Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : La Tanière du Champi
  • : La Tanière du Champi se veut un lieu où l'on se sent bien pour lire (surtout des BD !), discuter, jouer... Au gré des humeurs, lectures, heures de jeu, j'essaierai de vous faire découvrir tout ce qui se cache sur les étagères poussiéreuses de ce petit mo
  • Contact

Cases dans le vent

Vous n'êtes pas sans savoir que, depuis quelques mois, je rédige des biographies d'auteurs de BD pour des l'encyclopédie en ligne des Editions Larousse.

Afin de vous permettre de retrouver plus rapidement l'ensemble de mes contributions, je vais essayer de les lister ici dans l'ordre de leur parution.

Bonne lecture, et n'hésitez pas à me laisser vos avis !

Champi à tout vent

David B. - Edgar .P. JACOBS - Bob de MOOR - Benoît PEETERS - François SCHUITEN - René GOSCINNY - Astérix - Manu LARCENET - HERMANN - Robert CRUMB - Osamu TEZUKA  - Jean-Pierre GIBRAT -





Contacts

16 novembre 2012 5 16 /11 /novembre /2012 09:26

Walking dead T1 - CouvertureFin du monde ou pas fin du monde en 2012 ? Dans le doute, K-BD a décidé de consacrer son mois de décembre à ce sujet, que les Mayas aient eu raison ou pas (vous vous doutez dans doute déjà de mon avis sur la question, mais passons...)

 

La fin du monde a souvent été mise en scène en BD ou ailleurs, et à toutes les sauces.

Celle proposée ici est un tantinet faisandée, car le moins qu'on puisse dire est que la viande qui marche dans Walking Dead n'est plus, comme le titre l'indique, de première fraîcheur.

 

Dans un futur sans doute très proche Rick, jeune policier, est blessé et envoyé à l'hôpital, dans le coma. Quelques temps plus tard, son réveil se fait dans un calme inhabituel : personne nulle part, aucun bruit. "Tout le monde a pris sa pause en même temps ?"

La réponse est oui : tous ont pris leur pause repas en même temps, car patients et personnel hospitalier sont tous regroupés dans la cantine, à se faire ronger par les vers.

 

Rick manque d'être au menu mais, bon pied bon oeil (saluons au passage l'efficacité de la médecine étasunienne, qui permet aux néo-sortis du coma de courir, sauter et se battre comme s'il n'avaient jamais cessé l'entraînement. Chapeau), se fait la malle, croise un vélo et son cycliste mal en point, puis une pelle, qui le fauche en pleine tête. "C'était juste un malentendu. Mon fils ne l'a pas fait exprès."

 

Il faut bien avouer que, dans le monde de Walking Dead, tous les (sur)vivants sont sur le qui-vive, et même les plus jeunes ont été armés. Il faut parer à toute éventualité.

 

Le jeune manieur de pelle rappele à Rick combien il s'inquiète (à juste titre !) pour son fils Carl et sa femme Lori, qui ne sont bien sûr plus au domicile familial. Car la petite ville est aussi déserte que son hôpital. Peut-être ont-ils fui vers Atlanta ? "Avant qu'ils arrêtent de diffuser, ils nous ont dit de déménager dans les grandes villes. Ils ont dit qu'ils pourraient tous nous protéger là-bas."

 

Manque de chance, Atlanta ne va pas mieux que le reste du pays... Et comme médias et communications se sont tus, difficile de savoir comment la situation évolue, et s'il reste encore un espoir...

 

Cela faisait un paquet de temps que je voulais lire cette série aujourd'hui fleuve dont le nombre de fidèles grossit de jour en jour, que ce soit à travers la BD ou la série TV (un jeu de société est aussi sorti sur le sujet, mais je ne l'ai pas encore testé). Tout le monde vantait les qualités d'écriture et l'originalité des situations, l'accent étant mis sur les relations humaines autant que sur les conditions de survie, avec leur lot de coups de hache et de tirs au fusil à pompe, les codes du genre ayant la vie aussi rude que les zombies !

 

Oui, zombies, le mot n'avait pas encore été lâché ! Donc le monde - ou en tout cas les USA - est en proie aux zombies qui, bien que lents et nauséabonds, sont nombreux et dangereux, car contagieux.

Le monde tel qu'on le pratique est donc bel et bien derrière nous : ne restent que la peur, la fuite, la lutte.

 

Robert KIRKMAN, au scénario, connaît bien ses classiques : il sait tour à tour y faire référence ou s'en éloigner, orchestrant courses poursuites dans les couloirs vides d'un hôpital ou les rues bondées d'Atlanta, ou mettant en scène une technique de camouflage olfactif des plus ... nauséeuses.

Réunissant assez vite une poignée de survivants, il met en avant les tensions et travers qui apparaissent très vite, belle manière de pointer du doigt les caractéristiques de ses contemporains et les dérives comportementales inhérentes à la promiscuité et la paranoïa (on le serait à moins !).

Le hic, c'est qu'il enfonce un peu trop souvent le clou, pour être bien sûr que ses lecteurs ont bien compris toutes les hostilités qui apparaissent et s'accumulent. Au moins ne prend-il personne au dépourvu, mais était-ce bien nécesaire ?

Je ne suis pas allé au-delà du premier tome, mais mes amis lecteurs m'ont tous signalé que ce travers se retrouvait tout au long de la série, série qui traînerait d'ailleurs un peu en longueur.

Argh.

 

Aux crayons, Tony MOORE est autant à l'aise pour planter les décors inquiétants des sous-bois et dévastés des villes que pour animer ses personnages - morts ou vivants - avec un réalisme grouillant ou tendu, au choix.

Les visages, souvent montrés en gros plan, appuient les dialogues et surjouent un peu la tension. Ils sont dans le ton de la narration.

Le dessinateur ne lésine pas sur les détails morbides (viandes arrachées par morceaux, vers se baladant sous les épidermes...), et le noir ou plutôt gris et blanc de l'ensemble plonge parfaitement personnages et lecteurs dans les cendres de la fin du monde.

 

Si Walking Dead offre une lecture fluide et dense, ménageant autant d'action que de moments plus intimistes et tendus, il ne m'a pas autant surpris et plu que je l'aurais espéré : certaines situations restent très conventionnelles, et l'insistance avec laquelle certains sous-entendus sont martelés finit par être lassante.

Je lirai peut-être un ou deux tomes de plus, irai jeter un oeil du côté de la série TV et du jeu de société mais, contrairement à bon nombre de protagonistes de la BD, je resterai sans aucun doute sur ma faim...

 

Champimages qui pourrissent.

 

Walking dead T1 - Extrait 1

 

Walking dead T1 - Extrait 2

 


Partager cet article
Repost0

commentaires

Domdomdom 25/11/2012 15:33


Je peux te le dessiner si tu veux !

DomDomDom 22/11/2012 00:14


Bon, je vais un peu défendre les cadavres ambulants, mais au second tome, changement de dessinateur, avec une autre ambiance. Kirkman, fait tràs bien monter la sauce, tome aprs tome. Et donne de
trés bons moments de lectures. Bon aprés, il garde la même mécanique et tire toujours les mêmes ficelles. C'est bien dommage. Je lui jette des cailloux et du piment dans les yeux...

Champi 25/11/2012 09:14



Mouais... Bon, ok, je veux bien lire le tome 2, que tu ne peux plus me prêter, hein, on ne peut pas aimer le piment et la BD...


Rah la la, où va le monde... ;)



Hugo 20/11/2012 13:32


Bien résumé, et perso je te confirme que je me suis lassé au bout de quelques tomes, bizzarement la série TV me tient plus en haleine

Champi 20/11/2012 14:30



Bon, alors je vais jeter un oeil sur la série, on ne sait jamais :)