Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La Tanière du Champi
  • : La Tanière du Champi se veut un lieu où l'on se sent bien pour lire (surtout des BD !), discuter, jouer... Au gré des humeurs, lectures, heures de jeu, j'essaierai de vous faire découvrir tout ce qui se cache sur les étagères poussiéreuses de ce petit mo
  • Contact

Cases dans le vent

Vous n'êtes pas sans savoir que, depuis quelques mois, je rédige des biographies d'auteurs de BD pour des l'encyclopédie en ligne des Editions Larousse.

Afin de vous permettre de retrouver plus rapidement l'ensemble de mes contributions, je vais essayer de les lister ici dans l'ordre de leur parution.

Bonne lecture, et n'hésitez pas à me laisser vos avis !

Champi à tout vent

David B. - Edgar .P. JACOBS - Bob de MOOR - Benoît PEETERS - François SCHUITEN - René GOSCINNY - Astérix - Manu LARCENET - HERMANN - Robert CRUMB - Osamu TEZUKA  - Jean-Pierre GIBRAT -





Contacts

25 juillet 2013 4 25 /07 /juillet /2013 10:58
Choker

Ben TEMPLESMITH fait partie de ces artistes qui m'attirent aussi sûrement que le miel les ours : que son nom s'affiche sur une bande dessinée et m'en voici l'heureux propriétaire dans la minute qui suit (si vous en doutez, faites donc un tour par ici ou par ).

Mais contrairement à Winnie devant un pot vide ou de mauvaise qualité (tout arrive !) je ne suis jamais déçu.

Il m'a donc suffi d'apercevoir ces quatorze petites lettres en couverture de Choker pour le faire mien.

Ben McCOOL au scénario ? Connais pas, mais qu'importe. Si TEMPLESMITH bosse avec lui, ça doit être un gars bien.

Et c'est parti pour trente minutes (au moins !) de pur bonheur graphique : fonds photo-fantomatiques, gueules pas possibles, action à tous les étages, touche fantastique, humour décalé, couleurs surnaturelles. Tout y est. Du rêve et de la magie sur papier glacé.

L'histoire ?

Un peu comme pour Fell : une ville en pleine décadence, un ancien flic qui aimerait bien le redevenir, un trafiquant de drogue en liberté, des créatures assoiffées de sang, et un projet "Homme Plus" au service d'une police pas très très propre.

Je développe ?

"Mon nom est Johnny Jackson. Mon métier consiste à aller emmerder des gens...

Vous voyez le genre ?

Lui, c'est Seaton Price.

Il a failli ne plus être puceau, une fois.

Et ça, c'est Shotgun City. Ma ville.

Mais ne me lancez pas sur ce sujet...

... Je suis déjà pas d'humeur."

Ce brave Johnny a dû se reconvertir en détective privé lorsque les flics l'ont mis à la porte.

Pourtant, parce qu'ils pensent qu'il est le seul à pouvoir le rattraper, ses anciens potes et patrons le rappellent pour essayer de remettre la main sur Hunt Cassidy, le pire trafiquant de drogue que Shotgun City ait connu. Capable de changer n'importe quelle substance en drogue, drogue pouvant provoquer n'importe quels effets, surtout les pires (imaginez ce qui pourrait arriver à un bus rempli de mamies face à une horde d'affamés armés de serviettes et fourchettes...), Cassidy, en plus d'avoir juré la perte de celui qui l'envoya derrière les barreaux, a mis la main sur une nouvelle et exotique source de substance illicite, une source aux dents longues...

Jackson et Price se retrouvent donc à collaborer avec Flynn "coup dans les couilles" Walker, pur produit blond du projet "Homme Plus" (qui concerne donc aussi nos amies XX) qui manie aussi bien les poings que les insultes - et qui décore le rétroviseur de sa voiture d'une jolie paire ballotante et poilue ("Quelqu'un que tu connais ? _ Personne d'important. Juste mon ex-mari. _ Pas un type très sympa. _ Ni très efficace. Surtout maintenant."). L'enquête peut commencer, et elle ne s'avère pas des plus simples. Car nombreux sont ceux à jouer double jeu.

Le duo d'auteurs brosse donc un énième monde sombre, morbide, en perdition, mais le fait avec brio, humour, et un sens de la surenchère qui passe malgré tout très bien, sans aucun doute grâce au talent de TEMPLESMITH.

Situations et dialogues font mouche et savent surprendre, les manipulations génétiques se révèlent forcément à double tranchant, et la petite touche de surnaturel rappellera sans doute quelque chose aux spectateurs de Death Valley.

Un one shot efficace, sombre et violent, grinçant et intrigant, mettant en scène un anti-héros dont la main noire (aperçue dès la couverture) réserve quelques surprises.

Une nouvelle fois le talentueux auteur australien a fait fort.

Vivement la prochaine traduction !

Champimages qui bavent.

Choker
Choker

Partager cet article

Repost 0

commentaires