Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La Tanière du Champi
  • : La Tanière du Champi se veut un lieu où l'on se sent bien pour lire (surtout des BD !), discuter, jouer... Au gré des humeurs, lectures, heures de jeu, j'essaierai de vous faire découvrir tout ce qui se cache sur les étagères poussiéreuses de ce petit mo
  • Contact

Cases dans le vent

Vous n'êtes pas sans savoir que, depuis quelques mois, je rédige des biographies d'auteurs de BD pour des l'encyclopédie en ligne des Editions Larousse.

Afin de vous permettre de retrouver plus rapidement l'ensemble de mes contributions, je vais essayer de les lister ici dans l'ordre de leur parution.

Bonne lecture, et n'hésitez pas à me laisser vos avis !

Champi à tout vent

David B. - Edgar .P. JACOBS - Bob de MOOR - Benoît PEETERS - François SCHUITEN - René GOSCINNY - Astérix - Manu LARCENET - HERMANN - Robert CRUMB - Osamu TEZUKA  - Jean-Pierre GIBRAT -





Contacts

1 août 2011 1 01 /08 /août /2011 18:15

Oscar Wilde et le jeu de la mortAmis de Bruce LEE et/ou de Kill Bill, passez votre chemin : le "jeu de la mort" dont il s'agit ici ne s'accommode pas d'un survêtement jaune et noir passé à la postérité suite à une disparition mystérieuse et à un retour sanglant.

 

Amis d'Oscar WILDE, des romans policiers, des bons mots, et du premier tome des aventures de notre auteur-enquêteur (mais si, souvenez-vous,  Oscar Wilde et le meurtre aux chandelles !), vous êtes par contre bel et bien au bon endroit.

 

Voici en effet le deuxième opus des aventures du dandy perspicace, toujours flanqué de son comparse et admirateur Robert Sherard.

Ses pas nous conduisent dans le Londres embrumé de 1892. Sa pièce L'Eventail de Lady Windermere est un succès depuis quelques mois déjà, mais ne lui attire pas que des amis.

Pourtant, prompt à jouer aux jeux les plus risqués, Oscar Wilde ne craint pas d'inviter à sa table, au sein du très distingué Club Socrate qu'il a mis sur pied, les plus jaloux.

Le voilà donc, un beau soir de mai, entouré de treize convives - portant à quatorze le nombre de participants, la supersitition est sauve ! - proposer de jouer à l'inattendu et déroutant "jeu de la mort" : chaque participant note, sur un bout de papier, le nom d'une personne qu'il aimerait voir morte.

Tous les papiers sont regroupés dans un chapeau, puis tirés l'un après l'autre. Le jeu consiste alors à essayer de deviner qui a désigné chacune des cilbles...

Mais, bien vite, le jeu se fait macabre, certains noms apparaissant avec une inquiétante répétition...

 

Comme lors de sa précédente mise en scène du plus lettré des enquêteurs, Gyles BRANDRETH offre à ses lecteurs une véritable énigme qu'Agatha CHRISTIE ou Arthur CONAN DOYLE n'auraient pas désavouée. D'ailleurs, le père de Sherlock Holmes est de nouveau de la partie, rappelant, par moment, les étranges similitudes entre sa créature de papier et l'illustre Oscar.

De plus, en spécialiste éclairé et volubile de WILDE, BRANDRETH sait nous faire partager, à travers descriptions, situations et bons mots, son admiration pour l'écrivain. Difficile de rester insensible au charme de son à-propos, de ses tirades, de son élégance et de ses goûts vestimentaires ou gastronomiques.

 

Bien sûr, une bonne partie de l'action se déroule "entre hommes", dans des clubs distingués où l'on reste entre soi, mais les femmes, notamment Constance WILDE, y jouent tout de même un rôle - même si elles sont avant tout les "épouses de...". Constance est d'ailleurs l'objet de nombreuses, trop nombreuses peut-être, attentions...

Bosie, Bram Stoker, sont également de la partie, sans oublier Shakespeare, qui apparaît régulièrement au détour d'une phrase.

 

Humour, érudition, énigme : tous les ingrédients sont réunis pour faire de Oscar Wilde et le jeu de la mort une réussite complète, qui réjouira les amateurs de casse-tête autant que de bons mots.

Bien que l'action se déroule parfois en dehors de la capitale, Londres est le principal décor de cette nouvelle aventure du détective en flanelle, et joue inconstestablement l'un des premiers rôles. Le petit plan proposé en ouverture est d'ailleurs le bienvenu pour suivre au plus près les déplacements des deux héros.

 

Laissons pour terminer la parole au roman - et à ses protagonistes.

 

"L'esprit de sérieux est le péché originel du monde. Si les hommes des cavernes avaient su rire, l'histoire aurait été bien différente... et tellement plus plaisante."

O. WILDE

 

"Considère un nom illustre comme le joyau le plus précieux que tu puisses posséder, car l'estime est comme le feu : une fois que tu l'as obtenue, tu peux facilement la conserver, mais si tu la laisses s'éteindre, il te sera difficile de la retrouver. La méthode pour avoir bonne réputation est d'oser être tel que tu souhaites que l'on te voie."

SOCRATE

 

"J'ai passé deux appels ce matin, Robert. Tout deux longue distance, ce qui explique pourquoi je suis un peu enroué."

O.WILDE

 

Champi au pays du dandy

Partager cet article

Repost 0

commentaires