Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La Tanière du Champi
  • : La Tanière du Champi se veut un lieu où l'on se sent bien pour lire (surtout des BD !), discuter, jouer... Au gré des humeurs, lectures, heures de jeu, j'essaierai de vous faire découvrir tout ce qui se cache sur les étagères poussiéreuses de ce petit mo
  • Contact

Cases dans le vent

Vous n'êtes pas sans savoir que, depuis quelques mois, je rédige des biographies d'auteurs de BD pour des l'encyclopédie en ligne des Editions Larousse.

Afin de vous permettre de retrouver plus rapidement l'ensemble de mes contributions, je vais essayer de les lister ici dans l'ordre de leur parution.

Bonne lecture, et n'hésitez pas à me laisser vos avis !

Champi à tout vent

David B. - Edgar .P. JACOBS - Bob de MOOR - Benoît PEETERS - François SCHUITEN - René GOSCINNY - Astérix - Manu LARCENET - HERMANN - Robert CRUMB - Osamu TEZUKA  - Jean-Pierre GIBRAT -





Contacts

20 décembre 2006 3 20 /12 /décembre /2006 21:17
Ce petit guide qui tient dans la main, tient dans la main, devait aussi tenir dans la poche des soldats anglais venus libérer la France occupée en juin 1944.

Son auteur, le journaliste Herbert David ZIMAN (1902 - 1983) s'était vu confier par les services de renseignement du Ministère de la Guerre la lourde tâche de rédiger un recueil d'instructions pour les soldats britanniques, un guide de bonnes manières du bon soldat, afin qu'il ne soit pas étonné de ce qu'il allait voir et entendre chez les voisins d'en face, et surtout afin de ne pas commettre d'impair, chaque soldat représentant le Royaume-Uni dans son ensemble.
God save the Queen.

Voici donc, sur 80 pages environ, tous les bons conseils, méthodiquement déclinés, pour que le débarquement, et le séjour s'ensuivant, se passent du mieux possible.

Extraits :
"A cause de multiples plaisanteries sur le "Gai Paris", "les capotes anglaises" et  "les cartes postales érotiques", une croyance très répandue en Angleterre veut que les Français soient gais, frivoles, dépourvus de morale et de convictions. C'est particulièrement faux à l'heure actuelle, quand les Français connaissent d'insupportables restrictions et traversent des épreuves douloureuses."

Quelle lucidité !

"Avant la guerre, la République française avait à sa tête un président qui, grosso modo, régnait comme notre roi."

Les temps n'ont guère changé...

"S'il vous arrive de croire que la première jolie Française qui vous sourit se propose de danser le french cancan ou de vous inviter dans son lit, vous risquez de vous attirer de gros ennuis et vous compremettrez les relations franco-britanniques."

Quand vous serez en France a été publié par les Editions Quatre Chemin en 2006.
Il recèle bien d'autres perles qui nous éclairent bien plus que le bûcher de Jeanne d'Arc sur le point de vue de nos voisins d'en face.
Preuve, s'il en fallait, que la viande bouillie et le "jelly" ont un effet néfaste sur l'entendement ...

Champittéraire
Repost 0
20 décembre 2006 3 20 /12 /décembre /2006 20:18
...enfin, mignon, à vous de juger, car il est loin de ressembler à l'ourson Cajoline.

Je veux bien sûr parler de notre ami The Goon.

A peine posé sur les étagères, le tome 1 s'est senti seul, et je n'ai pas eu le coeur de le voir malheureux très longtemps.
Les tomes 2 et 3, toujours aux Editions Delcourt, toujours sous la plume de l'excellent Eric POWELL, ont donc rejoint ma collection.

N'ayant pas sous la main les couvertures de la VF, je vous fais profiter de celles de la VO.

Que les choses soient claires : The Goon ne s'assagit pas au fil des tomes.
Il a toujours les poings lestes, le coup de boule facile, et son ami Francis manie la hache ou le tuyau métallique comme personne. Mais il faut bien ça pour en découdre avec les zombies qui émaillent leur parcours.
Quelques phrases pour vous donner envie de vous y plonger, si vous ne l'avez pas déjà fait (comment ça ? vous n'écoutez pas mes conseils ?)

"Tu as vu cet orang-outan ? Il jouait les romantiques avec un lampadaire quand il a pris feu."

"Voici soumises à votre approbation trois mésaventures étranges dans un paysage de démence.
Une femme poisson, un singe putois, une tarte aux myrtilles. Continuez de croire que ça ne pouvait pas arriver."

Et, pour les amateurs de Conan le barbare :
"Kronan, qui a-t-il de mieux dans la vie ?
_ Ecraser ses ennemis, les voir mourir devant soi et entendre les lamentations de leurs femmes.
_ Faux !
_ Toi ! Qui a-t-il de mieux dans la vie ?
_ La tarte.
_ Ouais !"

Pour la petite histoire, le gros robot que vous pouvez voir là-haut s'appelle Bruno.
Ca ne s'invente pas...

Champimages
Repost 0
18 décembre 2006 1 18 /12 /décembre /2006 22:56
Tadam ! Nouvelle petite pierre apportée à l'édifice en images que je vous ai proposé de construire collectivement.

Aujourd'hui, nous accueillons une contribution de Carine, qui précise que si "l'objet n'est pas sur mon bureau, il est dans mon bureau". Moi je dis que ça compte...

Ne cherchez pas à reconnaître l'artiste qui a fait cela : c'est Carine elle-même.

Une raison supplémentaire pour que je regarde mes propres mains en pleurant... au vu de tout ce que je ne sais pas faire.

En tout cas, grand merci, Carine, d'illuminer cette Tanière avec ces couleurs.
J'espère que ça motivera les artistes qui s'ignorent ou qui ne m'ont encore rien envoyé !

Champimages.
Repost 0
17 décembre 2006 7 17 /12 /décembre /2006 20:59
Voici la première Tanière-Miam de notre sélection.
Non pas que je fasse la fine bouche, mais je tenais à vous faire partager les lieux les plus agréables, où il fait bon s’asseoir, et saisir verre et couverts avec délectation…

Laissons donc nos pas nous porter dans le quartier pourtant peu festif de Ste Anne (les environs des centres hospitaliers sont en effet rarement engageants…).

Je vous fais grâce d’un plan : dans la montée qui longe l’hôpital Ste Anne, il faut tourner à la première à gauche.

Rue du Capitaine Colonna.

Au numéro 30 se trouve donc La Grignotière.

La porte est petite, mais laisse entrevoir un intérieur chaleureux : vieux objets et affiches anciennes (dont le Chat de Steiner, dont je vous ai déjà parlé avec amour…) jalonnent murs et étagères.

Quelques ardoises accrochées de-ci de-là vous allèchent en quelques mots : le vin d’un côté – nous avons goûté un petit Domaine de la Jeannette plus qu’honnête – les plats de l’autre. Du foie gras poêlé pommes confites au rouget au chèvre, en passant par la crème brûlée aux morilles, vos papilles n’en reviendront pas…

Gardons pour la fin l’imparable fondant sur lequel repose un « petit nounours guimauve-chocolat », étendu sans défense et offert aux assauts de votre cuiller.

Du pur plaisir.

Si je n’étais pas raisonnable, je vous conseillerais, en prime, le Ti-Punch maison.

Un sans faute, car le tout ne disloque pas votre porte-monnaie.

Internet nous apprend que le lieu est tenu par Marie et Fabien.

Si les présentations n’ont pas encore été faites, j’espère y remédier sous peu, car je n’ai pu goûter tous les plats. Et comme, en plus, ils changent la carte presque chaque semaine…

Dernière info utile : le numéro de téléphone, que voici. 04 94 62 17 12

Champi-Miam

Repost 0
16 décembre 2006 6 16 /12 /décembre /2006 16:57

Ceux qui connaissent Montpellier savent que s'y niche une immense place pavée, bordée de beaux bâtiments anciens (comme celui qui abrite le cinéma, par exemple) et de laids bâtiments modernes (comme le palais des congrès, mais je suppose que tous les architectes qui ont un jour travaillé sur ce type d'édifice avaient comme unique contrainte de "faire moche". Je tiens à tous les féliciter, car aucun n'a jamais dérogé à la règle...).

Bref.
Cette belle et grande place s'appelle Place de la Comédie.
Joli nom.
Elle-même donne son nom au Salon du Livre de Montpellier, qui s'appelle donc, en toute logique, la Comédie du Livre.
Comment résister à un tel appel...

C'est donc en déambulant entre les tables de cette "Comédie" que je suis tombé, au printemps 2004 (si ma mémoire est bonne... et si j'en crois la dédicace) que je fis la connaissance de Bernard SORBIER qui, contrairement au bois éponyme, travaille beaucoup. Et pas seulement du chapeau.
Il nous livre donc, au sein de trois petits ouvrages intitulés, allez savoir pouquoi, Pensées Indigestes, quelques phrases douces-amères qui font toujours un peu mal aux commissures du sourire.
Les illustrations sont de CharlElie COUTURE, excusez du peu, et l'image ci-dessus est une carte postale qui en fut extraite.

Je ne peux résister à l'envie de vous en livrer quelques passages, bien évidemment pris au hasard.

"Tout ce qu'on apprend ne comprend pas tout ce qu'on oublie."

"Se marier, c'est partager. Divorcer aussi."

"Quand j'étais petit j'étais déjà un enfant."

La suite entre les pages, bien entendu...

Champimages
Repost 0
16 décembre 2006 6 16 /12 /décembre /2006 16:36
 Pour ceux qui ont la vu basse ou, plus honnêtement, pour tous ceux qui trouvent l'image ci-contre trop petite, voici quelques mots tirés du livre qui l'illustreront bien mieux :
"En un gris d'eau et de ciel embrumé, malgré, cette année-là, la douceur de l'hiver ; sous la grisaille des nuages colorés de sépia lorsqu'ils se reflétaient, en bas, sur les larges ondulations, molles et arrondies, alanguies en leur flux et reflux sans écume, qui s'amplifiaient ou s'entremêlaient quand elles étaient poussées d'une berge à l'autre ..."
Nous voici donc à Venise, l'étrange Sérénissime plongée dans la frénésie baroque du carnaval.
Au détour des canaux, derrières les masques, Alejo CARPENTIER, écrivain et journaliste cubain né au début du siècle (dernier), qui partagea sa vie entre la  France et l'Amérique latine, nous invite à un inoubliable concert inévitablement baroque où VIVALDI et HAYDN, pris d'une fièvre latino-américaine, envahissent la nuit de leur musique endiablée reprise par des musiciennes aux noms magiques : Pierina del violino, Claudia del flautino, Giuseppa del chitarrone...
Les mots traversent les pages en une farandole qui nous transporte à travers le temps et l'espace, les sons et les cultures.
Lecture brève et envoûtante, qui nous fait regretter de ne pas avoir vécu ces orgies musicales dans les rues moitesde la Cité des Doges...

Champittéraire
Repost 0
13 décembre 2006 3 13 /12 /décembre /2006 22:32
J'ai évoqué il y a quelques jours le beau Livre-CD que DUPUIS et BERBERIAN nous ont offerts aux Editions Naïve.
Françoise, donc.
En attendant de trouver une belle image pour vous présenter le plus complètement possible ce petit bijou, en voici quelques extraits.
Et sachez que si Françoise est si intrigante et attirante, ce n'est pas seulement parce qu'elle a un petit chien très charmant ou une plante verte aux grands yeux, mais parce qu'elle a des antennes...

"Puisqu'elle a le pouvoir de lire dans les pensées, elle doit avoir aussi le don d'y déposer des images. Une espère de courrier télépathique à haut débit.
Si c'est ça, c'est donc qu'elle pense à moi. Et ça me rend heureux.
Sinon, c'est que je suis en train de devenir fou..."

"Je nous voyais bien, ensuite, nous installer dans un petit nid rempli de machines à laver, et vivre normalement une vie normale d'amoureux normaux. En plus, on aurait eu des draps propres tout le temps."

Inutile de vous dire que s'abandonner entre les pages du livre en écoutant le CD qui l'accompagne (et dans lequel piano et guitare s'épousent langoureusement le temps de cinq morceaux) est un pur moment de bonheur...

Champimages
Repost 0
11 décembre 2006 1 11 /12 /décembre /2006 22:13
Le Père Noël est étrangement à la mode, en ce moment.
A croire que c'est la saison ("Ah, c'est l'hiver, les Pères Noël sont de retour...")

Grâce à mon ami Franck, grand arpenteur du net devant l'(es neiges) éternel(les),  vous pouvez découvrir ici (http://pebfox.over-blog.com/) la face cachée du Père Noël.

Ca explique bien des choses quant aux innombrables traumas que ce brave grand-père provoque chez nos chères têtes blondes...
Repost 0
10 décembre 2006 7 10 /12 /décembre /2006 22:49
Donc, comme le titre l'indique, aujourd'hui, tout au moins jusqu'à minuit - et je dois me dépêcher d'écrire cet article avant qu'il ne soit trop tard ! - nous étions le dimanche 10 décembre.
Une date à retenir pour deux raisons.

D'une part, notre petite association animait des ateliers au Salon du Livre de Roquebrune Cap Martin.

D'autre part, Messire Ryoga, dessinateur à toute heure, faisait étape, durant son périple dans la blogosphère (plus d'infos ici : http://www.ryogasp.com/blog/) , dans ces pages.

Il a donc fallu concilier les deux.
Je dois dire que ce ne fut pas chose aisée.
En temps normal, aller jusqu'à Roquebrune Cap Martin relève de l'exploit : autoroute jusqu'à Monaco, puis petite route charmante mais tortueuse dominant la mer, les criques, et les immeubles en béton, avant d'arriver au village, qui sent autant l'iode que le fric.
Avec un Richard accroché au pare-choc de la voiture, hurlant de le laisser monter à bord, l'expédition relevait de l'exploit.

Le plus dur était pourtant à venir.

Car si animer des ateliers de BD est toujours un plaisir, même au milieu d'un centre commercial (comme au centre Mayol à Toulon) ou dans un Salon du Livre (comme c'était le cas ici), malgré les gens qui passent, questionnent, le bruit ambiant, cela devient très difficile avec un Ryoga qui s'accroche à votre dos, votre pantalon, et tout ce qui lui permet de rester en contact le plus longtemps possible avec vous.
Ca fait plaisir au début, mais ça devient vite lassant...

En tout cas, merci au CDDP des Alpes Maritimes de nous avoir invité au Salon du Livre, et, malgré tout,  merci à Ryoga d'avoir pris la peine de passer par ici, ça fait toujours plaisir.

Mi casa es tu casa amigo.

Au fait, hier, Ryoga était chez J.N.  - Demain, il devrait être chez Ouizzeul. Mais aujourd'hui, il était  bien ici...

Champimages
Repost 0
10 décembre 2006 7 10 /12 /décembre /2006 00:15
Pour ceux qui douteraient de la poésie qui émane de chaque page du Goon, en voici quelques extraits.
Si vous voulez les images qui vont avec, il vous faudra bien sûr... lire la BD !

(La petite image ci-contre vous permet d'apprécier :
- le beau chapeau du Goon, et sa pose favorite.
- les yeux sans pupilles de Franky, son acolyte pas anonyme du tout.
- "le prêtre", ennemi juré du Goon, qui peut ressusciter les morts, et qui se livre à des expériences que rigoureusement ma mère m'a défendu de nommer ici...)

"Biog est l'avenir de cette ville. Il combine les deux plus nobles missions du service public, la justice et la salubrité publique. Nos problèmes de crime et d'ordures ménagères vont être réglés."

"Pourquoi tu as écrasé cinq mecs en chemin ?
_ Ils portaient des jeans maléfiques. Il fallait les éliminer."

"J'aimerais offrir mon aide pour avoir malencontreusement essayé de me sustenter avec Mr Goon"

Champilare
Repost 0