Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La Tanière du Champi
  • : La Tanière du Champi se veut un lieu où l'on se sent bien pour lire (surtout des BD !), discuter, jouer... Au gré des humeurs, lectures, heures de jeu, j'essaierai de vous faire découvrir tout ce qui se cache sur les étagères poussiéreuses de ce petit mo
  • Contact

Cases dans le vent

Vous n'êtes pas sans savoir que, depuis quelques mois, je rédige des biographies d'auteurs de BD pour des l'encyclopédie en ligne des Editions Larousse.

Afin de vous permettre de retrouver plus rapidement l'ensemble de mes contributions, je vais essayer de les lister ici dans l'ordre de leur parution.

Bonne lecture, et n'hésitez pas à me laisser vos avis !

Champi à tout vent

David B. - Edgar .P. JACOBS - Bob de MOOR - Benoît PEETERS - François SCHUITEN - René GOSCINNY - Astérix - Manu LARCENET - HERMANN - Robert CRUMB - Osamu TEZUKA  - Jean-Pierre GIBRAT -





Contacts

17 janvier 2010 7 17 /01 /janvier /2010 22:43
Janv 10 - Soleil couchant - Série 3-4
Repost 0
17 janvier 2010 7 17 /01 /janvier /2010 22:33
Les vies privées de Pippa Lee
Repost 0
15 janvier 2010 5 15 /01 /janvier /2010 08:51
BD et nouvelles technologiesDans le cadre d'un cycle d'animations autour des nouvelles technologies, la ville de Ste Maxime m'a demandé d'animer deux conférences sur la BD et les nouvelles technologies.

Elles auront lieu
le jeudi 21 janvier
au Carré Gaumont, à Ste Maxime

Conférence à 14h pour les publics scolaires.

Conférence à 19h pour tous

Je sais que Ste Maxime n'est pas la porte à côté (pour les Toulonnais et voisins !), mais si vous êtes dans le coin...

Autres programmes à retenir sur ce thème :

Effet papillon, par la compagnie Contour Progressif / Mylène BENOIT, spectacle de danse et d'arts numériques, le samedi 23 janvier.

Jonglages numériques, avec Adrien MONDOT, le samedi 20 avril.

Entrons de plain-pied dans le XXI°s. par les arts...

Champi numérique



Repost 0
15 janvier 2010 5 15 /01 /janvier /2010 08:47
(F)rousse : pire qu'une peur bleue.

P(e)ur : en sainte horreur.

(T)rouille : vert (de gris) de peur.
Repost 0
14 janvier 2010 4 14 /01 /janvier /2010 10:06
MUNCH - Autoportrait à la cigarette"De jour en jour, et des deux côtés de mon intelligence, le moral et l'intellectuel, je me rapprochais donc un peu plus de cette vérité dont la découverte partielle m'a condamné à un si terrible naufrage, à savoir que l'homme, en vérité, n'est pas un, mais deux. Je dis deux, parce que l'état de mes propres connaissances ne s'étend pas au-delà. D'autres me suivront, d'autres me dépasseront dans cette voie, et j'ose avancer qu'on finira par considérer l'homme comme une véritable confédération de citoyens bigarrés, hétérogènes et autonomes."


Robet Louis STEVENSON,
L'Etrange cas du Dr Jekyll et de Mr Hyde.

(Merci à Edvard MUNCH, une fois encore, mais cette fois pour son Autoportrait à la cigarette)
Repost 0
12 janvier 2010 2 12 /01 /janvier /2010 23:36
Janv 10 - Soleil couchant 2
Repost 0
10 janvier 2010 7 10 /01 /janvier /2010 10:33
VERMEER - Astronome

"Surtout n'oublie pas d'essayer de vouloir quelque chose."




Ira LEVIN, Un bonheur insoutenable.
Repost 0
8 janvier 2010 5 08 /01 /janvier /2010 10:08
Transmetropolitan T5 - CouvertureVous savez que vous ne pouvez rien me cacher. Alors dites-le sans honte, allez-y, dites-le ! Je suis persuadé que notre cher Spider JERUSALEM commençait à vous manquer !

Comment ça ? Ca ferait mauvais genre de dire que vous appréciez un personnage grossier, camé, franchement désagrable et misanthrope ? Allons... Je sais bien que vous ne pensez rien de tout cela, ou tout au moins pas trop, parce qu'au fond, tout comme moi, vous êtes séduits par le talent et la verve de ce journaliste hors pair.

Mais si ... Vous l'avez même soutenu lorsqu'il a sombré au plus profond - alors que l'on pensait qu'il l'avait déjà atteint ! - après son licenciement du Word. Et vous avez souri lorsqu'il a écrit pour ce journal illégal qu'on appelle Le Trou. Et vous avez grincé des dents lorsque "Le Sourire", ce terrible nouveau président des Etats-Unis - concentration de ce que tous les pires chefs d'Etat d'aujourd'hui peuvent représenter - s'est défoulé sur lui.

Donc vous ne pourrez qu'être enchantés par ce tome 5 qui arrive comme une résurrection : la revanche du génie journalistique - et d'une certaine forme d'acharnement, il faut bien le reconnaître - contre les sombres rouages de la politique.

Mais ce retour en grâce de notre fonceur défoncé préféré ne se fait pas sans mal : l'ouveture de ce nouvel opus de Transmetropolan est plutôt sanglante, et si vous regardez bien la couverture reproduite en haut à gauche, voilà, juste là, vous pourrez constater que tout n'est pas rose pour Spider - indépendamment de la couleur de ses vêtements, bien sûr.

Alors que le Sourire tente de décréter l'état d'urgence dans les quartiers les plus démunis - et d'ailleurs les plus détruits ! - de la ville, Spider et ses "sordides assistantes", comme il se plaît à les surnommer, s'engage dans une course contre la montre pour récupérer les preuves qu'il a patiemment accumulées, et surtout pour pouvoir les diffuser avant qu'il ne soit trop tard.
Face à de tels enjeux, inutile de dire que la manière forte est de mise, et que les agitateurs d'intestins chauffent chauffent chauffent, entre deux pluies de phalanges.

Darick ROBERTSON, aux crayons, peut donc s'en donner à coeur joie, entre les trognes patibulaires et les corps à corps les plus improbables...
Quant à Warren ELLIS ... sa plume est plus que jamais vive, acerbe, et drôle, et il entretient avec la même frénésie extatique le rythme de l'action et des dialogues.
Du grand art.

Pour un peu, on aurait envie de se relire les cinq tomes, là tout de suite...
Mais serait-ce bien raisonnable...
Bah, qui a dit que la raison avait son mot à dire quand Spider JERUSALEM est dans les parages...

Champimages qui décoiffent

Transmetropolitan T5 - Image
Repost 0
8 janvier 2010 5 08 /01 /janvier /2010 09:30
Kaos T1 - CouvertureAprès vous avoir parlé de Lost World, voici la suite de la saga TEZUKA Osamu, avec Kaos, preuve qu'il n'est jamais trop tard pour lire des oeuvres datant parfois de plusieurs dizaines d'années (en l'occurence, ici, 31 !!).

Dans une toute nouvelle traduction réalisée par les Editions Cornélius, qui font avec l'oeuvre de TEZUKA - entre autres - un merveilleux travail d'archéologie (il faudrait d'ailleurs que je leur demande si les dialogues humoristiques cachés dans certains propos extra-terrestres étaient voulus par l'auteur, ou sont des petits délires des traductrices...), nous voilà donc sur les traces de Koji Sunami - qui sera plus tard rebaptisé Kaos).

Candidat à l'entrée dans la prestigieuse Académie Galactique, il fait partie, avec son ami de toujours Jo Daigo, des trente derniers sélectionnés pour l'épreuve finale à l'issue de laquelle seuls dix d'entre eux seront retenus.
Mais Jo, en proie au doute, se retrouve entraîné dans une sordide machination...

On retrouve dans Kaos les "travers" et les coups de génie de TEZUKA.
Derrière son amour pour la science - qui transparaît ici à chaque page, dans le cadre de la conquête spaciale, sujet parfaitement adapté au rêve et à l'imagination ! - il met en scène une histoire aux mille rebondissements, où l'action ne s'arrête presque jamais. Les protagonistes viennent des quatre coins du globe, voire de l'univers, et l'histoire les promène d'un bout à l'autre du cosmos.

Comme souvent avec TEZUKA, les méchants ont des têtes de méchants - et ne sont pas sans rappeler les mines patibulaires de certains perso,nnages de Tex AVERY ! - et les gentils le portent plutôt sur eux, même si Kaos, qui n'est encore un enfant - autre thème cher à l'auteur - est parfois sujet à des sautes d'humeur et de violence - en même temps, à sa place, on en ferait sans doute autant !

Autour des valeurs de l'amitié... et de l'hostilité, Kaos, perdu quelque part dans l'espace, fait l'expérience de la différence, de la souffrance, de l'étrangeté, avant de se retrouver en butte à une hostilité bornée qui n'est pas sans rappeler certains comportements bien humains...
Dans le parcours initiatique - TEZUKA ne peut s'empêcher d'être toujours un peu moralisateur - de ce premier tome, Kaos apprend à rencontrer l'autre, et à le perdre. Parfois. Rude école de la vie.

Graphiquement, on retrouve le dynamise cher à l'auteur, et qui se prête si bien à ces histoires mouvementées, presque feuilletonnesques. Toujours un gros travail sur les onomatopées également, et pour la traduction desquelles le parti-pris est plutôt intelligent, comme indiqué dans la note de préface de l'éditeur : elles sont laissées telles qu'elles dans les bulles, et si besoin sont traduites en bas de case. Ainsi, la cohérence visuelle des images est maintenue. Merci !

Une nouvelle et intéressante plongée dans le monde débordant du maître du manga.
Affaire à suivre...

Champimages du bout du monde.

Kaos T1 - Extrait
Repost 0
7 janvier 2010 4 07 /01 /janvier /2010 09:16
Co(p)uler : submerger de plaisir.

Pa(t)in : roulé dans la farine.

Pei(g)ne : la tristesse du dégarni.
Repost 0