Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La Tanière du Champi
  • : La Tanière du Champi se veut un lieu où l'on se sent bien pour lire (surtout des BD !), discuter, jouer... Au gré des humeurs, lectures, heures de jeu, j'essaierai de vous faire découvrir tout ce qui se cache sur les étagères poussiéreuses de ce petit mo
  • Contact

Cases dans le vent

Vous n'êtes pas sans savoir que, depuis quelques mois, je rédige des biographies d'auteurs de BD pour des l'encyclopédie en ligne des Editions Larousse.

Afin de vous permettre de retrouver plus rapidement l'ensemble de mes contributions, je vais essayer de les lister ici dans l'ordre de leur parution.

Bonne lecture, et n'hésitez pas à me laisser vos avis !

Champi à tout vent

David B. - Edgar .P. JACOBS - Bob de MOOR - Benoît PEETERS - François SCHUITEN - René GOSCINNY - Astérix - Manu LARCENET - HERMANN - Robert CRUMB - Osamu TEZUKA  - Jean-Pierre GIBRAT -





Contacts

22 avril 2011 5 22 /04 /avril /2011 19:08

L'Ile interdite - Contenu et boîteSurgie des eaux, du passé et des mythes, l'Atlantide est de retour : ses palais magnifiques, ses jardins extraordinaires, ses sombres forêts, et ses portails colossaux.

 

Mais rien ne dure, surtout pas la gloire nostalgique, et déjà les flots frappent les parois bien fragiles des édifices séculaires un instant revenus à la vie - et au sec. Ouf.

 

Le temps est donc compté pour les quatre aventuriers - au maximum - partis fouler le sol encore détrempé de l'Île interdite, dans l'espoir d'en percer les secrets - et d'en dérober les plus précieux trésors.

Il faudra aux joueurs un peu de chance, de l'intuition, et pas mal d'astuce pour gagner l'implacable course contre la montre et l'océan, afin de réunir tous leurs personnages sur l'héliport, porteurs des artefacts sacrés, avant que les eaux ne se referment de nouveau sur l'île légendaire...

 

L'Île interdite fait partie des ces bien trop rares jeux coopératifs pour adultes, où les joueurs doivent unir leurs efforts pour gagner ... contre le jeu. D'ordinaire, le genre est surtout décliné dans les gammes pour enfants, les joueurs en culotte courte (expression un tantinet désuète mais tellement chantante !) devant s'unir contre, au choix, un corbeau, un lapin, un fourmilier, ou toute autre calamité plus ou moins naturelle.

 

Ici, il s'agit donc de déplacer et faire agir quatre personnages - choisis parmi six - chacun doté d'une capacité spéciale différente, sur un plateau de jeu évolutif : chaque case, qui représente un quartier, peut se voir noyée, puis disparaître dans l'abîme...

 

A tour de rôle, chaque joueur peut faire faire à son personnage trois actions parmi les quatre suivantes :

- se déplacer orthogonalement

- assécher la case sur laquelle le pion se trouve, ou une des cases orthogonales

- donner une carte à un autre joueur dont le pion se trouve sur la même case

- échanger quatre cartes trésor identiques contre le trésor en chair et en plastique - matérialisé par les jolis pions en forme de flamme, orbe, lion ailé ou coupe que vous pouvez entr'apercevoir sur les deux illustrations jointes.

 

Une fois les actions réalisées, le joueur pioche deux cartes "découvertes", qui représentent pour la plupart l'un des quatre trésors sacrés, mais qui réservent parfois de bonnes ou de mauvaises surprises :

- la bonne, c'est un petit équipement très utile, comme un sac de sable, qui permet d'assécher un quartier à distance, ou un hélicoptère, qui permet de se téléporter n'importe où sur la carte, et qui permet surtout, en fin de parmi, de faire évacuer tous les vaillants aventuriers rassemblés sur l'héliport. Sans hélico, point de fuite, donc point de victoire.

- la mauvaise, c'est la terrible carte "montée des eaux", qui entraîne une montée du niveau de l'eau (sic), sur la petite réglette appropriée, et surtout le fait de remettre dans le paquet des quartiers "à noyer" ceux qui l'ont déjà été.

 

Arrive donc la dernière phase (avant de passer au joueur suivant) : l'assaut des flots.L-Ile-interdite---Contenu-copie-1.jpg

En fonction du nombre indiqué sur la réglette, le joueur va piocher de 2 à 5 cartes représentant les quartiers encore en jeu.

Le quartier était sec ? Il est retourné, en position "mouillée". Ca sent l'humide, et le roussi...

Le quartier était déjà inondé ? Pas de chance : il sombre dans les abysses dont il ne reviendra jamais. Si c'était l'héliport, la partie est fichue. Si c'était le dernier temple permettant de récupérer un des quatre objets sacrés encore manquant, la partie est également fichue. Et si il accueillait un pion ne pouvant s'échapper sur une case adjacente (orthogonalement, bien sûr, sauf exception), le pion disparaît, happé par les eaux, et la partie est encore fichue.

 

Ouf !

 

La victoire est donc bien plus difficile à atteindre que la défaite, et il faudra le talent de tous les joueurs pour venir à bout de cette mission quasi-impossible.

Qui le devient encore davantage si l'on opte pour des niveaux de jeu plus avancés - le marqueur de niveau de l'eau commençant sa course de plus en plus haut sur la réglette...

 

Jailli de l'esprit fertile de  Matt Leacock, a qui l'on devait déjà le coopératif, plus complexe mais aussi plus austère Pandémie, L'Île interdite est une jeu rapide et simple dont le mécanisme, par l'inplacable emballement de l'inondation de la ville, provoque une réelle tension.

Le matériel, très joli et de bonne qualité, contribue à l'ambiance et au plaisir de jouer, et le tout tient dans une jolie boîte en métal qui aurait gagné à tenir fermée un peu mieux.

 

Au final, un jeu très agréable, pas forcément très original pour les fans de Pandémie, mais plus accessible, plutôt addictif - et si on refaisait une partie à un niveau plus élevé ? - et qui promet de belles élaborations collectives de stratégies.

 

En avant ! Mais avec des bottes...

 

Champi ludi

 

(Petit clin d'oeil au passage à Jeux de traverse, qui nous permet de découvrir le finalement vaste monde des jeux coopératifs. A vous d'y retrouver la ménagerie évoquée plus haut).

Partager cet article

Repost 0

commentaires