Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La Tanière du Champi
  • : La Tanière du Champi se veut un lieu où l'on se sent bien pour lire (surtout des BD !), discuter, jouer... Au gré des humeurs, lectures, heures de jeu, j'essaierai de vous faire découvrir tout ce qui se cache sur les étagères poussiéreuses de ce petit mo
  • Contact

Cases dans le vent

Vous n'êtes pas sans savoir que, depuis quelques mois, je rédige des biographies d'auteurs de BD pour des l'encyclopédie en ligne des Editions Larousse.

Afin de vous permettre de retrouver plus rapidement l'ensemble de mes contributions, je vais essayer de les lister ici dans l'ordre de leur parution.

Bonne lecture, et n'hésitez pas à me laisser vos avis !

Champi à tout vent

David B. - Edgar .P. JACOBS - Bob de MOOR - Benoît PEETERS - François SCHUITEN - René GOSCINNY - Astérix - Manu LARCENET - HERMANN - Robert CRUMB - Osamu TEZUKA  - Jean-Pierre GIBRAT -





Contacts

27 septembre 2010 1 27 /09 /septembre /2010 21:15

Notre mère la guerre T1 - CouvertureEtranges recoupements que les circonstances - les hasards ? - nous offrent parfois.

Alors que, pour  K-BD, je commençais la lecture de Notre mère la guerre, passait hier soir sur le petit écran - que je fréquente très peu, pourtant ! - le film Indigènes.

D'une guerre à l'autre.

 

Champagne pour tout le monde, en ce terrible mois de janvier 1915. Mais les bulles sont des bombes, et les saveurs subtiles celles de la boue crayeuse des plaines champenoises, donc.

Tandis que les sangs inonde les tranchées, chaque morceau de métal - baïonnette, balle ou obus - les irrigants de sa sinistre moisson, des femmes tombent. Sous d'autres coups. Entre d'autres mains. La mort s'invite sous toutes ses formes dans ce bal macabre.

Roland Vialatte, lieutenant de gendarmerie, mais aussi homme de lettres et de foi, est dépêché sur les lieux des crimes. Menant l'enquête sur la sinistre série, il se retrouve au coeur de la boucherie.

Sur sa route, pour le guider dans les méandres de la terre blessée et des corps meurtris, le caporal Peyrac. Rude gaillard qui a en charge un groupe de jeunes repris de justice : Jolicoeur, Lemarchand, Fournier, Le Goan... "Quinze étourneaux qui n'avaient pas encore compris pourquoi on leur avait ouvert la cage."

 

KRIS, que l'on peut ranger dans la catégorie des scénaristes engagés, brosse une terrible valse à trois tomes. Que Notre mère la guerre T2 - Couverturedevient l'homme face à l'innommable ? L'impensable ? Plongé dans le plus terrible conflit que le monde ait jamais connu ? (cette "Der des Ders" qui ne fut malheureusement que la Première...) Sous la boue qui recouvre tout et tout le monde, qui unifie, sous les bombes et les balles et les coups qui pleuvent aveuglément sur des hommes devenus tous égaux, que reste-t-il de chaque individu ? Quelle part d'humanité face à l'horreur ? Quelle part de soi face à la masse ? En guidant les pas du lieutenant Vialatte, KRIS peut laisser libre cours à sa verve envolée, poétique et rugueuse, où chaque mot est chargé comme une motte du poids des batailles.

 

MAËL donne à cette terrible histoire les traits et les couleurs qu'il fallait : les visages sont anguleux, les chairs meurtries, les yeux hallucinés, et le terne voile des cendres et de la poussière recouvre le monde, même au coeur des nuits grises sans répit. L'aquarelle, à laquelle il semble avoir fait appel, diffuse une pâle lumière et fait la part belle à l'ombre, au sang et à la terre. "Depuis tout ce temps, j'en sens encore le goût et l'odeur". Là réside une des forces de son dessin : il touche tous les sens. Les explosions muettes résonnent à nos oreilles, la poussière s'immisce dans nos bouches qui s'assèchent au fil de la lecture. De quoi rendre la guerre, omniprésente dans les corps et dans les têtes, particulièrement charnelle.

 

Notre mère la guerre est une terrible aventure humaine : celle de toutes les plongées dans l'horreur, celle qui entraîne là où personne ne devrait aller, celle qui révèle parfois l'inattendu, l'insoupçonné, au plus profond de chacun. Mais à quel prix.

 

"Un homme n'est rien pour vous et la minute suivante vous êtes prêt à braver l'enfer pour lui, dans un élan spontané, instinctif... J'ai compris cette nuit-là à quel point l'héroïsme était chose si commune."

L'instinct. Peut-être ce qui reste quand on a tout perdu, quand tout semble perdu.

 

"Tout au long du chemin du retour, la guerre m'apparaissait sous un autre jour. Je n'en distinguais plus la poésie, l'épopée ou l'aventure. J'en comprenais seulement l'immense gâchis."

Un gâchis emportant avec lui tant d'hommes, mais également tant de femmes.

 

La folie, sous toutes ses formes, n'épargne personne.

 

Champimages de poussière.

 

Notre-mere-la-guerre-T1---Extrait-copie-1.jpg

Partager cet article

Repost 0

commentaires

JMP 28/09/2010 19:38



Et puis j'ai ajouté un lien vers la Tanière depuis mon blog : http://dessinsobliques.blogspot.com/



Champi 29/09/2010 07:36



Donc échange de bons procédés...



JMP 28/09/2010 19:30



Une info au Champi :


les 1,2et 3 octobre à Mouans Sartoux, Fête du livre avec, le samedi 2, un exercice dans lequel tu excelles : la table ronde sur le sujet : le rôle du scénariste dans la BD d'auteur, animé par
myself, avec des auteurs des Enfants Rouges.


Qu'on se le dise.


JM Pontier



Champi 29/09/2010 07:36



Merci pour l'info !


Mes 1,2 et 3 octobre sont déjà surchargés, mais je compte sur toi pour faire un brillant compte-rendu de cette non moins brillante table ronde (et je suis sincère !) que tu animeras. Régale-toi
bien !