Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La Tanière du Champi
  • : La Tanière du Champi se veut un lieu où l'on se sent bien pour lire (surtout des BD !), discuter, jouer... Au gré des humeurs, lectures, heures de jeu, j'essaierai de vous faire découvrir tout ce qui se cache sur les étagères poussiéreuses de ce petit mo
  • Contact

Cases dans le vent

Vous n'êtes pas sans savoir que, depuis quelques mois, je rédige des biographies d'auteurs de BD pour des l'encyclopédie en ligne des Editions Larousse.

Afin de vous permettre de retrouver plus rapidement l'ensemble de mes contributions, je vais essayer de les lister ici dans l'ordre de leur parution.

Bonne lecture, et n'hésitez pas à me laisser vos avis !

Champi à tout vent

David B. - Edgar .P. JACOBS - Bob de MOOR - Benoît PEETERS - François SCHUITEN - René GOSCINNY - Astérix - Manu LARCENET - HERMANN - Robert CRUMB - Osamu TEZUKA  - Jean-Pierre GIBRAT -





Contacts

22 mars 2011 2 22 /03 /mars /2011 21:20

Zulu"Tu as peur, petit homme ? ... Dis : tu as peur ?

Ali ne répondait pas - trop de vipères dans la bouche.

_ Tu vois ce qui arrive, petit Zoulou ? Tu vois ?!"

 

Les souvenirs qui ouvrent les pages de Zulu sont à jamais collés à la mémoire d'Ali Neuman. Souvenirs qui collent, qui puent, qui pleurent, qui pissent, qui souffrent, qui meurent.

 

Cape Town. Quelque part en Afrique du Sud. Non loin de Khayelitsha, "nouvelle maison", un immense bidonville. C'est là que vit Josephina, la mère de l'inspecteur de police. C'est là que les gangs de tous horizons croisent, en toute impunité, faisant circuler armes, drogues, violence...

 

Dans un pays déchiré par l'Histoire - celle d'avant, de pendant, d'après l'apartheid - la Mort joue à domicile, sous toutes les formes et toutes les couleurs. Rien d'étonnant, donc, à découvrir, un beau matin, le corps mutilé et défiguré d'une jeune fille - une Blanche - au coeur d'un jardin botanique, parmi des fleurs si parfumées...

 

Neuman et ses acolytes habituels - Brian Epkeen, séducteur chiffonné malmené par la vie, et Dan Fletcher, jeune père de famille trop efféminé pour être pris au sérieux, et un peu trop émotif... - sont mis sur l'enquête, et déroulent peu à peu les fils d'un impropable mariage entre tous les étages que compte l'explosive et explosée société sud-africaine, réunis par le pouvoir et l'argent - moteurs séculaires de la plupart des horreurs humaines...

 

Pas question d'en dire plus ici : le tout vous attend derrière une couverture grimaçante et grinçante qui sonne comme la rouille qui suinte, s'immisce, et dont on ne se défait jamais...

 

Zulu est à l'Afrique du Sud ce que  Bangkok 8 est à la Thaïlande : un polar implacable, radiographie sans concession d'un pays qui, malgré les espoirs de la fin de l'apartheid, n'en finit pas de se consumer. Broyée par les horreurs du passé, l'Afrique du Sud se déchire aujourd'hui sous les assauts d'un monde moderne et impitoyable (sic) qui n'y voit qu'un terrain de jeux de plus...

 

Avec une plume précise et - c'est un comble - poétique, Caryl FEREY brosse le portrait d'un pays qui semble à jamais prisonnier de son agonie, de la violence, de l'horreur, des clivages, des incompréhensions, de la déshumanisation. A travers des personnages très complexes, très forts, et pourtant bien impuissants, il navigue entre quartiers hautement sécurisés et bas-fonds sordides, dans une Afrique du Sud qui cherche, à la veille de la Coupe du Monde de football, à redorer son image.

Mais le passé à la vie dure, et le pays, à l'instar de l'inspecteur Neuman, ne peut exorciser ses démons. Et quand un bref espoir semble surgir, à travers une inattendue et sauvage beauté d'ébène, par exemple, il est bien trop fugace pour être saisi par des mains à jamais recroquevillée sur les douleurs du souvenir.

 

Zulu, polar sombre et brillant, au style admirable et au réalisme désespérant.

 

"Les oiseaux tiraient des diagonales impossibles entre les angles de la falaise ; ils piquaient vers l'océan, s'inventaient des suicides, revenaient, à tire-d'aile..."

 

Chute fragile et incessante qui, malgré les courants ascendants, ne peut s'achever dans les cieux...

 

Champimpuissant face au monde qui chancelle

Partager cet article

Repost 0

commentaires