Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La Tanière du Champi
  • : La Tanière du Champi se veut un lieu où l'on se sent bien pour lire (surtout des BD !), discuter, jouer... Au gré des humeurs, lectures, heures de jeu, j'essaierai de vous faire découvrir tout ce qui se cache sur les étagères poussiéreuses de ce petit mo
  • Contact

Cases dans le vent

Vous n'êtes pas sans savoir que, depuis quelques mois, je rédige des biographies d'auteurs de BD pour des l'encyclopédie en ligne des Editions Larousse.

Afin de vous permettre de retrouver plus rapidement l'ensemble de mes contributions, je vais essayer de les lister ici dans l'ordre de leur parution.

Bonne lecture, et n'hésitez pas à me laisser vos avis !

Champi à tout vent

David B. - Edgar .P. JACOBS - Bob de MOOR - Benoît PEETERS - François SCHUITEN - René GOSCINNY - Astérix - Manu LARCENET - HERMANN - Robert CRUMB - Osamu TEZUKA  - Jean-Pierre GIBRAT -





Contacts

30 septembre 2010 4 30 /09 /septembre /2010 14:58

La Pès Rekin T1 - Couverture"Saleté de ville ! Maudite au point de ne pas être baptisée."

 

Quelque part sur l'île de la Réunion. Dans un coin sombre, sans doute, et à l'exotisme inquiétant : si l'on ne comprend pas tout-à-fait le titre, La Pès Rekin, on sent qu'il sonne de manière malsaine.

Le visage fermé du héros, aux doigts fermement fermés eux aussi sur le manche d'un couteau, confirment cette angoisse : le vent qui souffle dès la couverture est celui d'une sourde tempête à laquelle il semble difficile d'échapper.

 

Elle se lève entre Philippe, vieil alcoolique triste et agressif qui consacre ses jours et ses nuits à de sinistres activités animalières, et Nelson, jeune réunionnais fuyant un foyer violent et peu engageant.

Elle souffle comme un aboiement dans la nuit, entre colère et tristesse. Car les destins qui se croisent dans cette ville anonyme ne sont pas très heureux. Détresse, violence, misère.

 

Tandis que le sordide quotidien de Philippe se déroule, des images, par bribes, viennent éclairer la vie de Nelson, ses errances, ses peurs, et ses maigres rêves.

 

Stéphane PRESLE, qui a passé quelques années de son enfance sur l'île de la Réunion, brosse un portrait sans fard d'une île à la dérive, qui semble payer un lourd tribut à une situation économique et sociale plus que vacillante - les fruits pourris tombés de l'arbre du colonialisme sont longs, très longs à disparaître. Etoffant son récit de nombreux dialogues en créole - présentés dans un souci de compréhension, "au risque de passer par un fossoyeur du travail acharné et légitime que mènent les linguistes" - il confère aux personnages et aux situations une épaisseur et une authenticité poignantes. Peu d'espoir en pespective sous les tropiques.

 

 Jérôme JOUVRAY - qui a déjà collaboré avec le scénariste pour l'Idole dans la bombe - semble avoir davantage manié le noir que d'habitude : la nuit, les ombres, sont plus fortes, plus denses, plus marquées. Plus inquétantes. Elles font ressortir les regards parfois intenses de certains protagonistes. Le trait, tout en fausse simplicité, confère aux images une dimension presque expressionniste, parfois. Le découpage est dynamique, faisant la part belle aux ralentis ou aux accelérations, suivant le rythme cardiaque du jeune héros.

Les couleurs de Anne-Claire JOUVRAY jouent la carte de l'unité : pas de heurts, rien de criard, une sorte de brume qui n'est pas sans évoquer certains albums de Jean-Claude DENIS. Même si quelques fonds de cases sont parfois un peu froids.

 

La Pès Rekin : l'ombre des squales qui rôdent sur la quatrième de couverture transpire le sang et la peur. La vie nest pas rose dans la ville sans nom, mais le pire semble encore à venir... dans un deuxième tome qui clora le diptyque.

Le soleil des îles ne brille pas pour tout le monde.

 

Champimages qui tremblent.

 

La Pès Rekin T1 - Extrait

Partager cet article

Repost 0

commentaires