Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La Tanière du Champi
  • : La Tanière du Champi se veut un lieu où l'on se sent bien pour lire (surtout des BD !), discuter, jouer... Au gré des humeurs, lectures, heures de jeu, j'essaierai de vous faire découvrir tout ce qui se cache sur les étagères poussiéreuses de ce petit mo
  • Contact

Cases dans le vent

Vous n'êtes pas sans savoir que, depuis quelques mois, je rédige des biographies d'auteurs de BD pour des l'encyclopédie en ligne des Editions Larousse.

Afin de vous permettre de retrouver plus rapidement l'ensemble de mes contributions, je vais essayer de les lister ici dans l'ordre de leur parution.

Bonne lecture, et n'hésitez pas à me laisser vos avis !

Champi à tout vent

David B. - Edgar .P. JACOBS - Bob de MOOR - Benoît PEETERS - François SCHUITEN - René GOSCINNY - Astérix - Manu LARCENET - HERMANN - Robert CRUMB - Osamu TEZUKA  - Jean-Pierre GIBRAT -





Contacts

22 septembre 2010 3 22 /09 /septembre /2010 19:28

Local - CouvertureToujours dans le cadre de la préparation du  Raging Bulles du 30 septembre prochain, voici Local - je ne vous cache pas que je ne présenterai pas les six albums dont nous parlerons la semaine prochaine. A la fois par manque de temps, et parce qu'à mes yeux tous ne méritent pas une chronique. Vivement qu'on en parle !!

 

Mais revenons à ce Local au nom apparemment si mal adapté : Megan, en effet, passe son temps à bouger. D'une ville à l'autre, aux quatre coins des Etats-Unis. D'une vie à l'autre.

Au fil des ans et des rencontres, la jeune fille se forge peu à peu un caractère, à défaut de vraiment se forger une identité.

Des hommes, des femmes, des amis, des amants, quelques mauvaises rencontres d'infortune, quelques bonnes surprises aussi, et toujours ce besoin de se "délocaliser".

 

Douze chapitres pour douze instants et instantanés de vie, et autant de destins croisés, plus souvent heurtés que caressés. Non pas que le monde tourne mal, mais en tout cas pas toujours très rond.

 

Une vie dense - le récit fait plus de 320 pages ! - une vie riche, une vie bancale. Une vie prenante - difficile de lâcher le livre avant la fin ! - et très intéressante. A la fois parce qu'elle nous parle, pour partie, de nous - je sais, c'est un élément qui revient souvent dans mes critiques, et pourtant.... - et parce que la galerie de portraits qui se dresse au long de cette vaste allée narrative est particulièrement vraisemblable.

 

 Brian WOOD a donc accompli un travail scénaristique particulièrement poussé, à la fois pour la richesse des personnages qu'il nous donne à voir, mais également pour tous les événements, toutes les errances, qu'il développe autour de son héroïne. Le passé s'invite parfois entre les vies, mais c'est surtout les espaces qui s'entrechoquent, comme autant d'échos aux déplacements incessants de Megan.

 

Ryan KELLY met son trait épais et charnel au service de cette histoire souvent intimiste. Les gros plans, sur les visages ou sur les mains, s'enchaînent sans jamais sombrer dans la répétition, et les personnages sont charpentés et charnels, aussi épais physiquement que psychologiquement. La photographie s'invite parfois au creux des cases, dessinant des décors discrets - car retravaillés à l'encre - ou composant des arrières-plans flous, des affiches usées, des tableaux tramés.

 

Local fait partie de ses rares oeuvres tout en chair à lire, toucher, vivre, dont les auteurs étasuniens ont le secret : tout y est non seulement juste, mais particuièrement poignant, et le flot nous saisit, nous entraîne, sans répit. Et on en redemande.

La vie en pleine face.

 

Champimages en force.

 

Local - Extrait

Partager cet article

Repost 0

commentaires