Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La Tanière du Champi
  • : La Tanière du Champi se veut un lieu où l'on se sent bien pour lire (surtout des BD !), discuter, jouer... Au gré des humeurs, lectures, heures de jeu, j'essaierai de vous faire découvrir tout ce qui se cache sur les étagères poussiéreuses de ce petit mo
  • Contact

Cases dans le vent

Vous n'êtes pas sans savoir que, depuis quelques mois, je rédige des biographies d'auteurs de BD pour des l'encyclopédie en ligne des Editions Larousse.

Afin de vous permettre de retrouver plus rapidement l'ensemble de mes contributions, je vais essayer de les lister ici dans l'ordre de leur parution.

Bonne lecture, et n'hésitez pas à me laisser vos avis !

Champi à tout vent

David B. - Edgar .P. JACOBS - Bob de MOOR - Benoît PEETERS - François SCHUITEN - René GOSCINNY - Astérix - Manu LARCENET - HERMANN - Robert CRUMB - Osamu TEZUKA  - Jean-Pierre GIBRAT -





Contacts

13 juin 2012 3 13 /06 /juin /2012 08:52

Le roi des mouches T1 - Couverture"Des mouches à la mi-octobre, voilà la première chose dont je me souviens. Des mouches et une chaleur à crever. (...) J'étais le roi. Sa majesté des mouches, disait ma mère - allusion à un bouquin qu'elle avait lu."

 

Une pelouse sale. Un vieux fauteuil aux motifs floraux usés. Des mouches à foison. Et au milieu, dans la moiteur d'un été qui n'en finit pas de ne pas finir, Eric. Magazine dans une main, bière dans l'autre, masque de mouche à portée de main pour la fête costumée - rave party qui se prépare pour Halloween.

 

Face à lui, dans un canapé tout aussi élimé, son pote Damien, et Sal, objet de toutes les convoitises, mais qui pour l'heure semble préférer l'autre.

 

La fête ne va pas tarder à commencer.

Alcool, drogue, musique, violence et sexe en perspective.

En voiture. Pour le meilleur, et surtout pour le pire. Et ce ne sont ni la pluie ni la boue qui diront le contraire.

 

Marie, et son père. Denis, et son père. Karine, et Becker, le vieux qui l'emploie. Ringo aussi, et son monologue intérieur. Et la mère d'Eric. Et tous ceux qui leur gravitent autour...

Des ados, des post-ados, des néo-adultes, et leurs familles plus ou moins présentes, plus ou moins collantes, plus ou moins souffrantes, plus ou moins violentes, qui grouillent grouillent grouillent dans ces mornes et morts paysages quelque part au fond des Etats-Unis.

Une communauté morbide, sauvage, d'où la douceur semble avoir été bannie depuis bien longtemps.

Chacun dans sa tête, chacun dans son coin, mais tout le monde finit par se croiser, se disputer, s'embrasser ou se cogner. Comme quoi la moiteur et l'apathie ambiantes ne sont qu'une façade plaquée sur l'orage des passions qui couve derrière chaque regard.

 

Le roi des mouches règne avant tout sur le faux calme avant la tempête, du haut de son trône ridicule uséecomme les conventions qui régissaient l'american way of life. Bienvenue dans le monde d'après, noir et désabusé.

 

Michel PIRUS, au scénario, tricote méticuleusement les mailles serrées de laLe roi des mouches T2 - Couverture toile d'araignée rapiécée dans laquelle ses personnages, pris au piège, n'ont que peu d'espoir. D'histoire courte en histoire courte, il varie les points de vue, et revêt avec talent les différentes vies gâchées qui se heurtent dans cette Amérique anonyme et universelle.

Optant souvent pour la narration à la première personne (le tome 2 est un peu plus bavard que le premier), il déroule, dans une écriture très littéraire, les errances, les folies, les chemins de traverse et surtout les impasses de ces personnages sans âges qui se cherchent mais ne se trouvent pas, qui essaient de s'oublier, en vain, et dont les seuls repères sont des adutes tout aussi perdus qui ont laissé rêves et illusions derrière eux, et qui n'ont pour refuge que la folie ou le silence soumis.

 

Pour tenir tête à un texte aussi fort, aussi noir, il fallait bien le dessin de MEZZO, complice de longue date du scénariste. En trempant sa plume dans un pot de cirage nuit noire, il donne aux personnages et aux décors toute la densité du désespoir, et une certaine raideur. Marionnettes empêtrées dans les fils du destin, ils s'agitent mollement, malgré quelques éclats, écrasés de moiteur et d'implacabilité (ouf !).

Les couleurs, fades à quelques exceptions près, ont elles aussi perdu la bataille. Au mieux saturent-elles aux limites de l'écoeurement, nauséeuses à souhait.

Les cadrages participent de ce malaise permanent, alternant très gros plans sur des visages ou des détails, au plus près, au trop près, et cache-cache derrière des éléments du décor (grillage, végétation...). Quand trop de personnages peuplent le même espace, ils se figent, théâtraux, engoncés dans leurs rôles, face à un lecteur qui ne peut en rester là.

Quant à la chair, toujours triste, souvent glauque, elle semble grise et froide, mécanique et amnésique. Loin les sensations douces. Loin le bonheur.

 

Définitivement sous influence étasunienne - Daniel CLOWES, Charles BURNS ne sont jamais bien loin - MEZZO et PIRUS brossent, avec Le roi des mouches, le portrait au noir de personnages brisés dans une société brisée. Un peu d'ironie, beaucoup d'amertume, et surtout cette sensation de réalisme qui remue encore plus les tripes.

Les adultes ont perdu pied, les ados ne sont que labyrinthe, et les rares enfants ont déjà du souci à se faire.

 

Pas étonnant, dès lors, que la plupart optent pour la fuite. Dans la folie, l'alcool, la violence, le sexe, la drogue. Ou la fuite sur Mars, pour ceux qui le peuvent.

 

"Du moins nous feront semblant d'y croire."

 

Champimages du monde perdu.

 

Le roi des mouches T1 - Extrait 1

 

Le roi des mouches T2 - Extrait 1

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Mo' 11/08/2012 18:42


Non, pas relu. On me l'avait preté, faut que je passe en caisse et c'était pas prévu dans le budget jusqu'ici ^^

Champi 12/08/2012 09:38



Alors fais-toi le reprêter ! :p



Mo' 11/07/2012 20:26


Spécial ce récit, mais qu'est-ce que j'avais aimé le lire ! Une petite relecture s'impose :)

Champi 11/08/2012 18:31



Alors ? As-tu eu le temps de le relire, depuis ? Toujours aussi bon ?