Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La Tanière du Champi
  • : La Tanière du Champi se veut un lieu où l'on se sent bien pour lire (surtout des BD !), discuter, jouer... Au gré des humeurs, lectures, heures de jeu, j'essaierai de vous faire découvrir tout ce qui se cache sur les étagères poussiéreuses de ce petit mo
  • Contact

Cases dans le vent

Vous n'êtes pas sans savoir que, depuis quelques mois, je rédige des biographies d'auteurs de BD pour des l'encyclopédie en ligne des Editions Larousse.

Afin de vous permettre de retrouver plus rapidement l'ensemble de mes contributions, je vais essayer de les lister ici dans l'ordre de leur parution.

Bonne lecture, et n'hésitez pas à me laisser vos avis !

Champi à tout vent

David B. - Edgar .P. JACOBS - Bob de MOOR - Benoît PEETERS - François SCHUITEN - René GOSCINNY - Astérix - Manu LARCENET - HERMANN - Robert CRUMB - Osamu TEZUKA  - Jean-Pierre GIBRAT -





Contacts

2 février 2013 6 02 /02 /février /2013 17:01

Manabé Shima - CouvertureAprès un mois de janvier placé sous le signe du voyage dans le temps (auquel j'ai d'ailleurs peu participé, honte sur moi...) via les mythologies du monde entier,  K-BD a programmé un mois de février globe-trotteur, histoire de mieux faire passer l'hiver en rêvant de pays chauds (ou presque).

Parmi les oeuvres choisies, le deuxième opus des "aventures de  Florent CHAVOUET au pays du Soleil Levant " : Manabé Shima.

 

J'avais déjà croisé le premier ouvrage du voyageur aux crayons sur les étagères d'un de mes copains parisiens (qui a parlé de sushi il y a peu, d'ailleurs, tout se tient !) et l'esprit et la forme m'avaient totalement séduit : de l'humour, une touche de poésie, beaucoup d'humanité, et un talent graphique époustouflant. Et puis le temps avait passé, de la mizu (rah comme je me la pète grâce au petit lexique final !) avait coulé sous les ponts, et avec elle l'oubli, tout ça...

 

Heureusement que K-BD était là pour me renvoyer arpenter l'archipel de la "pastèque levante" (mais si, regardez bien la couverture du livre !).

 

1er juillet 2009. Florent CHAVOUET pose pour la première fois ses petits pieds et son lourd sac à dos sur un des pontons de l'île de Manabé, quelque part entre Shikoku et Honshu. A la recherche de calme et d'authenticité, il préfère cette petite île peu peuplée (326 habitants à l'époque !) à la plus touristique Shiraishishima (d'où il verra plus tard arriver des ... jets-skis, preuve qu'il a fait le bon choix). Il se fait ouvrir avant l'heure (et surtout la saison) le seul hôtel de l'île, Santora, et, bien vite, se mêle à la population locale.

 

Les deux mois de son séjour ne seront pas de trop pour faire le tour de ce minuscule îlot (7,6 km de circonférence) et de son accueillante population : entre le boui boui d'Ikkyu san, les parties de pêche avec Imoto san, les fêtes estivales (et leurs hana-bi), l'observation minutieuse (et parfois un peu monomaniaque !) de la faune locale (à commencer par les chats, argh), les longues balades littorales ou forestières, les occasions d'approfondir sa connaissance du pays, de la langue, et surtout les occasions de dessiner ne manquent pas !

Lui qui a développé la pratique du dessin contre un repas ou un toit ("eh oui, ça marche encore !") remplit ses carnets de magnifiques illustrations et de tranches de vie compilées dans ce livre bien dense.

 

Parfaits compagnons du voyageur, les crayons de couleur nimbent chaque image d'une petite aura d'enfance apaisante et éclatante, qui confère à chaque maison, chaque habitant un petit air hors du temps.

 

Les portraits, vivants et sans aucun doute fidèles, nous permettent de très vite faire partie de la petite communauté insulaire : les familles, les solitaires, des nouveaux venus, les anciens... tous semblent se côtoyer avec plaisir et évidence.

Chaque habitant ou presque a également droit à un beau portrait de sa maison vue de dehors et, si possible, vue de dedans. L'auteur développe alors un sens de la perspective tout personnel qui nous offre à la fois un champ large sur les pièces dans lesquelles il a pu rentrer et nous rappelle combien ces espaces sont encombrés et sans aucun doute exigus.

Son sens du détail auquel rien ne semble échapper fait de chaque intérieur un beau portrait voyageur de chacun de ses hôtes : images et objets, bien rangés ou entassés, composent des paysages de vie de toute subtilité.

 

La générosité qui se dégage de chaque dessin nous prouve que Florent CHAVOUET semble adorer dessiner, si possible avec le plus de minutie possible : textures, ambiances, emballages fidèlement reproduits... Archéologue du quotidien, il collecte ces images d'ailleurs au gré des rencontres, des découvertes (il présente parfois des collections d'objets trouvés-ramassés), mettant souvent ses crayons au service... des bêtes locales.

 

Outre les hordes de chats (organisées en bande dont on peut suivre l'implantation sur un plan digne des meilleurs satellites-espions), il suit de son oeil vigilant chaque créature jaillie de l'herbe ou des flots qui coicent l'île entre le vert et le bleu.

Les créatures terrestres l'intriguent (notamment les nombreux insectes qu'il croise à tout bout de champ, ah ah), les créatures marines l'amusent (surtout les tako, les poulpes) et sans aucun doute l'émerveillent par leur variété et leurs couleurs.

 

Sans parler de leur qualités gustatives innombrables : les Japonais sont incontestablement les maîtres des fourneaux de Neptune, et l'auteur en est ravi. Soupes, grillades s'accommodent de presque tout ce qui jaillit de l'onde (souvent bien aidé par d'impeccables filets) et qui peut craquer, croustiller, ou se mastiquer pendant des heures.

 

A manger, à boire, et surtout à voir... Tel l'auteur qui trouve finalement son séjour trop court, nous n'arrivons pas à étancher notre curiosité au bout des quelques 140 pages de Manabé Shima : encore ! Encore des virées en mer, encore des petites fêtes le soir autour d'un vieux projecteur à diapos, encore une dernière biru pour la route, encore la mer à perte de vue et l'étrangeté de ses habitants...

Bien sûr, ne soyons pas dupes : c'étaient les vacances, la routine des jours travaillés est sans doute bien moins exotique, et les noirs nuages qui s'amoncellent au loin ("d'ailleurs, j'ai mis du feutre") laissent imaginer des saisons plus humides, mais tout de même...

 

Pari réussi pour notre globe-dessinateur : il nous a emporté dans ses valises et nous a livré un guide suffisamment précis (avec magnifique carte à déployer, en prime) pour que l'on puisse sans peine aller marcher sur ses pas. Avec certes moins de talent graphique, mais au moins la même envie et la même curiosité.

 

En route, voyageur, l'image nous attend, en attendant le monde.

 

Champimages qui voyagent.

 

Manabé Shima - Extrait

 

Manabé Shima - Extrait 2

Partager cet article

Repost 0

commentaires

lunch 08/02/2013 14:22


Archéologue du quotidien. J'aime beaucoup ce petit qualificatif :)

Champi 08/02/2013 15:48



Merci ! :)


 


J'espère que l'auteur s'y reconnaîtra !