Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La Tanière du Champi
  • : La Tanière du Champi se veut un lieu où l'on se sent bien pour lire (surtout des BD !), discuter, jouer... Au gré des humeurs, lectures, heures de jeu, j'essaierai de vous faire découvrir tout ce qui se cache sur les étagères poussiéreuses de ce petit mo
  • Contact

Cases dans le vent

Vous n'êtes pas sans savoir que, depuis quelques mois, je rédige des biographies d'auteurs de BD pour des l'encyclopédie en ligne des Editions Larousse.

Afin de vous permettre de retrouver plus rapidement l'ensemble de mes contributions, je vais essayer de les lister ici dans l'ordre de leur parution.

Bonne lecture, et n'hésitez pas à me laisser vos avis !

Champi à tout vent

David B. - Edgar .P. JACOBS - Bob de MOOR - Benoît PEETERS - François SCHUITEN - René GOSCINNY - Astérix - Manu LARCENET - HERMANN - Robert CRUMB - Osamu TEZUKA  - Jean-Pierre GIBRAT -





Contacts

22 avril 2012 7 22 /04 /avril /2012 17:52

Boy

BoyJe crois bien que j'aime les rongeurs. Les rongeurs littéraires. Oh, pas les rats de bibliothèque ou les petites souris qui grignotent les bas de page.

Non.

J'aime les plus gros modèles.

Ca a commencé avec le castor. Belle bête, belles dents, et un goût prononcé pour les contraintes. Oui, c'est le penchant du Castor Astral pour nos amis OuLiPiens, notamment Hervé LeTellier, qui a révélé le mien. De penchant.

Et pas plus tard qu'il y a moins d'un an, une autre bête à poils et à dents s'est invitée dans cette dense zoolittérature : le Wombat. Tout rond, tout poilu, tout doux, tout bizarre comme seules les antipodes savent le faire. Avec un penchant pour "Les Insensés" - j'y reviendrai bientôt - ou plus récemment pour "Tanuki" (merci aux nipponophones de me faire parvenir une petite traduction de ces claquantes syllabes !).

 

Le Wombat s'est donc mis en quête, d'une île à l'autre, de petites perles japonaises. Sa route a croisé celle de l'inclassable Takeshi KITANO, que l'on connaît par chez nous surtout pour ses films violents (Violent Cop), poétiques (Hana-Bi) ou étranges (L'été de Kikujiro), déjà moins pour ses shows télévisés déjantés, et encore moins pour ses peintures et autres oeuvres d'art pourtant exposées en France en 2010.

 

Rongeur et ancien yakuza (dit la rumeur) se sont donc retrouvés face à face sur les chemins de l'écriture. En trois lettres et trois récits, ils nous livrent Boy, trois nouvelles écrites en 1987 qui mettent en scène la jeunesse japonaise.

Tête Creuse.

Nid d'étoiles.

Okamé-san.

Les enfants face aux adultes, parfois.

Les enfants face aux enfants, surtout. (Tiens, il y a du  Punpun dans l'air, non ?)

La compétition, la comparaison.

Le rêve, la fuite, malgré tout.

La vie brisée.

 

Comme trois étapes d'un long chemin de croix qui s'appellerait "devenir grand" et qui ne finirait jamais vraiment, sur l'archipel de tous les extrêmes.

Surtout pour les garçons, apparemment. Même si Okamé-san peut nous convaincre du contraire.

 

KITANO a déjà montré, à travers certains de ses films, combien il était attaché au monde de l'enfance, et combien ce monde était malmené.


A travers une compétition d'athlétisme, une course au téléscope, et des recherches historiques, il met ici en scène les difficile relations entre enfants (écoliers, frères, garçons et filles de passage) dans une société qui les pousse à l'isolement, l'affrontement, la déchirure.

Mais le regard encore jeune ne s'y attarde pas et déforme le présent et les souvenirs en une masse d'émotions où les plus douloureuses comme les plus heureuses s'enchevêtrent en teintes changeantes.

 

Dans un style simple, direct, efficace, KITANO campe des héros du quotidien dont la plus lourde tâche est de composer avec la vie, les rencontres, les échecs. Et de faire face au moule qui les attend, prêt à raboter leurs rêves : vieillir.

 

"C'est ça, les adultes."

 

Illusions ou souvenirs, ces trois récits d'enfance ont l'amertume des madeleines qu'on a laissé rancir.

C'est peut-être pour cela que l'auteur a décidé de rester, malgré les ans, une sorte de grand enfant. Tantôt rêveur, tantôt violent, mais toujours l'oeil triste.

 

Champitano.

 



Partager cet article

Repost 0

commentaires