Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La Tanière du Champi
  • : La Tanière du Champi se veut un lieu où l'on se sent bien pour lire (surtout des BD !), discuter, jouer... Au gré des humeurs, lectures, heures de jeu, j'essaierai de vous faire découvrir tout ce qui se cache sur les étagères poussiéreuses de ce petit mo
  • Contact

Cases dans le vent

Vous n'êtes pas sans savoir que, depuis quelques mois, je rédige des biographies d'auteurs de BD pour des l'encyclopédie en ligne des Editions Larousse.

Afin de vous permettre de retrouver plus rapidement l'ensemble de mes contributions, je vais essayer de les lister ici dans l'ordre de leur parution.

Bonne lecture, et n'hésitez pas à me laisser vos avis !

Champi à tout vent

David B. - Edgar .P. JACOBS - Bob de MOOR - Benoît PEETERS - François SCHUITEN - René GOSCINNY - Astérix - Manu LARCENET - HERMANN - Robert CRUMB - Osamu TEZUKA  - Jean-Pierre GIBRAT -





Contacts

20 juillet 2011 3 20 /07 /juillet /2011 14:46

L usage du mondeCela fait deux "pensées en passant" déjà que vous devez vous douter que j'ai passé ces derniers jours plongé dans L'usage du monde, de Nicolas BOUVIER.

Vous avez raison.

 

Etrange petit livre dont le titre et la couverture avaient longtemps produit sur moi un effet quasi-hypnotique : "touche ce livre, achète ce livre, lis ce livre", comme un irrésistible litanie.

 

A force de lui tourner autout, j'avais donc acquis le petit fascicule - dans la belle et malheureusement aujourd'hui fermée librairie La Petite Fatigue - et lui avait trouvé une place de choix - à savoir entre d'autres livres d'auteurs en "A" ou en "B", un peu d'ordre tout de même ! - en attendant de trouver le temps.

 

Et ce temps est venu avec l'été, et les vacances, qui offrent autant d'occasions de barboter que de se plonger dans la lecture.

 

Me voilà donc parti sur les routes d'Europe centrale, puis orientale, puis tellement extrême orientale qu'elle finit par en devenir Asie.

Pendant près de deux ans, Nicolas BOUVIER, humaniste, curieux du monde, écrivain à ses heures, et collecteur de musiques tradionnelles, et son compagnon Thierry VERNET - dont les dessins à l'encre illustrent l'ouvrage - peintre, musicien, aventurier, et amoureux de celle qu'il doit rejoindre en Inde, ont arpenté villes et surtout villages, de Genève à Kaboul.

 

Long voyage en voiture, s'il vous plaît, raconté avec humour, précision et tendresse par un Nicolas BOUVIER fin observateur, amoureux de mots, des belles métaphores et des expressions imagées, qui sait plonger le lecteur, en quelques lignes, dans les ambiances les plus étranges, étrangères ou exotiques. L'hiver rude, les maisons de bois, de terre, de bric et de broc. Les visages burinés, fermés, magnifiques, mystérieux. Les odeurs de tabac découvert, de boissons improbables, de plats inconnus. Les paysages, plaines, plateaux, montagnes se succédant en majesté.

 

Grâce à leurs instruments de musique, leurs pinceaux, leur machine à écrire, leur magnétophone - ils collectent les chants et les musiques les plus inconnus, dans les villages les plus reculés - et surtout leurs yeux grands ouverts, ils se voient ouvrir portes, visages et coeurs presque partout où ils passent. Où ils s'arrêtent, parfois, bien malgré eux, pour de longs mois.

 

Car les routes sont peu praticables, pas toujours très sûres, et certaines réparations ou pièces de rechange se font parfois longtemps, très longtemps désirer...

 

Plonger dans L'usage du monde, c'est attiser le feu de l'aventure qui brûle au fond de chacun de nous et nous rappelle que les plus beaux trésors ne sont pas enfouis sur des îles désertes des Caraïbes, mais dans bien des bouges au bord de nos routes eurasiennes.

L'envie nous prend alors d'emboîter le pas des deux aventuriers, de partir sur ces chemins qui commencent chez nous mais que nous ne suivons jamais bien loin.

 

C'est à ce moment-là qu'une cruelle réalité nous saute aux yeux : ce voyage a plus de cinquante ans. Cinquante ans... Car c'est en 1953 que les deux compères enfourchèrent leur glorieuse mécanique pour partir à l'assaut du monde. A une époque où internet, la téléphonie sans fil, le Guide du Routard, même, n'étaient sans doute encore que des concepts.

A une époque aussi, surtout même, où la méfiance aveugle envers l'autre n'était peut-être pas encore une généralité, même si entre "autre" et "hôte" s'immisçait déjà le "r" de "regard en coin" ou de "réflexe de recul".

 

Qui sait ce que donnerait aujourd'hui un tel voyage, dans des conditions similaires ? Combien de mains encore tendues pour aider à résoudre un problème mécanique au bord d'une route sauvage ? Combien de portes ouvertes pour offrir une soupe, un morceau de pain, un verre d'alcool forcément fort, imbuvable même, mais tellement convivial ?

 

N'avançons pas plus loin sur la voie du pessimisme, et replongeons dans la fraîcheur du regard de Nicolas BOUVIER, lucide mais émerveillé devant un monde dont les usages toujours plus surprenants, toujours plus inattendus, sont le moteur même des voyages et des rencontres.

 

Le livre s'ouvre avec SHAKESPEARE et se referme EMERSON.

Offrons-leur les derniers mots :

 

"I shall be gone and live or stay and die."

S.

 

"Une fois ces frontières franchies, nous ne redeviendrons jamais plus tout à fait les misérables pédants que nous étions."

E.

 

Champimage du monde

Partager cet article

Repost 0

commentaires