Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La Tanière du Champi
  • : La Tanière du Champi se veut un lieu où l'on se sent bien pour lire (surtout des BD !), discuter, jouer... Au gré des humeurs, lectures, heures de jeu, j'essaierai de vous faire découvrir tout ce qui se cache sur les étagères poussiéreuses de ce petit mo
  • Contact

Cases dans le vent

Vous n'êtes pas sans savoir que, depuis quelques mois, je rédige des biographies d'auteurs de BD pour des l'encyclopédie en ligne des Editions Larousse.

Afin de vous permettre de retrouver plus rapidement l'ensemble de mes contributions, je vais essayer de les lister ici dans l'ordre de leur parution.

Bonne lecture, et n'hésitez pas à me laisser vos avis !

Champi à tout vent

David B. - Edgar .P. JACOBS - Bob de MOOR - Benoît PEETERS - François SCHUITEN - René GOSCINNY - Astérix - Manu LARCENET - HERMANN - Robert CRUMB - Osamu TEZUKA  - Jean-Pierre GIBRAT -





Contacts

17 novembre 2006 5 17 /11 /novembre /2006 23:34
Le Prophète du temps, d'Arthur UPFIELD, 1958.

Malgré ses quelques années au compteur, ce roman policier semble toujours vigoureux.
Un peu comme M. Luton, l'un des principaux protagoniste du livre, un octogénaire plus ou moins reclus qui connaît - pour les avoir pratiqués ! - tous les types de cuites possibles et imaginables.

Extrait : "Quand on se pintait au whisky, on avait l'impression que toutes les choses qui étaient devant nous grossissaient (...) Avec une cuite au rhum, elles apparaissaient et disparaissaient soudain après avoir fait mine de vouloir nous mordre. Et une cuite au gin est encore différente. On les aperçoit du coin de l'oeil. Elles restent planquées derrière vous et, quand on se retourne, elles ne sont plus là."


Parole de connaisseur...
Sinon, et sans rien dévoiler de l'histoire, ce roman met en scène Napoléon Bonaparte, inspecteur de police métis, dont le sang aborigène lui donne une affinité pour résoudre toutes les affaires concernant le bush australien, et ceux qui y vivent.
Car j'ai oublié de dire que ce roman - comme tous ceux de la série - se passait en Australie.

Indépendamment de l'enquête, on se délecte surtout des portraits, et de la description très anthropologique des moeurs de chez gens de l'autre bout du monde...

Champittéraire
Repost 0
17 novembre 2006 5 17 /11 /novembre /2006 23:19
Après l'âne, poursuivons la découverte de la ménagerie qui peuple mon bureau :

Vous ne tiendrez bien sûr pas compte de la qualité de l'image, car ma webcam n'est pas d'une extraordinaire précision... Au moins, on ne voit qu'un bout de mon épaule, et presque pas le lustre du bureau...

Bon, pour ceux qui ne le savent peut-être pas, le pingouin est devenu, au fil du temps, plus ou moins malgré moi, mon animal totem - j'espère que cela n'a rien à voir avec ma façon de marcher !

Je remercie mon copain Franck de m'avoir offert la déclinaison horlogère de mes affinités animales. Depuis qu'il trône sur mon bureau, j'ai tout fait pour ne pas abîmer son mécanisme. J'avoue avoir même poussé le soin jusqu'à ne pas y mettre de piles...
Ceci étant, vous aurez sans doute remarqué, sur la photo, la petite aile droite... qui fait office de balancier.
L'horloge-pingouin est donc une horloge bruyante, de celles qui nous hypnotise trop pour qu'on puisse dormir, mais suffisamment pour qu'on n'aie jamais la force de s'en débarrasser.
Cette absence de piles est donc un bien pour le pingouin - qui survit ! - que pour moi - qui survit aussi. L'identification s'arrête là.

Quant à ceux qui me demanderont quelle température peut bien régner chez un collectionneur de palmipèdes, je répondrai la phrase suivante : "tant que tes doigts peuvent s'agiter sur le clavier, c'est qu'il fait meilleur chez toi qu'aux Kergelen."
Une phrase pleine de bon sens...

Mémoire de Champi
Repost 0
15 novembre 2006 3 15 /11 /novembre /2006 23:12

L’OuBaPo est l’une des nombreuses déclinaison de l’OuLiPo qui, en matière d’Ou-X-Po fait figure d’ancêtre, de précurseur, de graine…

Fondé le 24 novembre 1960 par François Le Lionnais, Raymond Queneau et une dizaine de leurs amis écrivains et/ou mathématiciens et/ou peintres, cet OUvroir de LIttérature POtentielle se voulait un atelier d’expérimentation littéraire. Le PO de potentielle annonce de la littérature en quantité illimitée, potentiellement productible jusqu'à la fin des temps, en quantités énormes, infinies pour toutes fins pratiques.

Le principe fondamental de cette potentialité est la contrainte : écrire en se donnant une contrainte initiale, génératrice d’idées nouvelles.

Exemples :

-         le palindrome, mot qui se lit dans les deux sens (kayak, rever…) peut donner des textes palindromes (Esope reste ici et se repose)

-         le lipogramme, texte composée sans utiliser une lettre (Cette phrase ne comporte pas la lettre placée entre le h et le j).

Pour en savoir plus sur le sujet, le mieux est encore d’aller sur le site officiel des Oulipiens :

http://www.oulipo.net/

L’OuBaPo est la déclinaison en Bande Dessinée de l’OuLiPo, comme l’OuMuPo l’est pour la musique par exemple.

Porté à l’origine par des auteurs de l’Association (Jean-Christophe MENU, Lewis TRONDHEIM, Etienne LECROART, KILLOFER, François AYROLES, Jochen GERNER…), l’OuBaPo vit aujourd’hui d’innombrables contributions qui ne cessent de repousser les limites de la narration graphique.

Les sens de lecture s’entrechoquent, les histoires ont plusieurs significations, les planches se plient pour dévoiler leur face cachée… Pas de limite pour les Oubapiens, qui explorent toutes les directions.

L’OuBaPo dispose d’un site internet, http://www.oubapo.fr.st/, qui n’a apparemment pas été mis à jour depuis 2003. Je ne peux donc que trop vous conseiller d’aller sur les sites de auteurs cités ci-dessus, de vous reporter aux 4 Opus  (Opi si on utilise le mot au pluriel ?) déjà parus chez l’Association, et à guetter les nouveautés produites par ces infatigables Oubapiens.

Une façon ludique et conviviale de découvrir l’OuBaPo est de trouver un exemplaire du Scroubabble, cousin graphique du Scrabble, où les lettres sont remplacées par des cases, et ou au lieu de réaliser des mots, il faut composer des petits dialogues… Incomparable exercice narratif, et en plus c’est drôle !

Au fil des semaines, je vous en dirai un peu plus sur les Oulipiens et les Oubapiens (tous les Oubapiens, toutes les Oubapiennes…), si vous n’avez pas déjà tout découvert avant en fouillant (sur) la Toile.

Bonne lecture

 

Champimages

Repost 0
13 novembre 2006 1 13 /11 /novembre /2006 22:52

Sous ce titre un peu sombre, Jean ZEBOULON – je me demande si ce n’est pas un pseudo ! – a compilé de belles phrases et d’anciennes illustrations animalières.

Je vous ferai grâce des illustrations – encore que… - mais vous partagerez bien quelques vers avec moi !

« Le lapin éprouve parfois le besoin de se poser un peu. »

 

Champittéraire.

Repost 0
12 novembre 2006 7 12 /11 /novembre /2006 18:30

Fans de Superman, super-héros au grand cœur, ou amateurs (et amatrices !) de Candy ou La Petite Maison dans la Prairie, passez votre chemin.

Quant aux autres… enfilez vos collants moulants, chaussez vos masques, et injectez-vous surtout une bonne dose d’humour noir, de répliques cinglantes, et d’action fracassante.

Oui, on peut aimer (adorer !) les noires et subtiles ambiances distillées par Didier COMES (c.f. notre précédent Coup de Cœur : http://lataniereduchampi.over-blog.com/article-4474833.html ), et se vautrer allégrement dans du comics.

Mais attention, pas n’importe lequel. Du bon, du très bon comics. Epicé à souhait.

Car vous avez affaire ici à Authority, « groupe multiculturel sans affiliation nationale », qui n’est pas disposé « à tolérer des violations des droits de l’homme juste sous (son) nez » , dixit Jack HAWKSMOOR, le porte-parole de la bande.

Technologie, mutations, magie… sont au service de ces sept super-héros peu communs qui renversent les dictatures et luttent contre les multi-nationales. Qui déjouent aussi quelques invasions extra-terrestres et voyagent entre les plants également.

Peu de temps pour souffler avec un tel agenda…

La première série fut éditée par les éditions Soleil, en un grand format peu justifié. Difficile à trouver aujourd’hui.

La seconde se trouve dans la collection des petites formats de Semic. 5 tomes en français à ce jour. Trop peu à mon goût, mais les histoires se lisent et relisent sans prendre une ride.

Bien sûr que les comics politiquement incorrects se sont multipliés ces dernières années, mais celui-ci les surpasse tous par son propos toujours en phase avec l’actualité, ses dialogues percutants, et une action toujours renouvelée avec originalité.

« Voudriez-vous que nous sauvions le monde des invasions extra-terrestres mais que nous détournions le regard quand des dictateurs bien terrestres commettent des génocides ? »

Ames sensibles s’abstenir…

Champimages

Repost 0
12 novembre 2006 7 12 /11 /novembre /2006 18:11

Créée en janvier 2006, l’association Equinoxe, images et bande dessinée propose diverses animations autour de la bande dessinée et de l’illustration :

-         ateliers courts (1 ou 2 heures) pour découvrir la bande dessinée et l’illustration

-         ateliers longs (plusieurs séances d’1 ou 2 heures) pour créer une bande dessinée

-         création d’expositions

-         animation de conférences thématiques ou générales

-         formation sur la bande dessinée : histoire, techniques, activités, jeux sur la bande dessinée

L’association se compose essentiellement d’un enseignant – votre serviteur – et de plusieurs jeunes auteurs de talents, issus des Beaux-Arts ou d’écoles d’art graphique :

Jean-Michel BOESCH
Audrey BUSSI
Emmanuel JULIEN
Jérémie MOREAU
Julien PARRA
Johan TROIANOVSKI

 

Petite rétrospective de nos activités depuis notre création :

 18 janv 06 : chantiers BD au CDDP du Var – atelier de formation aux activités autour de la Bande Dessinée.

2-3-4 fév 06 : ateliers pour le public scolaire au 26ième Festival du Livre Jeunesse de St Paul Trois Châteaux, dans la Drôme provençale.

Mai 06 : intervention dans le cadre d’une demi-journée de formation continue des enseignants du premier degré à l’IUFM de La Seyne sur Mer : « Entrée dans l’écrit aux cycles 1 et 2 ».

Juin 06 :

  • ateliers BD et conférence « L’Univers du Manga », à la Médiathèque de La Valette du Var.
  • conférence « BD et Musique » au Art Café de Toulon.

Oct-déc 06 : ateliers BD bimensuels à la Médiathèque de La Valette du Var.

14 oct 06 : ateliers BD au Centre Social de la Visitation, à Toulon, suite à l’invitation du Café Culture de Toulon, dans le cadre de Lire en Fête

Nous remercions chaleureusement tous les partenaires et organismes qui nous ont déjà fait confiance, et nous espérons que nous pourrons continuer à collaborer pendant encore très longtemps.

Nous remercions également tous les enfants et adolescents avec lesquels nous avons travaillé jusqu’à présent, et dont l’enthousiasme et la motivation n’ont fait que renforcer notre envie de continuer et de proposer toujours plus d’activités.

Vous trouverez dans cette rubrique toutes les informations pratiques concernant l’association.

Contacts :

06 20 50 36 48

suzchampi@wanadoo.fr

 

 

Repost 0
11 novembre 2006 6 11 /11 /novembre /2006 13:42

Né en 1938 et mort trop tôt (en 1997, pour ceux qui veulent vraiment le savoir…), ce grand écrivain-scénariste- illustrateur- homme-de-télé-de-cinéma-de-théâtre- de-radio-peintre-affichiste-et-j’en-passe ne fut pas seulement l’illustrissime inventeur du Téléchat qui marqua notre existence à un moment ou à un autre, à une époque où la télévision publique préférait mettre ses deniers dans des programmes originaux – bien qu’aux limites de l’expérimental… limites bien souvent franchies d’ailleurs !. - plutôt que dans des super-productions insipides, suivez mon regard.

TOPOR  fut également un grand penseur, dialoguiste, poète, compositeur, et sans doute interprète, bien que je n’aie aucun enregistrement sous la main.


Je vous gratifierai donc, au fil des jours, de quelques uns de ses bons mots.

N’hésitez pas à en faire de même si le cœur vous en dit.

Et ne reculez pas devant la noirceur qui se dégage bien souvent de sa prose. Elle porte, haut et fort, toute la poésie qui nous permet de lutter contre le quotidien.

Plus d’infos ici : http://www.rolandtopor.net/

Avec le son et l’image, s’il vous plaît !
 

Donc, pour commencer :
 

* « Les montagnes sont les dents de la mâchoire inférieure.

Attention, les dents d’en haut arrivent ! »

* « Les huissiers ont laissé les meubles mais saisi la maison. »

* « Inutile de regarder en l’air, il n’existe aucun bar correct dans cette direction. »

 

Champittéraire

Repost 0
8 novembre 2006 3 08 /11 /novembre /2006 23:10

Didier COMES brosse depuis plus de trente ans la vie écrasante du fond des campagnes.

Là où certains traitent ce sujet avec humour (comme Manu LARCENET et Jean-Yves FERRI dans l’excellent Retour à la terre), COMES le fait avec gravité et justesse, touchant au cœur des êtres.

Après avoir mis en scène le poids des rancoeurs et des regards intolérants dans Silence ou La Belette – dont je vous recommande la lecture dans les noir et blanc d’origine, loin des couleurs fadasses des rééditions plus récentes… - il aborde une nouvelle fois le thème de la guerre dans Dix de Der.

Qui rime si bien avec « Quelle connerie la guerre… »


Ici, le noir et blanc de la nuit sous la neige dans les Ardennes de 1944 reste immaculé malgré les morts qui se succèdent en ces ultimes journées d’affrontements germano-américaines.

Posté près du petit village de Calvaire – ça ne s’invente pas – « Le Bleu », jeune soldat qui pensait pouvoir échapper au feu et au front, se retrouve à tuer le temps dans un trou.

Entre deux explosions, sous les tirs croisés de ses ennemis et des siens, il fait la connaissance d’insolites compagnons : les morts tombés lors des combats précédents.

Des morts de tous les camps, qui ont enfin abandonnés les armes, le trépas aidant. Mais si certains fantômes l'acceptent avec philosophie, et rejouent une éternelle partie de belote, d’autres se vengent des vivants en regardant leurs corps tomber sous les balles…

Au fil des jours, la neige s’accumule, fige le temps et les hommes.

Pas de perdant ni de gagnant à l’arrivée, bien entendu.

Et tandis que la partie de cartes se poursuit, réunissant un peu plus de joueurs encore, un corbeau s’éloigne en murmurant « Et Dieu dans tout ça ? »

Mais il n’y a que l’homme. Rien que l’homme…

 

Champimages.

Repost 0
7 novembre 2006 2 07 /11 /novembre /2006 23:05

En même temps que j’entame ce Coup de Cœur, je me rends compte que je ne vous ai pour l’instant dévoilé que ma façade outre-atlantique en matière de bandes dessinées.

Rassurez-vous, mon cœur palpite aussi en Europe, en Asie, et en Afrique, même si la production bédéistiques africaine ne nous parvient que difficilement.

 

Mais pour l’heure, voici De mal en pis, gros pavé en noir et blanc qui a pourtant tout pour plaire.

Une poignée de personnages de plus en plus attachants au fur et à mesure qu’ils se dévoilent – Sherman le vendeur de livres mal dans sa peau, Stephen le beau prof d’histoire, Dorothy la journaliste un peu paumée, Ed l’apprenti dessinateur de comics… - des dialogues qui sonnent souvent juste, et ces innombrables situations dans lesquelles on finit toujours par se reconnaître un peu.

Des centaines de pages de bonheur, interrogations, sourires, soupirs… pour démêler toutes ces vies qui se croisent, s’effilent, s’accrochent, pour tricoter le pull-over de nos existences.

 


Le tout porté par le dessin très simple et toujours juste d’Alex ROBINSON, primé à Angoulême en 2005 pour ce beau premier album – et pour une première publication, il fallait oser. Preuve que le public et la critique savent s’affranchir des aspects peu engageants (nombre de page, monochromie, autant de traits de caractères que je trouve plutôt attirants, mais chacun ses goûts…).

 

Pour ceux qui en redemanderaient, un petit Bonus est sorti cette année. Moins d’une centaine de pages – snif ! – mais le plaisir de retrouver les personnages. De quoi patienter en attendant une éventuelle suite…

 

Pour en savoir plus sur l’auteur, son site officiel est ici :

 

http://members.aol.com/ComicBookAlex/

 

Et pour ceux qui n’auraient pas la patience d’attendre que je le leur prête, ils peuvent toujours aller se le procurer à la Librairie Contrebandes, dont je vous ai je crois déjà parlé…

 

Bonne lecture !



Champimages

Repost 0
6 novembre 2006 1 06 /11 /novembre /2006 23:09

A part les gens très – et sans doute trop !! – ordonnés (que d’aucuns qualifieraient de psychorigides, mais ça n’engage qu’eaux…), nous avons tous quelques objets insolites, indispensables ou anodins qui traînent dans un coin de notre bureau.

 

Je vous propose ici d’en décrire, dessiner, montrer ou présenter un, sous quelque forme que ce soit – mots, images, photos…

 

J’avoue que mon bureau à lui seul à de quoi alimenter cette rubrique pour quelques siècles, mais je suis sûr qu’à nous tous, nous pouvons reconstituer un très beau bureau collectif…

 

Première pièce : El Burro Deprimido, souvenir rapporté de Cuzco, au Pérou. Le BOLIVAR qui a signé cette illustration n’est pas le célèbre libérateur de l’Amérique Latine, mais un artiste avec lequel j’ai pris beaucoup de plaisir à discuter…

 

Hasta proto, dibujante !

 

Mémoire de Champi


 

(désolé pour la qualité de l'image, je n'ai vraiment pas pu faire mieux...)

Repost 0