Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La Tanière du Champi
  • : La Tanière du Champi se veut un lieu où l'on se sent bien pour lire (surtout des BD !), discuter, jouer... Au gré des humeurs, lectures, heures de jeu, j'essaierai de vous faire découvrir tout ce qui se cache sur les étagères poussiéreuses de ce petit mo
  • Contact

Cases dans le vent

Vous n'êtes pas sans savoir que, depuis quelques mois, je rédige des biographies d'auteurs de BD pour des l'encyclopédie en ligne des Editions Larousse.

Afin de vous permettre de retrouver plus rapidement l'ensemble de mes contributions, je vais essayer de les lister ici dans l'ordre de leur parution.

Bonne lecture, et n'hésitez pas à me laisser vos avis !

Champi à tout vent

David B. - Edgar .P. JACOBS - Bob de MOOR - Benoît PEETERS - François SCHUITEN - René GOSCINNY - Astérix - Manu LARCENET - HERMANN - Robert CRUMB - Osamu TEZUKA  - Jean-Pierre GIBRAT -





Contacts

13 février 2010 6 13 /02 /février /2010 10:58
Livres au pilon"Janvier est le mois des soldes. Au ministère de la Culture, on brade aussi, on réduit, on supprime et on regroupe pour économiser. La suppression de la Direction du Livre et de la lecture (DDL) - prévue depuis 2008 et annoncée par un décret daté du 15 novembre dernier qui entre en vigueur le 13 janvier 2010, dans le cadre de la réorganisation du ministère - fait partie de cette braderie hivernale.

On regroupe donc la DDL dans une Direction générale des médias et des industries culturelles, qui comprendra l'industrie publicitaire, phonographique et "l'ensemble des services de communication au public par voie électronique".

Le livre dans tout cela ? Il est massicoté, perdant sa spécificité de première industrie culturelle et sa fonction symbolique. La Direction du livre et de la lecture avait une lourde tâche : observer les évolutions du secteur, être l'interlocuteur des éditeurs et servir d'intermédiaire entre ceux-ci et le ministère de la Culture.

Certaines voix s'étaient fait entendre pour regretter qu'elle ne remplisse pas suffisamment ce rôle et n'intervienne pas avec la conviction escomptée sur la question de la lecture et ses corollaires : pratiques, moyens, relais, développements qu'on peut légitimement lui donner. Mais l'inquiétude est plus grande encore au sujet de ces missions laissées en suspens : qui va s'en occuper, comment conserveront-elles leur priorité dans cette vaste nébuleuse où l'industrie publicitaire sera sur le même plan ?"

Gilles HEURE, Télérama, 30 décembre 2009

Partager cet article

Repost 0

commentaires