredevil ou Batman à un quasi-minimalisme architectural.

 

Entre deux superpositions presque antagonistes de bleu et de rose, sur la couverture, se pose le suffisant Asterios Polyp. Architecte sur le papier, mémoire phénoménale, ayant un avis sur tout, et surtout un avis, Asterios est un survivant. L'unique survivant, même, du couple qu'abritait le ventre de sa mère. Chargé du lourd fardeau de son frère Ignazio, il s'est bâti une vie d'excellence, structurée par un manichéisme à tout cri, essentiellement articulé autour du couple "linéaire/plastique".

 

Pourtant, tel la météorite ayant mis fin au règne des dinosaures, un incendie venu du ciel fait voler en éclat sa vie et ses certitudes : le voilà contraint de fuir son bel et bien organisé appartement new-yorkais, et de errer dans la nuit et sous la pluie.

L'occasion de se mettre au vert, et de faire le point sur une vie bien remplie et pourtant si vide...

 

Ses parents, bien sûr, du firmament à l'abîme. Ses différentes conquêtes amoureuses au sein de l'université où il a enseigné. Hana, plasticienne réservée, géniale, attachante, inoubliable. Ses théories, bien sûr. Son frère, inséparable fantôme. Et tout le reste.

 

Sur sa route, Stiff et Ursula Major. Lui, garagiste pétri de néologismes et de bonnes intentions. Elle, diva (auto)suffisante et (auto)critique, aussi cultivée que psychologue. Suffisamment de qualités pour permettre à Asterios de finir d'ouvrir les yeux.

 

Asterios Polyp est, à juste titre, présenté comme le grand oeuvre de David MAZZUCCHELLI. Une vie consacrée à un destin. A une histoire bâtie comme un labyrinthe tantôt tour, tantôt spirale, MAZZUCCHELLI fait correspondre un traitement graphique insaisissable : jouant de tous les signes de l'alphabet graphique, il alterne, dans les scènes de rencontres et de disputes, notamment, les corps hachurés ou en volumes géométriques, les corps calligrammes ou nébuleux.

Troublant effet de caractère(s) doublé d'une subtile constitution des bulles et des textes qui attribue intonations et accents particuliers à chaque protagoniste. MAZZUCCHELLI a poussé la bande dessinée dans ses limites expressives : tout est limpide mais rien n'est facile, tout est évident mais rien n'est fortuit. Chaque lettre, chaque signe au service d'une histoire, et vice-versa. Aucune fausse note, juste la parfaite harmonie entre le fond et la forme, entre le linéaire et la plastique...

De même que Asterios Polyp semble faire écho à la vie de son auteur, le livre est une sorte de mise en abyme formelle de la fiction qu'il déroule.

Se dégage alors un trouble supplémentaire : comment une bande dessinée où tout est si bien à sa place, au service d'une vie où tout est si bien rangée, peut-elle autant déstabiliser ?

Peut-être parce que la perfection n'existe pas. Ou alors seulement pour finir par montrer ses propres limites, créant un paradoxe qui fait tout reprendre à zéro.

Comme la vie d'Asterios, sans doute.

 

Asterios Polyp fait partie de ces trop rares livres dont la lecture relève avant tout de l'expérience : sens aux aguets, nous avançons au sein d'une construction savamment orchestrée où tout s'emboîte avec une perfection presque malsaine.

Délicieusement traître.

Magistralement captivant.

 

David MAZZUCCHELLI a fait partie des auteurs ayant rendu hommage à Will EISNER dans un ouvrage paru en 2005.

Il a fort justement reçu l'an dernier un Eisner Award pour Asterios Polyp.

C'est assurément un des plus grands.

A vous de constater par vous-même.

 

Champimages qui vibrent.

 

(Une BD de la sélection d'octobre de Raging Bulles)

 

Asterios Polyp - Extrait

Partager cet article

Repost 0

commentaires