Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La Tanière du Champi
  • : La Tanière du Champi se veut un lieu où l'on se sent bien pour lire (surtout des BD !), discuter, jouer... Au gré des humeurs, lectures, heures de jeu, j'essaierai de vous faire découvrir tout ce qui se cache sur les étagères poussiéreuses de ce petit mo
  • Contact

Cases dans le vent

Vous n'êtes pas sans savoir que, depuis quelques mois, je rédige des biographies d'auteurs de BD pour des l'encyclopédie en ligne des Editions Larousse.

Afin de vous permettre de retrouver plus rapidement l'ensemble de mes contributions, je vais essayer de les lister ici dans l'ordre de leur parution.

Bonne lecture, et n'hésitez pas à me laisser vos avis !

Champi à tout vent

David B. - Edgar .P. JACOBS - Bob de MOOR - Benoît PEETERS - François SCHUITEN - René GOSCINNY - Astérix - Manu LARCENET - HERMANN - Robert CRUMB - Osamu TEZUKA  - Jean-Pierre GIBRAT -





Contacts

8 août 2011 1 08 /08 /août /2011 18:06

Dr Slump T1 - CouvertureL'été de la jeunesse continue de battre son plein sur K-BD.

Après  Garance, qui ouvre la danse (yeh, ça rime !), et en attendant  Toto l'ornithorynque (je vous laisse trouver la rime vous-mêmes), qui est venu patauger par ici il a peu, voici un des nouveaux titres choisis pour l'occasion : Dr Slump himself !

 

Comme quoi, le thème "jeunesse" couvre un large, très large éventail, et connaissant l'éternelle jeunesse de certains d'entres nous - qui a parlé d'immaturité ? - on pourrait l'élagir encore davantage...

 

Etrange impression que celle de lire un livre presque intégralement avec un petit air en tête, entêtant (sic), dont on ne peut se défaire.

Un air qui nous rappelle - et, avec un peu de recul, c'est plutôt effrayant !! - combien notre enfance fut bercée par les anime fraîchement importés, souvent massacrés, et largement diffusés sur nos ondes publiques ou sur "La Cinq", qui savait mieux que personne nous faire perdre passer nos mercredis après-midi en enchaînant adaptations de shôjo et de shônen pour le plus grand plaisir de nos petits yeux ébahis devant d'aussi belles et mouvementées - encore que - images...

 

Tout ça pour dire - comme quoi je sais faire simple, aussi !! - que de la première à la dernière page, j'ai eu en tête le fameux air " sacré professeur Slump, tu es un farceur...", preuve que les airs les plus stupides lointains ont la vie dure ! Au temps pour tous ces poèmes de notre grand répertoire classique que je n'ai jamais pu mémoriser.

Argh.

 

Bref.

Nous voilà donc dans le laboratoire du Doctor Senbei Norimaki, savant génial mais première source de moquerie de son quartier - parce quil a une tête clownesque, parce qu'il est très porté sur les jolies filles peu vêtues, parce qu'il a d'étranges manières, parce que c'est, en somme, un gentil raté... - qui met au point, en moins de deux pages, Aralé, robot aux allures de petite fille qui va fortement perturber son quotidien.

Espiègle, curieuses, débordant de vie et d'énergie, dotée d'une indispensable paire de lunette et d'une force herculéenne, Aralé va également perturber la vie de TOUS les habitants du village Pingouin : forces de l'ordre - qui fuient avec frénésie cette petite boule d'énergie cinétique qui met régulièrement, et bien malgré elle, en pièces leurs beaux véhicules - collégiens, vendeurs, animaux, voleurs...

Chaque confrontation d'Aralé avec ce vaste monde - et au-delà !! - est source de quiproquos - car le Dr ne veut pas que l'on sache qu'elle est un robot - et de gags souvent très très absurdes. L'humour japonais sous un jour qu'on lui connaît peu - même si bon nombre de manga, même les plus sérieux, cachent au coin d'une case un gag souvent en parfait décalage avec le reste.

 

La vie d'Aralé est également bien remplie par les créatures hautement improbables qui peuplent son univers - cochon annonçant au micro le lever du soleil, enfant-kappa pêchant dans la rivière locale, chorale d'animaux produisant le bruit de la cloche de l'école... - et par les folles inventions que son génial créateur, tel un Doraemon (un autre personnage dont je vous parlerai bientôt) des temps modernes, fait jaillir de ses doigts boudinés mais habiles au fil des épisodes.

 

 Akira TORIYAMA, mondialement connu père de Dragon Ball - et de tous ses avatars - a créé Dr Slump en 1980, et a connu le succès grâce à lui.

Avec un graphisme très épuré donnant souvent dans la caricature et la déformation (le fameux SD, super deformed !!) il prend un plaisir jubilatoire à mettre en scène un monde grouillant, tout en restant d'une parfaite lisibilité !

Les cases regorgent de détails tout en restant très aérées, et sans que la narration n'en pâtisse jamais.

 

Reste que la narration elle aussi a une fâcheuse tendance à partir dans toutes les directions, tant elle semble presque uniquement sous-tendue par la recherche du bon mot et du délire graphique, tous placés sous l'égide de l'absurdité la plus totale !

La plupart des histoires courtes regroupées dans ce première tome sont d'ailleurs sans aucun doute nées d'un jeu de mot plutôt foireux - et que les notes de bas de page permettent à nous, pauvres lecteurs non-nippophones, de comprendre - que l'auteur a voulu utiliser comme ressort humoristique - grâce aux nombreux sens qu'un même son ou mot peut revêtir dans la langue de MISHIMA - en l'agrémentant d'une vague tentative de cohérence narrative et d'élaboration d'un univers autour...

Et ça marche !!

 

Du haut de leurs trente ans, ces histoires courtes font encore rire.

Peut-être parce que TORIYAMA les a réalisées avec dynamisme et sincérité.

Peut-être surtout parce que, bien souvent, les gags sont très "pipi-caca", comme on dit, avec une once d'allusions sexuelles qui viennent couronner le tout. Rien que de très universel !

Non, Dr Slump n'est pas une bande dessinée politiquement correcte, car une petite fille - fusse-t-elle un robot - qui se promène avec une crotte à la main, ou un savant mettant au point des "lunettes à vision supra-organique" pour voir sous les vêtements et sous-vêtements des femmes, enfin, ma bonne dame, ça ne se fait pas.

Et pourtant, qu'est-ce que c'est drôle !!

Vous avez dit vulgaire ?

Voilà de quoi ouvrir un vaste débat sur la vulgarité aujourd'hui, débat dans lequel télévision et magazines "people" seraient forcément convoqués.

 

Mais je m'égare.

En tout cas, même si Dr Slump n'est pas forcément à mettre entre toutes les mains, il constitue une parfaite entrée dans le monde de l'humour simple, sans cynisme ni méchanceté, avec une suffisante touche d'absurde pour que le monde paraisse un peu plus supportable.

Non mais.

 

Loin des sagas fleuves mettant en scène des pouvoirs cosmiques et des adversaires toujours plus grands/beaux/forts, Dr Slump est tout simplement une jubilatoire succession de gags, riches en trouvailles graphiques, en jeux de mots, en concentré d'humour sous toutes ses formes.

En mettant son imagination débordante et son immense talent au service du dessin comme du scénario, Akira TORIYAMA a su, en quatre ans, créer une galerie de personnages cohérente malgré tout, et faire de l'absurde un moteur narratif efficace même sur le long terme.

 

Personnages attachants, humour intemporel, parfaite maîtrise graphique : les mangaka ont encore bien du plaisir à nous apporter...

 

Champi'cha

 

Dr Slump T1 - Extrait

Partager cet article

Repost 0

commentaires