Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : La Tanière du Champi
  • : La Tanière du Champi se veut un lieu où l'on se sent bien pour lire (surtout des BD !), discuter, jouer... Au gré des humeurs, lectures, heures de jeu, j'essaierai de vous faire découvrir tout ce qui se cache sur les étagères poussiéreuses de ce petit mo
  • Contact

Cases dans le vent

Vous n'êtes pas sans savoir que, depuis quelques mois, je rédige des biographies d'auteurs de BD pour des l'encyclopédie en ligne des Editions Larousse.

Afin de vous permettre de retrouver plus rapidement l'ensemble de mes contributions, je vais essayer de les lister ici dans l'ordre de leur parution.

Bonne lecture, et n'hésitez pas à me laisser vos avis !

Champi à tout vent

David B. - Edgar .P. JACOBS - Bob de MOOR - Benoît PEETERS - François SCHUITEN - René GOSCINNY - Astérix - Manu LARCENET - HERMANN - Robert CRUMB - Osamu TEZUKA  - Jean-Pierre GIBRAT -





Contacts

3 septembre 2013 2 03 /09 /septembre /2013 11:17
L'âge de bronze T1

"Pâris ! Pâris, écoute-moi !(...) Les dieux m'ont envoyé une vision. (...) Si tu vas à Troie, tu ne rentreras pas chez toi. (...) Tu ne rentreras pas ! J'ai vu la guerre et le feu - l'horreur après l'horreur !"

La belle Oenone n'est sans doute pas guidée par ses seuls sentiments lorsqu'elle annonce ces terribles augures à son bien aimé Pâris après une de leurs farouches étreintes : l'avenir est sombre pour Troie, mais aussi pour la Grèce toute proche, si le jeune homme quitte le mont Ida.

Mais peut-on entraver le destin ?

Le gardien de vaches, pour récupérer le magnifique taureau que sa famille destinait à un sacrifice afin de s'attirer les bonnes grâces des dieux, mais que les envoyés du grand roi Priam ont réquisitionné pour un tournoi, décide d'aller participer lui-même aux épreuves sacrées pour remporter l'animal et ainsi permettre aux siens de partiellement recouvrer leur bien et ses bienfaits.

Son père, Agélaos, ne peut pas plus le retenir que la douce Oenone. Il décide donc de l'accompagner à Troie, la puissante cité où le jeune vacher n'avait encore jamais mis les pieds.

Pour cause.

Fils caché de Priam, écarté dès sa naissance du palais et voué à la mort, Pâris n'aurait jamais dû survivre, et encore moins retrouver son géniteur.

Mais le destin est en marche, à la merci des dieux, non des hommes. Et les avertissements des différents augures n'y font rien. Pas même ceux de Cassandre, la propre fille de Priam : "Rappelle-toi les mots de ton fils Esacos, né de Arisbé ta première femme, quand il interpréta pour toi le rêve d'Hécube : "L'enfant qui doit naître sera la ruine de Troie !""

La joie du roi de retrouver ce fils oublié lui fait négliger les signes pourtant répétés. Priam accueille Pâris parmi les siens et lui confie rapidement une mission sensible et de la plus haute importance : ramener Hésioné, sa propre soeur, du palais de Télamon, roi de Salamine , où elle vit recluse et loin des siens depuis que Héraklès lui-même l'emporta comme trophée après le sac de Troie - sac lui-même motivé par "une vieille rancune (...) à propos d'une paire de chevaux."

Avec sa fougue indomptable, Pâris prend la mer, aux côtés d'Enée, et fait voile vers les côtes hellènes. Sa route passe par Sparte, où demeure Hélène, la femme du roi Ménélas. La plus belle femme du monde...

La suite, vous la connaissez sans doute, plus ou moins en détails, tant elle a su traverser les siècles et nous parvenir, sans cesse renouvelée, grâce aux innombrables conteurs qui s'en sont emparés.

C'est d'ailleurs cette longévité et le fait que ce récit soit le fruit de centaines d'imaginations successives qui ont séduit Eric SHANOWER : "Le défi de modeler toutes ces versions disparates en une seule trame cohérente m'a fasciné, et je continue de penser que c'est la partie la plus intéressante de mon travail sur L'Âge de Bronze."

Plongeant aux innombrables sources de la Guerre de Troie (car c'est bel et bien d'elle dont il s'agit), creusant l'histoire de chacun de ses innombrables protagonistes, l'auteur a fourni un travail méticuleux afin de nous restituer ce qui pourrait le plus s'approcher d'une forme de vérité historique, si tant est qu'il y en ait une.

Car le propre de la Grèce antique est la richesse de ses mythes et la place qu'ils ont su se faire au sein de la trame historique.

Eric SHANOWER appuie son parti pris réaliste en ne faisant pas intervenir directement les dieux (contrairement à ce qu'HOMERE systématise dans l'Iliade) mais en laissant la part belle aux croyances, superstitions et rituels qui rythmaient la vie et les actes des Grecs et Troyens.

De plus, il nourrit chaque case de détails architecturaux, vestimentaires, décoratifs, artistiques... essentiellement inspirés de la céramique, qui confèrent à son Âge de Bronze un degré de véracité supplémentaire.

Sa fidélité aux récits antiques lui fait toutefois tomber dans certains travers qui rendent parfois sa bande dessinée un peu indigeste : le foisonnement des personnages et de leurs complexes généalogies, et l'intensité dramatique parfois un peu exagérée des situations et des postures et expressions.

Bien sûr, la Guerre de Troie met en jeu un contexte dense, sur une période étendue, avec des protagonistes majeurs issus de prestigieuses lignées : faire l'économie de certaines explications aurait certes fluidifié le récit mais l'aurait sans aucun doute rendu moins consistant. Le lecteur doit donc être attentif de bout en bout pour ne pas se perdre, quitte à se référer à la carte et l'arbre généalogique qui encadrent le récit pour se repérer dans l'espace et dans le temps. Au moins le dépaysement est au rendez-vous.

Bien sûr, la Grèce antique, berceau du théâtre et terre des dramatiques et héroïques destinées, offre un cadre propice à la grandiloquence des gestes et des visages. Mais la regards trop appuyés, les mouvements trop marqués, finissent par manquer de naturels.

Le classicisme du trait de SHANOWER participe d'ailleurs un peu de cette légère raideur : trait réaliste, encrage marqué, hachures un peu trop envahissantes parfois, si le résultat est virtuose, il manque un peu d'originalité et alourdit un peu l'espace par moments.

Plus contestable en revanche est le parti pris graphique adopté pour raconter l'attaque de Troie par Héraklès : les traits sont davantage caricaturaux, les attitudes presque cartoonesques, et le sérieux et la crédibilité de ce passage en pâtissent.

Le résultat global est malgré tout un noir et blanc de grande qualité, fruit d'un travail sans aucun doute considérable.

Difficile de ne pas saluer L'Âge de Bronze et la complète et complexe restitution qu'Eric SHANOWER nous offre : récompensé à juste titre et à deux reprises par un Eisner Award, l'auteur a non seulement réussi à condenser les nombreuses sources dont il disposait, mais il a également su s'affranchir d'un récit essentiellement mythique pour nous en faire entrevoir les aspects géopolitiques et économiques : luttes de pouvoir, alliances fragiles, hégémonie commerciale de Troie sur l'Hellespont, autant de ressorts crédibles à un drame dont le destin n'est peut-être pas le seul initiateur.

Cela faisait longtemps que je tournais autour de cette BD. Grâce au mois Akiléos de K-BD, j'ai franchi le pas. Ne me reste plus qu'à relire ce dense premier tome avant de m'attaquer à la suite.

La Guerre de Troie a bien eu lieu, tout au moins entre les pages d'Eric SHANOWER, et retrouver ces grandes figures qui bercent notre imaginaire depuis des millénaires est un vrai bain de jouvence. Comme quoi, mythe et réalité...

Champimages d'un autre âge.

L'âge de bronze T1
L'âge de bronze T1

Partager cet article

Repost0

commentaires

Lunch 03/09/2013 12:57

J'ai vraiment apprécié le fait d'écarter les dieux de l'histoire. L'auteur donne ainsi plus de place aux personnages. Et puis il met en place des visions pour respecter le travail d'Homère, ça renforce la crédibilité du mythe.

Champi 03/09/2013 14:02

Ca ancre en effet bien le récit dans le réel.
Et ça évite d'avoir à représenter les dieux, comme le dit l'auteur dans la postface. Ca permet d'éviter certains écueils graphiques !