Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : La Tanière du Champi
  • : La Tanière du Champi se veut un lieu où l'on se sent bien pour lire (surtout des BD !), discuter, jouer... Au gré des humeurs, lectures, heures de jeu, j'essaierai de vous faire découvrir tout ce qui se cache sur les étagères poussiéreuses de ce petit mo
  • Contact

Cases dans le vent

Vous n'êtes pas sans savoir que, depuis quelques mois, je rédige des biographies d'auteurs de BD pour des l'encyclopédie en ligne des Editions Larousse.

Afin de vous permettre de retrouver plus rapidement l'ensemble de mes contributions, je vais essayer de les lister ici dans l'ordre de leur parution.

Bonne lecture, et n'hésitez pas à me laisser vos avis !

Champi à tout vent

David B. - Edgar .P. JACOBS - Bob de MOOR - Benoît PEETERS - François SCHUITEN - René GOSCINNY - Astérix - Manu LARCENET - HERMANN - Robert CRUMB - Osamu TEZUKA  - Jean-Pierre GIBRAT -





Contacts

26 mars 2012 1 26 /03 /mars /2012 21:36

Il était une fois en France T1 - CouvertureAprès un mois de mars passé à batifoler dans l'espace et le temps, K-BD a décidé d'arpenter les chemins malheureusement moins exotiques et plus récurrents de la guerre.

Bien sûr, la tradition belliciste est longue, plongeant ses racines il y a très très longtemps, dans une lointaine galaxie, comme dirait George LUCAS.

Un peu plus près de nous - dans le temps comme dans l'espace - la guerre s'est toujours fait la part belle dans l'histoire de l'humanité, s'immiscant dans les moindres situations où les individus étaient plus de... un. Sans exagérer.

 

Reconnaissons toutefois au XXème siècle un certain nombre de records en la matière qu'on aurait bien aimé ne pas avoir à enregistrer.

Mais l'Histoire est faite, à nous de faire avec.

(Ecrivant ces mots me vient une composition des  Ogres de Barback, Pour Tant qu'il y Aura des Hommes. J'aborde rarement la musique dans ces pages, en tant qui piètre mélomane, mais tout semble tellement faire sens ici... "C'est ce siècle qui fera date, et qui fera tache.")

 

A l'image de ce siècle dont nous sortons à peine, et que le monde saignera pendant encore quelques siècles, s'avance la couverture d'Il était une fois en France : peu de lumière, en arrière, et l'ombre qui s'avance, au milieu de débris métalliques suspendus entre deux guerres mondiales.

Le corps encore dans la clarté, mais le regard tourné vers le noir horizon, se tient l'homme dont Fabien NURY et Sylvain VALLEE ont décidé de raconter l'histoire. La complexe histoire. Un homme qui, en somme, pourrait être une des incarnations de l'Histoire, dans toute sa multiplicité, sa duplicité, ses incohérences, ses accès, ses faiblesses.

 

Joseph Joinovici.

Né avec le siècle, ou presque.

Né dans le sang.

Persécuté à travers l'Europe entière, à ne plus savoir où poser ses souliers usés, son inculture, et sa débrouillardise.

Son bagou également, son sens de l'à-propos, son adaptabilité, et une terrible rage de vivre, quel qu'en soit le prix.

 

"Mon pays, c'est ma famille. Les autres peuvent crever."

Au moins les choses sont claires.

Sa femme, ses deux filles, son frère.

Famille très réduite.

Et l'aimer ne l'empêchera pas de la malmener.

 

Quant aux autres... Des alliés temporaires, des solutions, des tremplins. Utilitariste, le Joseph ? Opportuniste, le Joinovici ?

Mais comment lui en vouloir ? On le serait à moins.

Alors pourquoi le traquer, dès 1947, lui qui a armé la Résistance et sauvé tant de Juifs du terrible et ultime voyage ?

 

Parce qu'il a trahi ? Qu'il a fait le jeu des envahisseurs aussi ? Parce qu'il a corrompu, manipulé, ruiné, et peut-être pire ? (le tome 1 ne dévoile pas tout, quand même !).

Parce qu'il était un homme complexe dans un monde complexe ?

 

Mais les motivations des juges et policiers de la DST qui le traquent ne sont pas simples non plus.

Rien n'est simple.

Et peut-être moins à cette époque qu'à aucune autre.

Difficile, dans ce cas, de faire la part entre le vrai et le faux.

Si tant est que ce soit possible.

Et que ça ait un sens.

 

Sautant en permanence entre les époques, de 1905 à 1965 (au moins) et entre les contrées (de la Russie à la France, entre autres), Fabien NURY semble avoir réuni la dense documentation nécessaire pour essayer, à travers la vie - houleuse - d'un homme, de nous faire plonger dans le chaos de l'Histoire.

Lentement, avec une précision horlogère, il installe personnages et situations sur le grand échiquier européen de l'époque.

Avant comme après la Seconde Guerre Mondiale, les forces en présence sont nombreuses et puissantes, mais Joinovici, qui a, c'est le moins qu'on puisse dire, grandi dans l'adversité - et dans le sang - s'est forgé la roublardise et la détermination nécessaires.

S'ajoutent à cela sa maîtrise progressive des deux nerfs de la guerre, le métal et l'argent, et le voilà rapidement à la tête d'un vaste empire économique et d'influence. Malfrats et policiers, hommes d'affaires et politiciens, tous sans frontières, finissent par lui manger dans la main.

 

De la détermination, le juge Jacques Legentil (hum hum...) n'en manque pas, quand il s'attaque à cet empire et à la bonne réputation de son empereur. Mais suffira-t-elle face à un homme aussi puissant, organisé, et calculateur ?

 

L'Histoire nous l'a peut-être dit, l'histoire nous le dira sûrement, forte déjà depuis 5 tomes depuis 2007.

 

Au dessin, Sylvain VALLEE a pris le parti d'un trait semi-réaliste très abouti à la fois souple et efficace : les décors sont bien plantés, les personnages très expressifs, et malgré la très vaste galerie de portraits, rares sont les personnages que l'on pourrait confondre.

Jonglant avec les époques, il rajeunit ou vieillit les différents protagonistes avec une vraisemblance qui force le respect.

Les lieux passent aussi au filtre des ans avec un sens du détail qui en dit long sur le travail documentaire sans aucun doute réalisé par les auteurs. Pas de surenchère pour autant : juste ce qu'il faut quand il faut. Un ustensile, un véhicule, une affiche, un peu de mobilier urbain, et les lieux et les dates s'imposent.

 

Malgré de longs passages bavards (et pour cause !), VALLEE se permet des respirations graphiques à travers quelques grandes cases où plongées et contre-plongées ont la part belle, ou par un étirement de la narration grâce à des découpages très efficaces (je pense notamment à la planche 53 et, en m'y repenchant, je constate que ce cher Jacques sembler porter son alliance à la main droite, avant de la perdre dans la dernière case. Allons bon...).

 

Au final, un premier tome à la fois riche et alléchant, qui enterre bien vite toute facilité manichéenne au profit du lent démontage de la complexité de la vie et des hommes qui s'y agitent.

Malgré le grand nombre de lieux, d'époques et de personnages, les auteurs ne perdent pas les lecteurs, et les sauts dans le temps, plutôt que de donner le tournis, renforcent l'intrigue et son côté... intriguant.

 

Ne me reste plus qu'à me plonger dans la suite de cette histoire au long cours, dense travail d'orfèvre, plongée au coeur des heures les plus noires de notre histoire, et des méandres de l'esprit humain.

 

L'heure est décidément au chaos (allez faire un tour du côté de  Minus pour vous en convaincre !).

 

Champimages à travers les âges...

 

Il était une fois en France T1 - Extrait 1

 

Il était une fois en France T1 - Extrait 2

Partager cet article
Repost0

commentaires