Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La Tanière du Champi
  • : La Tanière du Champi se veut un lieu où l'on se sent bien pour lire (surtout des BD !), discuter, jouer... Au gré des humeurs, lectures, heures de jeu, j'essaierai de vous faire découvrir tout ce qui se cache sur les étagères poussiéreuses de ce petit mo
  • Contact

Cases dans le vent

Vous n'êtes pas sans savoir que, depuis quelques mois, je rédige des biographies d'auteurs de BD pour des l'encyclopédie en ligne des Editions Larousse.

Afin de vous permettre de retrouver plus rapidement l'ensemble de mes contributions, je vais essayer de les lister ici dans l'ordre de leur parution.

Bonne lecture, et n'hésitez pas à me laisser vos avis !

Champi à tout vent

David B. - Edgar .P. JACOBS - Bob de MOOR - Benoît PEETERS - François SCHUITEN - René GOSCINNY - Astérix - Manu LARCENET - HERMANN - Robert CRUMB - Osamu TEZUKA  - Jean-Pierre GIBRAT -





Contacts

19 septembre 2010 7 19 /09 /septembre /2010 15:00

David Boring - CouvertureJ'ai déjà évoqué par deux fois dans ces "pages" le nom de Daniel CLOWES. Il était donc plus que temps d'enfin lui consacrer un article à part entière.

 

En attendant de présenter Ghost World, le livre qui le fit connaître en France - et dont le film du même nom fut tiré - voici David Boring.

 

L'histoire d'un garçon en apparence froid et ordinaire, qui partage son appartement avec Dot, une amie de longue date. Dot est lesbienne. David est obsédé par les postérieurs féminins. Dot est en butte à l'incompréhension d'un autre âge de bon nombre de gens. David rejoue encore et toujours un inoubliable été de son enfance.

 

Et surtout, il essaie d'échapper à sa mère tyrannique, et d'un peu mieux comprendre qui était son père, auteur de comics à l'oeuvre parcellaire.

 

Débarquent alors Whitey, un ami d'enfance, "un jeune blanc-bec cynique en quête de sociabilité après avoir été le punching-ball de toute l'école", et Wanda, rencontrée par hasard dans le bus, durant une scène "d'une immobilité cristalline".

 

Le décor est planté, les personnages commencent déjà à s'agiter vainement, et les thèmes chers à l'auteur affleurent au bout de quelques cases : frustration, désir, étrangeté, évoluant en heurts dans un monde raide, figé, sclérosant. Seul espoir de changement : une guerre mystérieuse, des attentats dont "on" parle, mais tout semble si loin...

 

La mort de Whitey et la disparition de Wanda bouleversent l'ordre des choses. Les obsessions de David l'entraînent toujours trop loin, Dot essaie de maintenir à flot.  Le reste du monde en décide autrement...

 

Au fil de ses différentes oeuvres, Daniel CLOWES semble être devenu un spécialiste des âmes tourmentées chancelant dans un monde castrateur et indifférent.

La réalité n'est jamais à sa place, les schémas cohérents jamais au rendez-vous, et la complexe psychologie des personnages déteint sur la trame même de l'univers.

David cherche et se cherche. Il se perd souvent, entre l'énigme des cases des comics de son père, et les petits symboles laissés par Wanda. Son obsession labyrinthique l'emporte au plus profond de la noire froideur humaine, au-delà du compréhensible.

C'est sans doute cela : Daniel CLOWES est un patient trameur et détrameur des pulsions, qu'il observe, mêle, démêle avec l'inerte distanciation dont il a le secret, servie par des récitatifs riches et oppressants, et un trait glacial, un peu raide, qui fait la part belle aux regards et aux zones d'ombres.

 

Bien sûr, il y a une histoire. Une enquête.

Bien sûr, tout cela avance, lentement, sûrement, repère par repère.

Pourtant, le malaise demeure et croît au fil des pages, des rencontres, des hallucinations de David, des tensions physiques ou émotionnelles entre les personnages.

 

Difficile de sortir indemne des récits de Daniel CLOWES, qui touche au plus profond de nous, au plus enfoui, au plus douloureux. Là où la mémoire s'étiole pour nous faire oublier nos instincts primaires.

Et, finalement, veut-on savoir ce qui se cache vraiment derrière le regard sans vie de David Boring ?

Mais a-t-on vraiment le choix...

 

Champimages en noir, et blanc, et gris foncé...

 

David Boring - Extrait

 

(Cet extrait en v.o. nous permet de constater que les cases soi-disant extraites des comics du père de David étaient en couleur dans l'édition étasunienne. Dommage que les petits gars de Cornelius n'aient pas conservé ce parti-pris pour l'édition française...)

Partager cet article

Repost 0

commentaires