Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La Tanière du Champi
  • : La Tanière du Champi se veut un lieu où l'on se sent bien pour lire (surtout des BD !), discuter, jouer... Au gré des humeurs, lectures, heures de jeu, j'essaierai de vous faire découvrir tout ce qui se cache sur les étagères poussiéreuses de ce petit mo
  • Contact

Cases dans le vent

Vous n'êtes pas sans savoir que, depuis quelques mois, je rédige des biographies d'auteurs de BD pour des l'encyclopédie en ligne des Editions Larousse.

Afin de vous permettre de retrouver plus rapidement l'ensemble de mes contributions, je vais essayer de les lister ici dans l'ordre de leur parution.

Bonne lecture, et n'hésitez pas à me laisser vos avis !

Champi à tout vent

David B. - Edgar .P. JACOBS - Bob de MOOR - Benoît PEETERS - François SCHUITEN - René GOSCINNY - Astérix - Manu LARCENET - HERMANN - Robert CRUMB - Osamu TEZUKA  - Jean-Pierre GIBRAT -





Contacts

4 août 2011 4 04 /08 /août /2011 12:21

Ta mère la pute - CouvertureTa mère la pute.

Comme ça, de plein fouet, en couverture.

Sur cette vaste butte qui bouffe tout l'espace, tout l'horizon, qui empêche de voir plus loin que le terrain vague et les barres.

 

TMLP.

Insulte suprême dans ce petit monde clos, "1100 logements divisés en 4 cités distinctes, chacune avec des noms de poètes qu'on lira jamais", où, chaque fin de mois, certains silhouettes féminines se pressent vers un arrêt de bus. Là, victimes de la misère, du chômage ou d'un mari envolé, elles cherchent à joindre les deux bouts malgré tout, dans ce coin de nuit que tout le monde déserte pour ne pas croiser un regard connu.

 

Même les mômes évitent. Ils ont trop peur, trop compris.

Des mômes des années 80, paumés, en bande.

"Nous à la base, on n'est pas des méchants ni des dangereux... Tout juste des branleurs des fumistes disaient nos profs, mais pas des mômes méchants."

Ils traînent, jouent au foot encore et encore, se lancent des défis à la con, fuient les ados qui aiment les maltraiter et le sadique barbu qui rôde dans les bois voisins.

 

Ils traînent, se cherchent, et se réconcilient toujours, pour faire face à ceux d'une autre cité, ou autour de la musique.

De la cassette.

"On fonctionnait et avançait avec des compromis on se démerdait en fait. Puis un jour tout a basculé... A cause de Barry White."

Une dispute, un mot de trop. Il en faut rarement plus.

 

Avec TMLP,  Gilles ROCHIER nous plonge dans l'univers de son enfance, ni très rose ni très joyeux, mais dans lequel lui et ses potes réussissaient à être heureux malgré tout.

A travers quelques allers-retours entre hier et aujourd'hui, il soupèse le poids de ce passé qui colle aux basques, et celui des changements qui ont transformé visage et recoins sombres des cités.

Avec son trait tremblé et son dessin souvent caricatural, il anime une galerie de portraits riche, inquiétante, attachante, résolument humaine et vivante.

Les gros plans offrent des visages déformés par une certaine colère rentrée, une violence latente, et une vie difficile.

Les plans s'ensemble se heurtent encore et encore aux tours, aux murs, parfois à un salutaire mais inquiétant océan de verdure.

Et les phrase qui s'enchaînent à un rythme atypique, dans les bulles ou les récitatifs, donnent un drôle d'accent, une étrange mélodie à ce conte dramatique de l'enfance.

Les lavis beiges et gris, couleur terrains vagues ou murs malades, prolongent cette ambiance un peu bancale, un peu brouillon, à la fois hors du temps et terriblement contemporaine.

 

La boucle se boucle avec une fête "vingt ans après".

Profil bas.

Rencontre inattendue, le temps ne fait qu'un tour.

"Je me retrouve là, j'ai 14 ans. Et j'ai froid."

 

Sa mère la nostalgie...

 

Champi entre beige et gris.

 

Ta mère la pute - Extrait

Partager cet article

Repost 0

commentaires