Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La Tanière du Champi
  • : La Tanière du Champi se veut un lieu où l'on se sent bien pour lire (surtout des BD !), discuter, jouer... Au gré des humeurs, lectures, heures de jeu, j'essaierai de vous faire découvrir tout ce qui se cache sur les étagères poussiéreuses de ce petit mo
  • Contact

Cases dans le vent

Vous n'êtes pas sans savoir que, depuis quelques mois, je rédige des biographies d'auteurs de BD pour des l'encyclopédie en ligne des Editions Larousse.

Afin de vous permettre de retrouver plus rapidement l'ensemble de mes contributions, je vais essayer de les lister ici dans l'ordre de leur parution.

Bonne lecture, et n'hésitez pas à me laisser vos avis !

Champi à tout vent

David B. - Edgar .P. JACOBS - Bob de MOOR - Benoît PEETERS - François SCHUITEN - René GOSCINNY - Astérix - Manu LARCENET - HERMANN - Robert CRUMB - Osamu TEZUKA  - Jean-Pierre GIBRAT -





Contacts

30 novembre 2008 7 30 /11 /novembre /2008 16:33

Voilà bien une recette qui a toute sa place ici !


Non, il ne s'agit pas de réduire un Playmobile en soupe, mais je fais d'une pierre deux coups, car ça faisait un moment que ce petit bonhomme tout de rouge enchapeauté attendait de vous être présenté.


Donc, pour le velouté, ne voulant pas aller cher sur internet - non mais ! - j'ai plongé dans mes livres de recettes... et j'en ai adapté une.


Au boulot :


Pelez et coupez en petits morceaux une gousse d'ail et un oignon, que vous faites ensuite revenir dans du beurre - ce n'est pas très méditerranéen, j'avoue, mais c'est bon, alors pourquoi s'en priver ?


Rincez 500 g de champignons de Paris. Ceux en boîte sont très bien pour cet usage, mais vous pouvez aussi jouer la carte du primeur. A vous de voir.


Quand oignon et ail ont roussi, ajoutez les champignons, et laisser le tout à couvert et à feu doux pendant 10 min.


Pendant ce temps, préparez 0,5 l de bouillon, de poule de préférence.


Quand les 10 min sont écoulées, ajoutez le bouillon, du sel, du poivre, du paprika, un peu de vin blanc sec - ça, c'est ma touche personnelle...  - et roulez jeunesse : ça peut frémir tranquillement pendant 20 min.


La touche finale : mixez, ajoutez plus ou moins 12,5 cl de crème fraîche, touillez, refaites chauffer un peu, et mangez.


Rien à dire ni à ajouter...


Et comme tout le monde voudra en reprendre, le plus simple est de doubler les proportions dès le début !


Bon appétit.


Champi cannibale.

Repost 0
30 novembre 2008 7 30 /11 /novembre /2008 08:33

A(r)gent : peut faire le bon heurt (semi-contribution).


B(o)uche : langue de bois.


Com(p)te : lord économe (contribution).

Repost 0
29 novembre 2008 6 29 /11 /novembre /2008 18:14

Comme bien souvent, cela faisait plusieurs mois qu'il me guettait, posé paisiblement sur un coin de la table du salon.

Immobile - ou presque, car déplacé constamment au gré du ménage ou des apéritifs - et surtout patient, attend son heure.


Elle a fini par venir.


A point.


Un peu dérouté au début, j'ai constaté que Trois Ombres, de Cyril PEDROSA, ne correspondait absolument pas à ce à quoi je m'attendais ... On m'avait parlé d'une histoire sur la séparation, sur la douleur après le deuil... et nous voilà au beau milieu des bois.


Avec près de 300 pages pour développer l'histoire, en même temps... J'ai donc emboîté le pas de Joachim et de ses parents, paysans tranquilles vivant loin des hommes et du monde, dans un bois sentant bon la liberté.


Jusqu'à ce que trois ombres, un jour, apparaissent à l'horizon...


"Regarde bien, petit, regarde bien, sur la plaine là-bas..." aurait chanté le Grand Jacques.

Sur la plaine, sur les collines, à quelques pas seulement de la porte, ces trois ombres envahissent peu à peu la vie paisible de la famille, la changeant en enfer...

Et lorsque Lise, la mère, se décide à aller voir Mme PIQUE ("accouchements douloureux, démons intérieurs, écoute bienveillante"), ce n'est que pour avoir confirmation de ce qui les attend...


A défaut de pouvoir affronter ces trois ombres, Louis, le père, décide de fuir. Par-delà le fleuve, le plus loin possible, vers la lumière... son fils à ses côtés.


La suite est à découvrir sous les traits polymorphes d'un Cyril PEDROSA qui, depuis Ring Circus, a fait bien du chemin : lignes nettes ou charbonneuses, dessins fouillés ou dépouillés, le noir et blanc explore toutes les directions et explose par sa justesse et sa simpicité.


Les 300 pages ne sont pas de trop pour voyager plus loin que le fleuve, au plus profond de chacun.

Cyril PEDROSA prend le temps d'aller au plus près de ses personnages, et d'enrichir son récit de rencontres improbables et de personnages singuliers.


Voilà ce qui peut arriver de mieux à la BD quand on lui laisse la place de respirer... et qu'elle est servie par un talent aussi grand.


On en redemande.

Même si Trois Ombres nouent les tripes...


Champi dans la nuit

Repost 0
29 novembre 2008 6 29 /11 /novembre /2008 18:09

(A)rome : comme un parfum d'Italie.


Fa(r)on : montagne aux yeux de biche.


Milo(u) : peut difficilement donner la patte.

Repost 0
29 novembre 2008 6 29 /11 /novembre /2008 18:07
Repost 0
29 novembre 2008 6 29 /11 /novembre /2008 00:19

Coup(l)e : séparation.


N(o)us : inoubliable corps à corps.


(R)eve : l'origine du péché (contribution).

Repost 0
28 novembre 2008 5 28 /11 /novembre /2008 08:03

Plus que quelques jours, et c'est parti !


Fotokino, agitateur d'images marseillais, remet le couvert pour la 5ième année consécutive avec Laterna Magica !


Expositions, projections, rencontres, ateliers s'enchaînent sans discontinuer du 3 au 21 décembre, un peu partout à Marseille, pour nous faire découvrir des artistes plasticiens, auteurs de bédé, réalisateurs... des décennies passées et en cours : Jochen GERNER, BLEXBOLEX, Béatrice ALEMAGNA, Agnès VARDA, Roland TOPOR...


La liste est aussi longue que riche et variée.


Le plus simple est donc l'aller voir le programme détaillé sur leur site, puis de profiter de tout cela : un tel foisonnement à deux pas de chez nous, ce serait quand même dommage de s'en priver...


Champi Magica

Repost 0
27 novembre 2008 4 27 /11 /novembre /2008 22:00

Certains auraient appelé cela des dingbats, sans doute, mais comme il est avant tout typographe, Fabrice MAZZA a préféré abordé l'exercice sous forme ... typographique (sic).

Le résultat, en partie visible par ici, est du plus bel effet, et nous fait, apprécions le plaisir, bien remuer nos méninges...

Les lettres et les mots, plus riches que jamais de doubles sens, de trompe-l'oeil et de voies sans issues, nous attendent de pied ferme.

Ne les décevons pas...

Champi au pays des mots.

Précisions apportées par Franck : Fabrice MAZZA n'a pas travaillé seul sur ce projet. Jean-Baptiste LEVEE et Maël FOURNIER-COMTE furent aussi de la partie.

Oublié réparé, donc...

Repost 0
27 novembre 2008 4 27 /11 /novembre /2008 21:50

Dé(i)fier : Prométhée-moi (merci à Claude NOUGARO).


Mo(n)iteur : souvenir des colonies (semi-contribution).


Par(v)is : aux portes de la capitale.

Repost 0
26 novembre 2008 3 26 /11 /novembre /2008 19:54





"Dans ce paysage de printemps,

il n'y a ni meilleur ni pire.


Les branches des fleurs

poussent naturellement.


Certaines sont longues,

certaines sont courtes".




Anonyme, cité par Cyril PEDROSA dans Trois Ombres





Repost 0