Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La Tanière du Champi
  • : La Tanière du Champi se veut un lieu où l'on se sent bien pour lire (surtout des BD !), discuter, jouer... Au gré des humeurs, lectures, heures de jeu, j'essaierai de vous faire découvrir tout ce qui se cache sur les étagères poussiéreuses de ce petit mo
  • Contact

Cases dans le vent

Vous n'êtes pas sans savoir que, depuis quelques mois, je rédige des biographies d'auteurs de BD pour des l'encyclopédie en ligne des Editions Larousse.

Afin de vous permettre de retrouver plus rapidement l'ensemble de mes contributions, je vais essayer de les lister ici dans l'ordre de leur parution.

Bonne lecture, et n'hésitez pas à me laisser vos avis !

Champi à tout vent

David B. - Edgar .P. JACOBS - Bob de MOOR - Benoît PEETERS - François SCHUITEN - René GOSCINNY - Astérix - Manu LARCENET - HERMANN - Robert CRUMB - Osamu TEZUKA  - Jean-Pierre GIBRAT -





Contacts

16 août 2011 2 16 /08 /août /2011 21:14

SPIEGELMAN - Maus - T1 - CouvertureAu risque de ne pas donner dans l'originalité, je ne peux m'empêcher de commencer cette chronique par ces mots : "attention, chef-d'oeuvre".

 

Avec un peu d'avance sur la programmation de K-BD - pour une fois ! - voici une des bandes dessinées que nous avons décidé d'aborder en septembre, à partir d'une sélection pour le moins prestigieuse : les Grands Prix du Festival d'Angoulême (il fallait bien tout un tas de majuscules pour une aussi illustre galerie !).

 

Maus.

Quatre lettres qui ont changé la vie d'Art SPIEGELMAN, et la face de la bande dessinée.

Pas seulement parce que, en tant qu'unique bande dessiné à avoir jamais reçu un Prix Pulitzer (en 1992), elle a permis à un genre encore et toujours (dé)considéré comme mineur d'acquérir de publiques lettres de noblesse, mais surtout par l'influence qu'elle a pu avoir sur toute une génération d'auteurs - notamment outre-Atlantique - et par la richesse de ses presque 300 pages, qui offrent une triple plongée dans l'art et dans l'histoire.

 

L'aventure commence en 1973, à travers une histoire courte dans un style réaliste qui permet à l'auteur un premier SPIEGELMAN - Maus - T2 - Couvertureexorcisme.

Mais c'est à partir de 1980, pour la revue Raw, qu'il a confondé avec son épouse Françoise MOULY, afin d'offrir un espace éditorial à une bande dessinée indépendante en mal de visibilité, qu'il se remet au travail, et se penche sur l'histoire. Sur les histoires. Celle avec un grand H qu'on lit dans les livres et qui colle à la peau de l'humanité, celle de son père, et celle de son rapport à son père et à son art.

Entreprenant l'immense tâche de collecter tous les souvenirs que son père a conservés de la deuxième Guerre mondiale, Art SPIEGELMAN, muni de carnets et d'un magnétophone, va consacrer à ce viel homme de plus en plus fatigué un nombre d'heures incalculable, afin d'avoir la vision la plus précise et la plus complète possible de ces tragiques années passées dans une Europe déchirée par la barbarie.

Emporté par les souvenirs, Vladek entraîne avec lui son fils dans les méandres de sa mémoire et, lui livrant un récit décousu, permet à Art de découvrir, en marge de l'Histoire, les blessures, les errances, les douleurs, qui ont fait de son père l'homme qu'il est à ce moment-là, irritable, lunatique, tantôt emporté, tantôt épuisé.

 

Deux tomes, dix chapitres, trois cents pages, onze ans de travail pour les réaliser, ne seront pas de trop pour essayer de vivre de l'intérieur le drame de tout un peuple, les Juifs-souris qui donnent leur nom à ce drame de papier, le drame d'un homme qui voit partir les siens, emportés par la guerre ou par la folie qui en a résulté, et celui d'un fils, et surtout d'un artiste, qui ne sait plus où se situer face à l'horreur, face à l'Histoire et face à son histoire.

Où s'achève le témoignage ? Où commence l'interprétation ? Que montrer ? Comment le montrer ? Faut-il tout montrer ? Comment respecter la mémoire, les personnes, la douleur muette que cette enquête de longue haleine fait remonter à la surface ?

 

SPIEGELMAN - Autoportrait à la planche à dessinComment résumer en quelques lignes un album qui est l'histoire de tant de vies - et de morts ?

Mon père saigne l'histoire / Et c'est là que mes ennuis ont commencé.

Gravité et légèreté dans ces deux sous-titres évocateurs.

La guerre et ses échos bien des décennies après.

Les plaies sont toujours vives.

 

En adoptant un style graphique épuré, en optant pour des animaux anthropomorphes, Art SPIEGELMAN ("l'homme miroir", ça ne s'invente pas...) a su tenir à distance l'insoutenable réalité des êtres pour amener les lecteurs dans l'espace du symbole, de la métaphore presque, faisant de chaque souris, de chaque chat, de chaque acteur de ce drame international, de chaque décor, le creuset de toutes les horreurs dont l'humanité a été capable depuis la nuit des temps.

En se mettant en scène face à son père, face à l'Histoire, face à sa table à dessin surtout, l'auteur a su montrer toute la difficulté d'un exercice pourtant indispensable, vital pour lui : faire face à l'Histoire, et à celle de sa famille.

Caché derrière son masque de rongeur - lui donnant une image qui lui colle encore aujourd'hui à la peau - SPIEGELMAN se dévoile plus que jamais, avec ses doutes, ses douleurs, ses révélations, ses colères, ses abandons, son insistance, son art enfin, surtout (là encore, ça ne s'invente pas !) qui lui permet de sublimer le drame historique et le genre autobiographique.

 

En renvoyant en permanence aux lecteurs son reflet face au miroir des histoires, Art SPIEGELMAN leur permet à leur tour de prendre place au coeur des événements dont Vladek se souvient et au coeur de la réflexion permanente que l'auteur entretient autour de cette mise en images.

 

Bouleversant, troublant, et faisant jaillir de multiples interrogations, Maus mérite bel et bien le statut d'oeuvre d'art, par son universalité, par l'intimité qu'il fait naître au sein de chaque lecture, et par les innombrables échos qu'il trouve au coeur de chaque lecteur.

 

On peut bien sûr continuer de vivre sans avoir lu Maus.

Mais on ne peut continuer à vivre à l'identique une fois qu'on l'a lu.

Notre rapport au monde et à ses représentations en est à jamais changé.

Et si la vie de Vladek peut nous paraître un modèle de persévérance encourageant, l'environnement dans lequel elle s'est déroulée nous rappelle combien l'Histoire est désespoir.

 

Une oeuvre à double face, dans laquelle nous ne ferons jamais le tour de tous les détails éparpillés dans les miroirs de l'image et du souvenir.

 

Champimages en profondeur.

 

SPIEGELMAN - Maus - Face au magnétophone 1

 

SPIEGELMAN - Maus - Souvenirs 1

 

SPIEGELMAN - Maus - Fatigué 2

Partager cet article

Repost 0

commentaires