Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La Tanière du Champi
  • : La Tanière du Champi se veut un lieu où l'on se sent bien pour lire (surtout des BD !), discuter, jouer... Au gré des humeurs, lectures, heures de jeu, j'essaierai de vous faire découvrir tout ce qui se cache sur les étagères poussiéreuses de ce petit mo
  • Contact

Cases dans le vent

Vous n'êtes pas sans savoir que, depuis quelques mois, je rédige des biographies d'auteurs de BD pour des l'encyclopédie en ligne des Editions Larousse.

Afin de vous permettre de retrouver plus rapidement l'ensemble de mes contributions, je vais essayer de les lister ici dans l'ordre de leur parution.

Bonne lecture, et n'hésitez pas à me laisser vos avis !

Champi à tout vent

David B. - Edgar .P. JACOBS - Bob de MOOR - Benoît PEETERS - François SCHUITEN - René GOSCINNY - Astérix - Manu LARCENET - HERMANN - Robert CRUMB - Osamu TEZUKA  - Jean-Pierre GIBRAT -





Contacts

6 juillet 2012 5 06 /07 /juillet /2012 17:25

Contes et décomptes - CouvertureAffiché au compteur du dernier Raging Bulles, le dernier Oupus d' Etienne LECROART, Contes et décomptes, était déjà sur mes étagères depuis sa sortie. On est fan ou on ne l'est pas.

 

Membre actif - et même hyper-actif ! - de l'OuBaPo, l'auteur nous propose un décompte - qui est plutôt un compte, d'ailleurs ! - à travers neuf exercices de style, dans la plus pure tradition des Ou-X-Po.

 

La longue et savante - forcément - préface de Jacques ROUBAUD (un OuLiPien de la première heure) remet le tout dans son contexte : les premiers pas de l'OuLiPo, la dimension graphique qui manquait parfois à certaines contraintes appliquées, les nouvelles voies ouvertes par LECROART.

 

Tout pourrait avoir jailli de l'Eodermdrome, dont vous aussi devez parler régulièrement lors des soirées mondaines, pentagone pentagrammatique dont les lettres sommitales E, O, D, R et M ouvrent tout un champ géométrico-poétique (si, si, j'insiste, poétique, même si tout le monde n'est pas de mon avis, ce qui est fort heureux, n'en doutons pas !).

Ne vous jetez par la fenêtre de votre système Windows (ah ah) tout de suite, le petit schéma sur la page reproduite plus bas vous éclaircira.

 

L'Eodermdrome, donc, point de départ d'une contrainte oulipienne basée sur le chemin réalisé sans lever le crayon entre les 5 sommets d'un pentagone. A chaque sommet une lettre, à chaque lettre l'initiale d'un vers, par exemple.

En bon OuBaPien - donc en bon auteur de BD aimant les contraintes au-delà des cases et des pages qui en sont déjà de belles ! - Etienne LECROART propose de disposer à chacun des cinq sommets du pentagone une case de BD et, en suivant le parcours Eodermdromatique, il en fait naître une planche de 11 cases. Une apparaît trois fois, les autres deux (donc je vous laisse faire le calcul (1 x 3) + (2 x 4) = 11), et le tout donne une histoire qui tient la route, et dont l'éventuelle vacuité - fruit de la répétition - est en adéquation avec le thème : le blabla autour de l'art contemporain.

 

Comme tout Ou-X-Pien qui se respecte, LECROART aime les défis, et passe donc à la vitesse supérieur en Eodermdromant à partir d'un hexagone, puis d'un heptagone. Les dévots puis les cuistres, autres spécialistes de la vacuité verbale, en prennent pour leur grade.

 

Longue est la liste des contraintes que l'auteur s'est donné (9, en tout, si vous avez bien suivi, déclinées parfois plusieurs fois).

Certes, je rejoins certains de nos Raging Bulleurs pour dire que certaines contraintes sont davantages textuelles que graphiques, comme le système booléen (Boole et Bill) ou l'adaptation du carré magique (2B²), dont les résultats sont tout de même drôles et virtuoses.

D'autres, au contraire, sont très graphiques, comme le Temps, qui prend en compte les questions de composition, de couleur et de mise en page, ou Compter sur toi, seul véritable décompte du recueil, la chronique d'une disparition qui affecte l'auteur et la forme de son récit.

 

Chapeau bas, enfin, pour les "carrés greco-latins", seule mise en pratique des contraintes transformatrices (quand l'auteur soumet à la contrainte des oeuvres pré-existantes), qui donne un nouveau souffle aux dessins et textes de FRED, PRATT, PEYO, WILLEM, et un romantique inconnu. LECROART rejoint en cela VANDERMEULEN, mais à travers d'albums d'auteurs différents.

 

Que les choses soient claires : Contes et décomptes n'est pas d'une lecture facile. De plus, parfois, il montre les limites du genre, quand la mécanique est un peu trop prégnante. Mais j'avoue que c'est le genre de défi intellectuel qui tient en éveil mes maigres facultés de lecteur : l'exploration de sentiers inexplorés, parfois bien tortueux, il faut le reconnaître, reste un plaisir rare et précieux.

 

Etienne LECROART fait partie de ces auteurs qui ne laissent pas notre cerveau tranquille. Remercions-le ! Et si, parfois, la froide mécanique relègue un peu l'âme au second plan, elle sait aussi faire naître la poésie avec une touchante et renouvelée fraîcheur.

 

Champimages qui comptent (bis !)

 

Contes et décomptes - Extrait 1

Partager cet article

Repost 0

commentaires