Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La Tanière du Champi
  • : La Tanière du Champi se veut un lieu où l'on se sent bien pour lire (surtout des BD !), discuter, jouer... Au gré des humeurs, lectures, heures de jeu, j'essaierai de vous faire découvrir tout ce qui se cache sur les étagères poussiéreuses de ce petit mo
  • Contact

Cases dans le vent

Vous n'êtes pas sans savoir que, depuis quelques mois, je rédige des biographies d'auteurs de BD pour des l'encyclopédie en ligne des Editions Larousse.

Afin de vous permettre de retrouver plus rapidement l'ensemble de mes contributions, je vais essayer de les lister ici dans l'ordre de leur parution.

Bonne lecture, et n'hésitez pas à me laisser vos avis !

Champi à tout vent

David B. - Edgar .P. JACOBS - Bob de MOOR - Benoît PEETERS - François SCHUITEN - René GOSCINNY - Astérix - Manu LARCENET - HERMANN - Robert CRUMB - Osamu TEZUKA  - Jean-Pierre GIBRAT -





Contacts

21 mars 2010 7 21 /03 /mars /2010 20:34
Martha Jane Cannary T1 - CouvertureDerrière ce nom d'oiseau se cache, comme certains d'entre vous le savent sans doute, l'une des légendes de l'Ouest, du Far "Ouest", même, immortalisée par GOSCINNY et MORRIS, en leur temps, par une rousse farouche au franc parler qui, chique en bouche, tenait tête à Lucky Luke.
Elévée dans une monde dur et boueux (tout un paradoxe !), Martha Jane Cannary pouvait être difficilement tendre et immaculée.
D'où son caractère de cochon, sans aucun doute indispensable à sa survie, et à l'affirmation de sa condition de femme libérée, plus attirée par les cavalcades que par la dentelle.

Vous l'avez donc sans aucun doute reconnue : la mythique Calamity Jane, qui vit le jour dans le Missouri en 1852, et s'éteignit un demi-siècle plus tard à Deadwood, ça ne s'invente pas.

Christian PERRISSIN a décidé de coller au plus près de la réalité historique, comme il l'indique lui-même en préambule. S'appuyant sur quelques textes de référence, notamment la riche correspondance que Jane entretint avec sa fille, il a ensuite essayé de combler avec vraisemblance les nombreux trous émaillant la biographie de la dame.

Matthieu BLANCHIN, de son côté, semble avoir trempé ses pinceaux dans la terre trop sèche ou trop humide des vastes plaines du Middle West et des pistes rocailleuses des ... Montagnes Rocheuses. Son trait tremblant, très "jeté" comme dirait l'autre, colle à merveille à l'agitation permanente de son héroïne, et au mouvement qui animait les aventuriers ayant laissé derrière eux la tranquille mais surpeuplée côte orientale pour le potentiel Eldorado occidental, quelque part au coeur des terres amérindiennes.

Sans forcément chercher à redonner à Calamity Jane des lettres noblesses ou un peu plus de vraisemblance - le personnage ayant passé une bonne partie de sa vie à en travestir le souvenir - les deux auteurs nous livrent à la fois le portrait d'une époque et de lieux qui sont encore bien souvent entachés de clichés, et celui d'une femme plongée au coeur d'une société qui ne laissait pas grand place à ses consoeurs.
Face à un univers hostile et fréquemment machiste, Martha Jane Cannary, forte tête et tête brûlée, peut faire figure d'avant-gardiste, de révolutionnaire, ou d'hystérique, suivant le point de vue.
Une femme dans tous les cas atypique, dont on se plaît à suivre les aventures, quelles soient romancées ou pas, au fil de chapitres suivant le cours l'Histoire.

La route vers Deadwood est encore longue, et on l'imagine semée des mille embûches que Jane aura elle-même essaimées sur son chemin afin de donner à sa vie le goût de l'aventure.

Ainsi naissent les légendes.

Champimages en lavis.

Martha Jane Cannary T1 - Extrait

Partager cet article

Repost 0

commentaires

fr 22/03/2010 11:11


"vit le jour dans le Missouri en 1852, et s'éteignit une demi-décennie plus tard"
à l'age de 5 ans donc... 


Champi 23/03/2010 07:55


Elle en a fait des choses en peu de temps !
Voilà ce que c'est que de faire des articles à pas d'heure...
Erreur rectifiée.
Merci de ta lecture assidue et méticuleuse !