Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La Tanière du Champi
  • : La Tanière du Champi se veut un lieu où l'on se sent bien pour lire (surtout des BD !), discuter, jouer... Au gré des humeurs, lectures, heures de jeu, j'essaierai de vous faire découvrir tout ce qui se cache sur les étagères poussiéreuses de ce petit mo
  • Contact

Cases dans le vent

Vous n'êtes pas sans savoir que, depuis quelques mois, je rédige des biographies d'auteurs de BD pour des l'encyclopédie en ligne des Editions Larousse.

Afin de vous permettre de retrouver plus rapidement l'ensemble de mes contributions, je vais essayer de les lister ici dans l'ordre de leur parution.

Bonne lecture, et n'hésitez pas à me laisser vos avis !

Champi à tout vent

David B. - Edgar .P. JACOBS - Bob de MOOR - Benoît PEETERS - François SCHUITEN - René GOSCINNY - Astérix - Manu LARCENET - HERMANN - Robert CRUMB - Osamu TEZUKA  - Jean-Pierre GIBRAT -





Contacts

9 juillet 2013 2 09 /07 /juillet /2013 10:23
La fille de l'eau

Quelque part sur un lac, au bord d'une crique, dans le froid et le silence, flotte un pédalo rouge, mutique, corps étranger.

A son bord, une silhouette frêle et longiligne, qui hésite, se penche, se jette à l'eau.

Au bout de quelques brasses, entre les pins, elle se retrouve nez à nez avec une immense et géométrique maison rouge en surplomb, en équilibre, en vertige.

Damien vient de faire irruption chez Sonia et Mattew, son fils adolescent.

Damien vient surtout de mettre les pieds dans une maison où plane et pèse le fantôme de son créateur, artiste sculpteur disparu dont ni le paysage ni les proches n'arrivent à se défaire.

Mattew a invité un copain à rester, Sonia reçoit deux amis, dont l'agent de feu son mari, tout est en place pour que le huis-clos commence.

Un léger vent se lève...

De l'art, des secrets, et des relations humaines troublées.

Voilà ce que charrie La fille de l'eau, au gré de ses pages sans bords de cases.

Les aquarelles ternes noient décors et personnages dans une triste grisaille aussi pesante que l'ambiance qui règne dans la villa du bord du monde.

Seules respirations étouffantes : les immenses sculptures dont l'artiste a parsemé son domaine, blocs géométriques de couleurs pures dans lesquels les personnages se cherchent et surtout se perdent.

Convenons-en : l'histoire mise en scène par Sacha GOERG est assez conventionnelle, entre les petits secrets de chacun et les interactions attendues. L'auteur réussit toutefois un beau tour de force dans la manière/matière dont il met en scène les oeuvres de l'artiste disparu. Ces constructions tantôt colossales, tantôt minimales, blocs de matière (sans doute métallique) et de couleurs brutes, ne sont pas sans rappeler les oeuvres de Donald JUDD, et de manière générale celles de la génération des sculpteurs étasuniens des années 60.

Par ses choix formels (la géométrie pure face à la nature) et chromatique (la couleur numérique face à l'aquarelle), l'auteur confère à ces créations une densité et une présence d'une puissance incroyable.

L'apparition du "fantôme" de l'artiste, par moments, est presque superflue, tant il survit et intervient à travers ses oeuvres.

Tenant autant du récit initiatique que du drame de moeurs, La fille de l'eau est avant tout un parfait et dense hommage à l'art, qui sait mettre à son service tous les moyens dont dispose la bande dessinée pour lui donner une place à part et un impact imparable.

Un peu comme ANDREAS avait sur le faire dans Le Triangle Rouge, ou François HENNINGER avec cent mètres carrés.

Une belle expérience à vivre au fil de l'eau.

Champimages qui s'affrontent et s'étouffent.

La fille de l'eau
La fille de l'eau

Partager cet article

Repost 0

commentaires