Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

PrÉSentation

  • : La Tanière du Champi
  • : La Tanière du Champi se veut un lieu où l'on se sent bien pour lire (surtout des BD !), discuter, jouer... Au gré des humeurs, lectures, heures de jeu, j'essaierai de vous faire découvrir tout ce qui se cache sur les étagères poussiéreuses de ce petit mo
  • Contact

Cases dans le vent

Vous n'êtes pas sans savoir que, depuis quelques mois, je rédige des biographies d'auteurs de BD pour des l'encyclopédie en ligne des Editions Larousse.

Afin de vous permettre de retrouver plus rapidement l'ensemble de mes contributions, je vais essayer de les lister ici dans l'ordre de leur parution.

Bonne lecture, et n'hésitez pas à me laisser vos avis !

Champi à tout vent

David B. - Edgar .P. JACOBS - Bob de MOOR - Benoît PEETERS - François SCHUITEN - René GOSCINNY - Astérix - Manu LARCENET - HERMANN - Robert CRUMB - Osamu TEZUKA  - Jean-Pierre GIBRAT -





Contacts

20 octobre 2010 3 20 /10 /octobre /2010 17:01

Cinémas du Liban 2010En parallèle avec la manifestation marseillaise organisée par l' AFLAM, l'association  VPJM organise au cinéma le Rocher à La Garde

 

Les écrans du cinéma libanais

Samedi 23 et dimanche 24 octobre 2010

 

Au programme :

 

Samedi 23 octobre - 15h

Beyrouth Fantôme

Ghassan Salhab

France/ Liban,1998, couleur, 35mm, 1h56

Avec Aouni Kawas, Darina El Joundi, Rabih Mroueh, Carole Abboud, Hassan Farhat

 

Le Liban, à la fin des années 80. Le conflit libanais semble s’éterniser. Après dix ans d'absence Khalil ressurgit à Beyrouth. Son retour sème l'émoi, le doute et la colère chez ses proches et ses compagnons de lutte, qui l’avaient cru mort.

 

Premier long-métrage de Ghassan Salhab, figure de proue de la nouvelle génération de cinéastes libanais, cette oeuvre s’est imposée pour ouvrir ce week-end que nous consacrons à ce cinéma.

 

Remarqué pour son écriture très originale, ce film mêle la fiction et le documentaire en donnant la parole aux comédiens, qui racontent de manière très personnelle leur jeunesse pendant la guerre.

Ghassan Salhab n’hésite pas à remuer la mémoire d’un passé douloureux  que beaucoup souhaiteraient enfouir.

 

Samedi 23 octobre - 17h30

Bosta

Liban, 2005, couleur, 35mm, 1h50

Avec Rodney El Hadad, Nadine Labaki, Nada Abou Farhat, Omar Rajeh, Bshara Atallah, Lilane Nmeri, Mounir Maleeb, Mahmoud Mabsout, Raya Meddine

 

Ce road-movie musical raconte l'histoire de sept vieux amis de classe, réunis après une séparation de quinze ans, pour reformer leur ancienne troupe de « dabké » et parcourir le Liban dans le but de présenter une forme techno de cette danse traditionnelle. Ils embarquent dans un vieux car d'école repeint pour un périple qui va les confronter à eux-mêmes et aux identités multiples du pays. 

 

Adoptant la forme musicale et un ton léger, Philippe Aractingi aborde des thèmes difficiles tels que la tolérance entre les religions, la relation au père, l'homosexualité et la position de la femme dans la société libanaise. 

 

Il y a plus de trente ans, un massacre à l’intérieur d’un bus (« bosta ») devait déclencher une guerre civile au Liban qui aller durer 17 ans. Véhiculant un message de renouveau et de réconciliation, Bosta sorti au Liban après la guerre de 2006, s‘est retrouvé en première place au box office local. Une première pour un film libanais !

 

Après Bosta, vers 19h30, une petite assiette sera servie pour 5 euros. Réservation conseillée (denis-ecrin@wanadoo.fr ou 06 73 34 35 66).

 

 

 

Samedi 23 octobre - 20h30

West Beyrouth 

Ziad Doueiri 

Belgique/France/Liban/Norvège, 1998, couleur, 35mm, 01h45min

Avec Rami Doueiri, Mohamad Chamas, Rola Al Amin, …

 

Beyrouth, le 13 avril 1975 : premier jour de la guerre civile. Tarek, Omar et May, de confessions différentes, vivent à Beyrouth-Ouest, partie musulmane de la ville. L’école fermée, les trois adolescents traînent dans leur quartier, filmant en super 8 le champ de bataille qu’est devenue la ville. Ils feignent, chacun à leur façon, d’ignorer le drame qui se joue sous leurs yeux. Débordant de joie de vivre et d’insouciance, les trois adolescents seront pourtant happés par l’engrenage de la violence.

 

Dimanche 24 octobre -17h30

 

Sous les bombes

Philippe Aractingi

France/Liban, 2008, couleur, 35mm, 1h30

Avec Nada Abou Farhat, Georges Khabbaz, Bshara Atallay

 

Zelna vit à Dubaï. En plein divorce, elle décide d'envoyer son fils Karim chez sa soeur, à Kherbet Selem, un petit village du Sud Liban, pour le protéger des disputes conjugales. Quelques jours plus tard, la guerre éclate. Folle d'angoisse, Zelna part aussitôt pour le Liban via la Turquie. Mais avec le blocus, elle n'arrive au port de Beyrouth que le jour du cessez-le-feu. Elle y rencontre Tony, le seul chauffeur de taxi qui accepte de la mener dans le Sud...

 

Très beau film. Tourné dans l’urgence pendant et après les bombardements de juillet 2006, mêlant fiction et documentaire, le film témoigne avec une très grande force mais avec finesse du désarroi d’un pays à nouveau dévasté. Ce film a représenté le Liban aux oscars de 2009.

Partager cet article
Repost0

commentaires