Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : La Tanière du Champi
  • : La Tanière du Champi se veut un lieu où l'on se sent bien pour lire (surtout des BD !), discuter, jouer... Au gré des humeurs, lectures, heures de jeu, j'essaierai de vous faire découvrir tout ce qui se cache sur les étagères poussiéreuses de ce petit mo
  • Contact

Cases dans le vent

Vous n'êtes pas sans savoir que, depuis quelques mois, je rédige des biographies d'auteurs de BD pour des l'encyclopédie en ligne des Editions Larousse.

Afin de vous permettre de retrouver plus rapidement l'ensemble de mes contributions, je vais essayer de les lister ici dans l'ordre de leur parution.

Bonne lecture, et n'hésitez pas à me laisser vos avis !

Champi à tout vent

David B. - Edgar .P. JACOBS - Bob de MOOR - Benoît PEETERS - François SCHUITEN - René GOSCINNY - Astérix - Manu LARCENET - HERMANN - Robert CRUMB - Osamu TEZUKA  - Jean-Pierre GIBRAT -





Contacts

5 novembre 2012 1 05 /11 /novembre /2012 09:53

Tintin au Congo - Couverture"Que dirais-tu d'un voyage au Congo ? [...] Nous ferions des explorations scientifiques, nous chasserions les fauves, nous traverserions les torrents, nous cheminerions dans les profondeurs des forêts, tu ne penses pas que ce serait un reportage sensationnel, cela ?"


29 mai 1930. Cela fait à peine un mois que Milou et son maître sont rentrés du "Pays des Soviets" que, déjà, le petit chien blanc souffle à Tintin une nouvelle destination. Son choix n'est pas anodin : offert à l'Etat belge par le roi Léopold II en 1908, le Congo belge, comme on l'appelle alors, manque cruellement de main-d'oeuvre européenne. Rédacteur en chef du Vingtième Siècle, prestigieux quotidien catholique dont est issu Le Petit Vingtième dans les pages duquel Tintin a vu le jour (ouf !), l'abbé WALLEZ, mentor d'HERGE, pense susciter des vocations parmi l'important lectorat des Aventures de Tintin en lui proposant de suivre le reporter sur les routes africaines.

 

Si l'on en croit Benoît PEETERS dans son très riche et documenté Hergé, fils de Tintin, HERGE "n'aimai(t) pas les coloniaux qui revenaient en se vantant de leurs exploits. Mais (il) ne pouvai(t) s'empêcher de considérer les Noirs comme de grands enfants." (p.79).

 

Le ton est donné : l'auteur envoya bel et bien son héros au Congo, mais sans grand enthousiasme, pourvu de la maigre documentation récupérée au Musée du Congo de Tervuren, et plein d'un paternalisme colonialiste aujourd'hui déplacé.

 

Il est toujours délicat de se replonger dans l'oeuvre d'HERGE, car les sujets de débat sont nombreux, animés par les fervents défenseurs de l'homme, de son oeuvre et de ses droits, et ses détracteurs, d'autant plus nombreux eux aussi que l'album est ancien.

Tintin au Congo est un album encore plus sensible dans la mesure où, ces dernières années, et pas plus tard qu'il y a deux mois, il a été au centre de nombreuses polémiques.

Mais chaque chose en son temps.

 

Pourquoi aborder cet album ? Parce qu'il fait partie des titres que K-BD a retenus (après un certain nombre de débats, là encore !) pour son thème "L'Afrique en BD" (à ce sujet, vous avez déjà pu lire ici les chroniques de Kililana Song et de Ida).

 

Parlons de l'album en lui-même, peut-être : prépublié entre juin 1930 et juillet 1931 dans les pages du Petit Vingtième, à raison de deux planches par semaine, il offre aux jeunes (et catholiques) lecteurs belges un voyage en noir et blanc dans l'Afrique de tous les clichés.

Tintin, héros acclamé aux quatre coins du globe et courtisé par les journaux du monde entier, enchaîne les trophées de chasse (par centaines !) et les lieux communs sur l'Afrique, avec ses populations incrédules et assistées, pétries d'admiration pour les Blancs, leurs croyances au mieux risibles, au pire dangereuses, et la mission civilisatrice que les Occidentaux tentent d'y mener.

Le scénario, dans la droite ligne de toute la production de la fin du XIX°siècle, entretient la veine feuilletonniste et humoristique : les gags s'enchaînent très vite, il y a peu de fil conducteur (même si, dans la version redessinée de 1946, l'ombre du tome suivant, Tintin en Amérique, plane dès les premières pages), et le tout semble particulièrement décousu (logique).

 

Formellement, la version d'origine est dans la continuité de Tintin au pays des Soviets : dessin en noir et blanc, ligne encore peu assurée (mais peut-on le reprocher à un auteur totalement autodidacte en la matière ?), mise en page sommaire, textes extrêment redondants par rapport à l'image.

La version redessinée et mise en couleur de 1946 offre des planches bien plus dynamiques, un trait plus définitif (la "ligne claire" a fait du chemin), et HERGE a eu l'intelligence de retoucher les passages les plus "délicats" en matière de respect des peuples (petit exemple ci-dessous).

 

Tintin au Congo - Extrait 2

 

Ceci étant, la deuxième version, telle qu'on peut la trouver encore aujourd'hui en librairie ou dans les bibliothèques, continue de faire débat et de susciter polémiques ou hostilités.

La plus virulente a été portée jusque devant les tribunaux par Bienvenu MBUTU MONDONDO. Procédure fleuve et médiatisée initiée en 2007 et suivie de près par Actua-BD.

La plus récente a mis en cause la Bibliothèque pour la Jeunesse de Stockholm, qui voulait extraire de ses bacs toute la série des Tintin, et par extension toute oeuvre pouvant donner une image dégradante d'autres peuples ou de certaines catégories de popoulation, comme les homosexuels, par exemple. Là encore Actua-BD a apporté un éclairage intéressant.

 

Outre les questions financières qui, concernant l'oeuvre d'HERGE, font facilement les gros titres (en matière de droit d'auteur notamment), les questions éthiques sont elles aussi nombreuses. Faudrait-il interdire Tintin aujourd'hui ? Faudrait-il assortir les albums de la première époque de documents explicatifs replongeant le lecteur dans le contexte d'origine ?

 

On pourrait pousser le débat un peu plus loin peut-être (même si je pense qu'il ne se développera pas ici, mais nous le mènerons sans doute sur K-BD !) en se demandant à la fois "qui sont les lecteurs de Tintin aujourd'hui" et "d'autres bandes dessinées contemporaines ne véhiculent-elles pas elles aussi des clichés réactualisés" ?

 

Pas sûr qu'HERGE et son époque aient été moins "racistes" que la nôtre (peut-être le furent-ils différemment). Pas sûr que les lecteurs d'aujourd'hui lisent Tintin au Congo sans aucun recul (ou alors ils n'ont aucun recul sur rien, notamment sur la violence de bon nombre des produits culturels qu'on leur met entre les mains et les yeux).

Pas sûr, de toute façon, que les Aventures de Tintin intéressent encore vraiment les plus jeunes, qui se retrouvent surtout avec de tels albums entre les mains sans doute parce que leurs parents les leur ont offert, par nostalgie ou effet de masse.

 

Alors, faudrait-il interdire Tintin au Congo ? Je ne pense pas.

Faudrait-il l'assortir de documents explicatifs et contextuels ? Pourquoi pas, même si leur impact serait sans doute limité.

Tintin au Congo véhicule-t-il des clichés dangereux pour l'image des peuples africains ? Des clichés, bien sûr. Dangereux, j'en doute. Contrairement au lecteur des années 30, celui du début du XXI°siècle a un vision un peu plus riche et plus large du monde qui l'entoure.

Du moins peut-on l'espérer.

 

On n'a pas fini d'en parler.

 

Champimages qui font couler beaucoup d'encre.

 

(au fait, c'est moi ou Tintin a l'air plus bronzé sur la couverture de l'album que dans la case dont elle est tirée ?)

 

Tintin au Congo - Extrait 1

Partager cet article
Repost0

commentaires

Lunch 08/11/2012 09:17


Tout simplement d'envoyer des lettres d'amour à son libraire pour exprimer son soutien ^^


Mais j'image un peu, c'était une boutade intégrée à ta note de blog : http://lataniereduchampi.over-blog.com/article-j-aime-mon-libraire-89550337.html

Champi 08/11/2012 09:22



Ca y est, je m'en souviens !


Et oui, je suis pour les lettres d'amour aux auteurs, aux librairire, et à certains éditeurs, allez, soyons fous ! :p



Lunch 07/11/2012 22:58


En fait, je parlais d'une idée à la con que tu avais eue pour aider les libraires. De là je pense qu'il est né un petit quiproquo rigolo dans la discussion :)

Champi 08/11/2012 08:51



En effet !! :D


Alors rafraîchis-moi la mémoire : c'était quoi mon idée à la con ? Car j'en ai trop pour me souvenir de toutes !! :D



Lunch 07/11/2012 18:11


J'imagine qu'il les destinait plutôt à son éditeur non ? :)

Champi 07/11/2012 18:39



Je ne te suis plus, là !! :D



Lunch 05/11/2012 18:20


Je me souviens des lettres d'amour à son libraire... par exemple :D

Champi 07/11/2012 15:34



Hergé envoyait des lettres d'amour à son libraire ???



Lunch 05/11/2012 15:13


Ce pourrait être rigolo quoiqu'un peu casse gueule. Mais je vais y réfléchir ^^

Champi 05/11/2012 17:33



Si tu veux d'autres idées à la con, tu te doutes que j'en ai un paquet !! :D