Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La Tanière du Champi
  • : La Tanière du Champi se veut un lieu où l'on se sent bien pour lire (surtout des BD !), discuter, jouer... Au gré des humeurs, lectures, heures de jeu, j'essaierai de vous faire découvrir tout ce qui se cache sur les étagères poussiéreuses de ce petit mo
  • Contact

Cases dans le vent

Vous n'êtes pas sans savoir que, depuis quelques mois, je rédige des biographies d'auteurs de BD pour des l'encyclopédie en ligne des Editions Larousse.

Afin de vous permettre de retrouver plus rapidement l'ensemble de mes contributions, je vais essayer de les lister ici dans l'ordre de leur parution.

Bonne lecture, et n'hésitez pas à me laisser vos avis !

Champi à tout vent

David B. - Edgar .P. JACOBS - Bob de MOOR - Benoît PEETERS - François SCHUITEN - René GOSCINNY - Astérix - Manu LARCENET - HERMANN - Robert CRUMB - Osamu TEZUKA  - Jean-Pierre GIBRAT -





Contacts

2 juillet 2011 6 02 /07 /juillet /2011 16:47

Jolies ténèbres - CouverturePar une après-midi bien tranquille, Aurore, grands yeux noirs et longue chevelure blonde, reçoit Hector, son beau "prince charmant". Le chocolat chaud est servi, le cake tranché, tout va pour le mieux.

Et pourtant tout bascule...

 

Dans ce coin de forêt à la lisière du monde, un corps ne bouge plus, sous les arbres, parmi les feuilles et les brins d'herbe. Et la faune locale - souris, écureuils, crapauds, oiseaux... - voit d'un oeil prédateur mais méfiant en déferler une autre : une horde d'enfants étranges, bavards, cruels, joueurs, inconstants, inconséquents, et à la mémoire courte.

Des enfants, tout simplement.

Les saisons passent, emportant le grand corps et l'ordre fragile qui régnait au sein de la petite communauté : la faim, la soif, le pouvoir, se conjuguent au gré d'alliances, de jalousies, de folies, pour faire peu à peu éclater ce groupe improbable au passé mystérieux et à la fin nébuleuse.

Aurore a beau se démener, la barbarie n'est jamais bien loin, et même vêtu d'un beau costume, un rat reste un animal. Un humain aussi, d'ailleurs...

 

A partir d'une situation initiale particulièrement originale et dérangeante,  Fabien VEHLMANN, auteur  des situations sombres et pesantes rencontrées dans Seuls ou  Les derniers jours d'un immortel, semble nous livrer sa version de Sa majesté des mouches de William GOLDING : dans un vaste huis-clos forestier (sic), il met en lumière les dérives de la société, à travers l'évolution des relations au sein d'un groupe d'enfants livrés à eux-mêmes. L'innocence et la cruauté  se partagent le champ des rencontres et de la vie en communauté, et c'est bien souvent la seconde qui l'emporte, mue par l'inconséquence et l'égoïsme.

Rien n'est grave, rien n'est réellement problématique, et tout obstacle peut être détruit dans la seconde, tout chagrin oublié dans l'instant. Le Pays Imaginaire de LOISEL n'est pas très loin.

 

L'idée de ce conte inquiétant vient de Marie POMMEPUY, versant féminin de l'auteur bicéphale  KERASCOËT. L'auteur à quatre mains (Sébastien COSSET en constituant l'autre moitié) a su mettre son trait polymorphe au service de cette histoire qui se joue simultanément sur deux plans : celui du corps étendu, de la forêt, des animaux, environnement mystérieux, réaliste, hostile, et pourtant indispensable, et celui des enfants qui, dans un style plus dynamique, plus "jeté", animent ces lieux figés. Et y font naître le malaise.

Caractérisant chaque personnage parfois jusqu'à la caricature - appuyant ou prenant à contre-pied son caractère - le couple d'auteur réussit à faire coexister ces deux univers très opposés avec une homogénéité graphique et colorée particulièrement réussie.

 

Sous son joli titre et derrière ses images parfois enfantines, Jolies ténèbres cache un récit très dur, très sombre, où l'amour et la mort, éternels frères ennemis, se côtoient pour le pire.

Aucune concession, aucun optimisme, juste la sauvagerie des instincts les plus profonds soudain mis à nus au sein de cette assemblée livrée à elle-même, et un malaise permanent.

Même s'il force parfois le trait, Fabien VEHLMANN saisit avec justesse la cruauté enfantine tapie au plus profond de chacun d'entre nous.

En jouant sur une palette graphique très large, KERASCOËT sert à merveille cette histoire qui se voudrait un jeu "pour de semblant" mais qui se révèle implacable.

 

Entre le goûter initial et le banquet final, Aurore a beaucoup changé.

Pas forcément en bien.

Mais sans doute était-ce nécessaire à sa survie.

Tristes ténèbres.

 

Champimages des profondeurs

 

(Une BD chroniquée dans le cadre du thème de juillet de K-BD)

 

Jolies ténèbres - Extrait 1

 

Jolies ténèbres - Extrait 2

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Crocuta 14/07/2011 12:15



Ma plus belle découverte illustrée de l'année. C'est un conte de fées cannibales à lire d'urgence.



Champi 14/07/2011 16:40



Jolie formule pour jolies ténèbres !!