Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La Tanière du Champi
  • : La Tanière du Champi se veut un lieu où l'on se sent bien pour lire (surtout des BD !), discuter, jouer... Au gré des humeurs, lectures, heures de jeu, j'essaierai de vous faire découvrir tout ce qui se cache sur les étagères poussiéreuses de ce petit mo
  • Contact

Cases dans le vent

Vous n'êtes pas sans savoir que, depuis quelques mois, je rédige des biographies d'auteurs de BD pour des l'encyclopédie en ligne des Editions Larousse.

Afin de vous permettre de retrouver plus rapidement l'ensemble de mes contributions, je vais essayer de les lister ici dans l'ordre de leur parution.

Bonne lecture, et n'hésitez pas à me laisser vos avis !

Champi à tout vent

David B. - Edgar .P. JACOBS - Bob de MOOR - Benoît PEETERS - François SCHUITEN - René GOSCINNY - Astérix - Manu LARCENET - HERMANN - Robert CRUMB - Osamu TEZUKA  - Jean-Pierre GIBRAT -





Contacts

3 août 2008 7 03 /08 /août /2008 18:14
Je ne sais pas si vous connaissez Dijon.
Pour ma part, je ne connaissais pas, jusqu'à il y a peu.
Depuis, je peux dire que je connais.
Pas complètement, loin de là, il faudrait plusieurs années pour cela, mais un peu.
Grâce à mes pas, mes yeux - qui, en ville, se baladent de haut en bas et réciproquement, pas le long des jambes des passantes mais le long des murs des bâtiments, eh oui.

Donc Dijon, riche en vieux bois - les façades dites "à pans de bois" -  et en vieilles pierres - de magnifiques édifices "mansardiens" - abrite de très bonnes adresses pour manger.

En voilà déjà une.
On ne sait jamais, si vous y passez !

Donc ça s'appelle Le Chabrot - et prenez bien le temps d'observer l'illustration ci-contre qui, en plus d'être typique, nous renseigne sur le sens de ce mot si beau.

Installé au 36 rue Monge, près de la place Emile ZOLA, il vous attend, soit sur les quelques tables placées sur le troittoir, soit dans une des deux salles intérieures.

A la fois restaurant et bar à vin, le Chabrot vous propose une carte des plats et une carte des vins de toute beauté.

Le menu du soir est à 27 euros, avec une vaste et faste gamme d'entrées, de plats et de desserts, comme, dans le désordre, une crème brûlée au chocolat blanc et au citron vert, une cassolette d'escargots (typique !), un magret au miel (classique, mais divin).

Le menu du midi est un peu moins cher et donc moins travaillé - pour les gens pressés, bien sûr.

Il y a aussi la carte.
Mais ne faites pas comme moi l'erreur de commander une entrée, un plat ET un dessert à la carte.
Nous que cela soit trop cher - on peut s'en sortir pour une trentaine d'euros - mais parce que c'est le meilleur moyen de connaître la limite de dilation de l'estomac.
Je vous recommande le jambon persillé, le coq au vin - servi dans un beau caquelon en fonte ! - et le pain perdu sauce caramel et boule vanille maison.
Rien que ça.

Pour couronner le tout, le vin peut être servi au verre - parmi près de 20 domaines différents - et le serveur est d'un excellent conseil en la matière.
Si vous préférez une bouteille entière, la carte et la cave sont encore plus fournies.

Vous n'avez plus ensuite qu'à profiter des rues joliment éclairées de Dijon pour faire une petite marche digestive.

Pour réserver, c'est par ici : 03 80 30 69 61.

A ret/venir !

Champi gourmand.
Repost 0
3 août 2008 7 03 /08 /août /2008 11:47

(si c'est flou, c'est à cause de l'aura, bien sûr !)
Repost 0
3 août 2008 7 03 /08 /août /2008 01:31
"On peut se rassurer, en rêvant au bon vieux temps. On a tous envie d'être rassurés. On rêve de fromage à la louche, de moutarde à l'ancienne, de saveurs d'antan. On avance à reculons. Le nez dans le doux mouchoir de l'enfance. Mais il n'y a pas de monde de rechange. On n'a pas ça en magasin. C'est ce monde-là, le nôtre. Pas un autre. On peut le changer. Pas l'échanger. Soyons honnêtes : ce qu'il y avait de bien, quand on était jeunes, c'est qu'on était jeunes. Point final."

Alain REMOND, Le Cintre était sur la banquette arrière (plus de détails sur tout cela sous peu)
(Et soyez rassuré, mon long silence de ces jours-ci n'est pas dû à une désertion mais à l'absence d'internet sur mes lieux de vacances !)
Repost 0
22 juillet 2008 2 22 /07 /juillet /2008 22:46

Pour la 9ième année consécutive, l'association Rôle n'Troll vous ouvre ses portes dans la Salle Municipale de Gémenos, afin de vous accueillir au Salon du Jeu de Rôles, de Rêve et de l'Imaginaire.

Démonstrations, animations, rencontres avec des auteurs, taverne médiévale, stands de costumes ... rien ne manquera pour permettre à chacun de s'y retrouver dans la vaste et riche jungle des mondes du jeu.

Au programme : jeux de rôles, de cartes, de plateau, de société, joute avec armes de Grandeur Nature, Loup-Garou de Thiercelieux géant, tombola, initiation, mini-Grandeur Nature, pièce de théâtre interactive... tout le monde pourra y trouver son compte !

L'entrée est gratuite, les jeux nombreux, les organisateurs / auteurs / éditeurs / vendeurs fort sympathiques, et je ne vous répèterai jamais assez combien les jeux sont importants dans la vie (le premier qui ajoute "c'est le jeu de la vie" aura affaire à moi...).

Le tout aura lieu les 9 et 10 août, et n'attend plus que vous !

Champi-ludi

Repost 0
21 juillet 2008 1 21 /07 /juillet /2008 08:32


... entre deux rires, le Festival d'Avignon nous fait effleurer la poésie, drapée d'un silence magnifique.

Une fois encore les ruelles de la Cité des Papes et leurs innombrables théâtres tiennent leurs promesses.

Si le c(h)oeur vous en dit, ça se passe au Centre Européen de Poésie, sous les mots Tous les matins qui chantent.

Laissez-vous (em)porter...

Champi bouche bée
Repost 0
21 juillet 2008 1 21 /07 /juillet /2008 08:28



"On creva ma première bulle de savon
Il y a plus de cinquante ans
Depuis je me morfonds
."

Georges BRASSENS, Les Illusions perdues
Repost 0
21 juillet 2008 1 21 /07 /juillet /2008 07:43
En cette saison chaude, moite, étouffante, bref, estivale - et je parle sans doute surtout pour les "gens du Sud" - le besoin de fraîcheur se fait vivement ressentir.

Qu'à cela ne tienne, venez donc faire un tour par ici, au pays des fontaines.

Ce petit site organise actuellement un concours de photos sur le thème.
Les participants ont jusqu'au 25 juillet pour déposer leurs clichés - donc, faites vite ! - puis les votants auront jusqu'au 28 juillet pour se prononcer.

Les photos sont encore peu nombreuses, mais rendent compte d'un agréable - et frais - voyage aux quatre coins de l'hexagone, comme on dit.

Profitez-en, et n'hésitez pas à voter pour le pays du soleil et des oliviers !

Fontaine-les-Champi


Repost 0
20 juillet 2008 7 20 /07 /juillet /2008 09:57
Beyrouth, 1984.

Et tout est dit.

Dans une ville en partie détruite, en partie branlante, en partie barricadée, entièrement rongée par la peur, deux enfants attendent le retour de leurs parents.

Qui ne rentrent toujours pas.

Alors la vieille Anhala, leur voisine, les rejoint, et les voilà installés dans l'entrée de l'appartement. L'endroit le plus sûr de l'immeuble, loin des fenêtres et des vibrations des incessants bombardements.

Bien vite, la petite équipe est rejointe par Chucri, Ernest, et tous les voisins encore présents dans l'immeuble.

Et tout le monde attend.

Même si la tension monte lentement mais sûrement dans Mourir, Partir, Revenir, Le jeu des hirondelles, Zeina ABIRACHED évite les écueils du pathétique et du larmoyant grâce à une ensemble de petites anecdotes qui font sourire, et grâce à un traitement graphique hors-normes, très géométrique, presque abstrait, et sans aucun doute inspiré par les tapisseries et miniatures proche et moyen-orientales.

Chaque vêtement, chaque chevelure, chaque objet de ce hall d'entrée, notamment le lourd tapis accroché au mur, s'animent alors d'une extraordinaire et méticuleuse vie.

Et, si l'oeil parfois s'attarde dans les ruelles désertes, c'est pour nous faire découvrir les théories de bidons, lampadaires, voitures, dont la répétition calculée finit par inonder la page et nous plonger dans une esthétique des plus contemporaines.

Mourir, Partir, Revenir, Le Jeu des hirondelles, conte de l'enfance, de l'insouciance, tranche d'autobiographie, et fenêtre entrouverte sur un monde que les journaux télévisées de mon enfance ne présentaient qu'à travers des façades détruites, des tirs, des chars.
Mais derrière ces ruines il y avait des vies.
Merci à Zeina ABIRACHED de leur rendre toute leur place.

Champimages du fond du coeur.


Repost 0
20 juillet 2008 7 20 /07 /juillet /2008 09:31
Le bon goût n'est pas en perdition, bien au contraire (ce qui ne signifie pas que le mauvais goût ne progresse pas lui aussi, mais c'est un autre débat).

Pour preuve, les nombreuses petites et excellents adresses qui fleurissent sous mes fenêtres à la vitesse du cheval au galop (et n'allez pas me dire que vous n'avez jamais vu un cheval fleurir, non mais !).

L'adresse du moment pourrait être celle du Carré 2 Vigne, qui a ouvert ses portes au 14 Rue de Pomet, une des ruelles faisant face à l'Opéra (dont vous avez déjà pu voir une belle photo ici, que cette Tanière est bien faite ! ).

Deux petites tables dehors, pour profiter des douces heures méridiennes ou vespérales (deux mots que j'utilise trop peu souvent...), une petite salle voûtée en tout simplicité, quelques éléments de mobilier contemporains sans être trop chargés (et sans nous rappeler les rayons d'un IKEA), et surtout une cave bien fournie.

Car Cécile et Julien (pour les intimes, dont je ne fais pas encore partie) ont fait de leur petit bout de jardin gastronomique un restaurant, certes, mais aussi un bar à vin. Ecoutez-les parler des derniers arrivages, et vous pourrez constater que la poésie peut se nicher où l'on ne l'attend pas.

Si la dégustation de vin se suffit à elle-même, elle peut aussi s'accompagner de quelques denrées plus solides, déclinées ici à la mode italienne : antipasti, gnocchi, cannelloni, et tous ces plats chantants, si vous voulez faire un vrai repas, ou fricassée froide de poulpe au safran, salade de pommes de terre à l'aïoli, brandade de morue... si vous optez pour une formule plus méditerranéenne, les tapas.

Bref, pour tous les goûts, mais pas forcément pour tous les portefeuilles, il faut bien l'avouer.

Pour réserver ou se renseigner : 04 94 92 98 21, ou en passant sur leur site internet.

A la vôtre !

Champi sommelier.
Repost 0
18 juillet 2008 5 18 /07 /juillet /2008 19:45
Un Appel pour le livre a été lancé il y a quelques temps par un collectif "de professionnels et de lecteurs".

Il revendique en premier lieu la défense du prix unique du livre en France, réglementation établie depuis 1981 - déjà.

La démarche est totalement anonyme, et c'est un peu dommage - surtout quand on sait le nombre d'initiatives qui, au bout de quelques mois, se révèlent douteuses... pour ne pas dire pire - mais elle a le mérite de rappeler que, sauf erreur de ma part, c'est bien ce prix unique qui permet aux petites librairies de tenir le choc face aux grandes chaînes et aux grandes surfaces, et aux petits éditeurs de tenir tête aux grandes machines.

Dans tous les cas, vous trouverez plusieurs explications par ici, et une pétition par là.

Difficile pour un bibliophile et un lecteur tel que moi de ne pas être interpellé par ce genre d'initiative...

Champi entre les pages
Repost 0