Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La Tanière du Champi
  • : La Tanière du Champi se veut un lieu où l'on se sent bien pour lire (surtout des BD !), discuter, jouer... Au gré des humeurs, lectures, heures de jeu, j'essaierai de vous faire découvrir tout ce qui se cache sur les étagères poussiéreuses de ce petit mo
  • Contact

Cases dans le vent

Vous n'êtes pas sans savoir que, depuis quelques mois, je rédige des biographies d'auteurs de BD pour des l'encyclopédie en ligne des Editions Larousse.

Afin de vous permettre de retrouver plus rapidement l'ensemble de mes contributions, je vais essayer de les lister ici dans l'ordre de leur parution.

Bonne lecture, et n'hésitez pas à me laisser vos avis !

Champi à tout vent

David B. - Edgar .P. JACOBS - Bob de MOOR - Benoît PEETERS - François SCHUITEN - René GOSCINNY - Astérix - Manu LARCENET - HERMANN - Robert CRUMB - Osamu TEZUKA  - Jean-Pierre GIBRAT -





Contacts

4 juillet 2012 3 04 /07 /juillet /2012 17:11

Umbrella Academy T2 - CouvertureVous vous souvenez sans doute de la bande de sales gosses jaillie des entrailles de l' Umbrella Academy. Et bien comme si la presque apocalypse du tome 1 ne leur avait pas suffi, les revoilà dans un tome 2 intitulé Dallas, à juste titre (je vous laisse deviner pourquoi, je ne vais pas non plus trop vous mâcher le travail !!).

 

Bon, ok, de nos jours, les charmants bambins en costard queue-de-pie ne sont plus tout à fait des enfants de choeur, ni des enfants tout court. Mais, il y a dix-sept ans, ils étaient encore en culottes courtes. Spaceboy était encore un leader puissant et charismatique, Kraken avait déjà sale caractère, Rumeur avait encore une belle voix, Séance faisait déjà son intéssant en flottant au-dessus du sol, Numéro 5 jouait déjà au yoyo spatio-temporel, Horreur avait déjà d'étranges appendices qui lui jaillissaient du ventre, et Vanya Hargreeves se contentait de tirer quelques notes d'un violon.

 

De nos jours - dix-sept ans après, donc - on peut dire que pas mal de choses ont changé... Tous - ou presque - ont grandi, Spaceboy a perdu une partie de son corps et de son esprit, le caractère de Kraken n'a pas pris une ride, Rumeur a un joli petit carnet de notes, Séance se la pète entre deux séances médiumniques, et Vanya se remet tant bien que mal du tome 1.

 

Et Numéro 5, me direz-vous ?

Et bien, il est un peu au centre de l'album... De quoi bien complexifier une construction narrative déjà fort tourmentée par les flash-backs. Donc entre le présent, le passé, et les époques improbables où le petit brun a déjà ou pas encore traîné ses pieds, ça fait un paquet de moments et d'événements à suivre.

Cerise sur le gâteau, il semblerait que le duo de tueurs le plus efficace et le plus azimuthé de tous les temps, les célèbres Hazel et Cha Cha, ait été lancé à la poursuite de ce sacré coco qu'est Numéro 5 (ah ah).

Ca promet ! Et ça ne sera sans doute pas du goût de la petite famille décomposée !

 

On a tout, là ?

Ah non : manquent une explosion nucléaire, des singes qui parlent aux humains en toute tranquillité, la guerre du Vietnam, et une mystérieuse fondation Perseus qui fera sans doute parler d'elle bientôt...

 

Vous avez dit difficile à suivre ?

"J'ai tendance à penser que Dallas représente le véritable commencement de l'histoire de nos héros, et surtout, représente ce qu'Umbrella Academy, en tant que série, doit vraiment être".

C'est pas moi qui le dit, mais Gerard WAY, le scénariste à la belle voix.

Et j'avoue que cette embrouillamini d'idées qui s'entrechoquent à travers l'espace et le temps n'est pas pour me déplaire, car tout, finalement est "logique", bien huilé, et entretient un rythme des plus plaisants.

Le délire reste toutefois maîtrisé, et garde une teinte parfois grinçante, parfois amère.

"Le vide a dérobé ta place

Renonce à la vie".

 

Elle est bien triste, en définitive, la vie de super-héros, même en famille...

Où est la place de chacun ?

Si tant est qu'il en ait une...

 

Aux pinceaux, Gabriele BA s'éclate avec son néo-expressionnisme à la lame de rasoir. Le trait est anguleux, les explosions s'étalent, le sang coule par plaques... et pourtant rien ne heurte le regard ni la lecture. Le dessin se prête à toutes les situations et à toutes les époques.

Dieu, en guest star, a droit à un traitement de choix. En cette période de deuil post-Moebusien, la référence prend même un sens nouveau...

 

Bref, Umbrella Academy reste une série toujours très rock'n roll qui ravira ceux qui aiment les histoires qui bougent dans tous les sens, même les moins conventionnels (en gros, au-delà de la troisième dimension !), et qui met en scène une galerie pleine de surprises dont l'histoire promet de s'étoffer tome après tome.

 

Vivement la suite !

 

Champimages qui bondissent dans le temps.

 

Umbrella Academy T2 - Extrait 2

 

Umbrella Academy T2 - Extrait

Partager cet article

Repost 0

commentaires