Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La Tanière du Champi
  • : La Tanière du Champi se veut un lieu où l'on se sent bien pour lire (surtout des BD !), discuter, jouer... Au gré des humeurs, lectures, heures de jeu, j'essaierai de vous faire découvrir tout ce qui se cache sur les étagères poussiéreuses de ce petit mo
  • Contact

Cases dans le vent

Vous n'êtes pas sans savoir que, depuis quelques mois, je rédige des biographies d'auteurs de BD pour des l'encyclopédie en ligne des Editions Larousse.

Afin de vous permettre de retrouver plus rapidement l'ensemble de mes contributions, je vais essayer de les lister ici dans l'ordre de leur parution.

Bonne lecture, et n'hésitez pas à me laisser vos avis !

Champi à tout vent

David B. - Edgar .P. JACOBS - Bob de MOOR - Benoît PEETERS - François SCHUITEN - René GOSCINNY - Astérix - Manu LARCENET - HERMANN - Robert CRUMB - Osamu TEZUKA  - Jean-Pierre GIBRAT -





Contacts

2 février 2015 1 02 /02 /février /2015 10:53
Repost 0
25 janvier 2015 7 25 /01 /janvier /2015 17:47
Zero pour l'éternité T1

"Qu'est-ce qu'on vous a appris à l'école ?!

Vous avez eu des cours d'histoire, non ?!

L'histoire des hommes, c'est l'histoire des guerres.

Bien sûr que la guerre est un fléau, sans doute le pire de tous...

Tout le monde le sait...Mais personne ne peut faire disparaître cette réalité !"

On croirait lire certains de nos échanges sur k.bd lors de la construction du thème du mois de février (2015) : "Raconter l'histoire".

Tout un programme qui, donc, portera essentiellement sur la guerre. Vivement un versant culturel et/ou social de la chose historique !

Petite silhouette sombre perdue entre soleil et nuages pour ouvrir la sélection : Zéro pour l'éternité nous entraîne dans le ciel japonais durant la Seconde Guerre Mondiale (oui, elle mérite ses trois majuscules).

Comme souvent dans les manga, l'immersion se fait en douceur : après quelques pages "d'époque", nous voilà réveillés par la sonnerie d'un portable.

"Je peux savoir ce que tu fais ?

_ Je me promène.

_ C'est ça, oui ! Tu étais encore en train de dormir !"

On ne peut rien lui cacher, à Keiko. Surtout pas en ce qui concerne son frère, Kentarô, rongé par l'oisiveté (merci BAUDELAIRE !) et en panne d'études depuis quelques années.

Aussi décide-t-elle d'exploiter le temps libre de son cadet en lui confiant une mission :

"Je voudrais en savoir plus sur notre grand-père.

_ Des recherches sur papy ? Mais pour quoi faire ? Va plutôt le voir, il est encore en vie, que je sache.

_ Je ne te parle pas de ce grand-père-là ! Je te parle du fantôme..."

Kyûzô Miyabe. Pilote de chasseur dans l'armée japonaise dans les années 40, et kamikaze aux commandes d'un des "Zeros" qui ont marqué l'histoire du pays (jetez un oeil à la postface ou à l'un des derniers MIYAZAKI, Le Vent se lève, pour en savoir plus).

Un fantôme sorti trop tôt de leur arbre généalogique pour que sa fille et ses petits-enfants s'en souviennent.

Pourquoi, alors, remuer un passé aussi marquant et enfoui ?

Pour des raisons professionnelles (Keiko aspire à intégrer un journal préparant un dossier sur la fin de la guerre) mais aussi d'honneur :

"On entend souvent dire que les kamikazes étaient des terroristes (...) Aujourd'hui, le mot "kamikaze" sert surtout à désigner des terroristes... Comme ceux qui se sont écrasés sur le World Trade Center le 11 septembre."

Le va-et-vient entre XXI° et XX° siècle peut commencer, à travers livres, journaux, témoignages que Kentarô cherche à recueillir.

Belle trame narrative que voilà, fournie par le roman éponyme de Naoki HYAKUTO : une quête, des secrets, la recherche d'un éclairage nouveau sur une Histoire qui a sans doute (car je ne suis pas spécialiste du genre) souvent servi d'assise à des élans patriotiques nationalistes (sic).

Point focal d'identification pour le lecteur, Kentarô s'apprête (si l'on en croit le premier tome) à voir sa vie bouleversée par cette expérience inattendue : la lassitude, la légère irritation même qu'il peut ressentir à l'écoute du premier témoin que sa soeur et lui rencontrent, cèdent la place à une sorte d'illumination (gros plan sur le regard à l'appui) :

"Je ne peux pas encore saisir ce que sont réellement la vie et la mort.

Mais je sais très bien maintenant qu'elles sont là.

Je me rends surtout compte...

A présent...

Que je ne peux plus fuir."

Graphiquement, Souichi SUMOTO livre un travail à la fois classique (trames, décors à base photographique, émotions exacerbées, mises en page et en cases heurtées lors des scènes d'action, oreilles décollées - mais peut-être est-ce en rapport avec le thème, ah, ah) et personnel par la rondeur de certaines têtes et surtout la belle manière dont il imprime le temps qui passe sur certains visages.

Les pleines pages sont nombreuses et donnent du souffle au récit, un souffle qui s'embourbe (volontairement) pour décrire les tranches de vie les plus dures ou les faits les moins glorieux, sans toutefois sombrer dans le misérabilisme.

Les cases mettant en scène les avions en gros plans ont le sens du détail nécessaire à une approche "technique" sans pour autant alourdir la lecture et à ces cases denses répondent d'autres bien plus dépouillées.

Zero pour l'éternité est-il un récit initiatique de plus sur fond d'Histoire et de réhabilitation d'une figure familiale tombée dans l'oubli ? (Et non, en effet je ne vous ai pas tout dit...).

Malgré quelques figures imposées (mais peut-être le vétéran mutilé est-il un hommage à Shigeru MIZUKI ?) la lecture est fluide et intéressante, agrémentée de notes de bas de page mesurées (à mille lieues d'un Ghost in the shell par exemple !!) et d'une postface documentée.

Ma lecture des tomes suivants (si j'en ai le temps, refrain bien connu...) sera toutefois davantage motivée par l'intérêt historique que par la soif de révélations concernant le passé de Kyûzô Miyabe.

Question de culture ou de génération ?

Champimages chrono-instables.

Zero pour l'éternité T1
Zero pour l'éternité T1
Zero pour l'éternité T1
Repost 0
19 janvier 2015 1 19 /01 /janvier /2015 08:56

"Tout ce qu'on peut faire, c'est essayer de démolir [la télé]. Mais c'est comme la bagnole, il y a des trucs qu'on ne déboulonnera jamais... Donc, on peut avoir l'attitude d'un Boris VIAN : être d'un "pessimisme joyeux". Tout ce qui nous reste, c'est d'essayer de faire sourire."

CABU dans Dessinateurs de presse, Numa SADOUL, 2014

"Mon premier mouvement, quand je vois quelque chose de scandaleux, c'est de m'indigner ; mon second mouvement est de rire ; c'est plus difficile mais plus efficace."

Maurice MARECHAL, fondateur du Canard Enchaîné, 1914

Rire malgré tout
Repost 0
18 janvier 2015 7 18 /01 /janvier /2015 17:56

Un court métrage de Céline DEVAUX visible ici ou .

Vie et mort de l'illustre Grigori Efimovitch Raspoutine
Vie et mort de l'illustre Grigori Efimovitch Raspoutine
Repost 0
18 janvier 2015 7 18 /01 /janvier /2015 17:40
Repost 0
16 janvier 2015 5 16 /01 /janvier /2015 19:28
Repost 0
16 janvier 2015 5 16 /01 /janvier /2015 18:23
Repost 0
14 janvier 2015 3 14 /01 /janvier /2015 15:17

D'autres oeuvres de DRAN sont à découvrir sur ce site internet.

On y sent parfois la référence ou le déjà-vu, mais cela reste de bonne qualité.

Au radar
Repost 0
14 janvier 2015 3 14 /01 /janvier /2015 14:32

Deux écriteaux vus côte à côte aujourd'hui en vitrine d'une maison de la presse :

"Je suis Charlie."

"Pas de Charlie."

Être ou ne pas être...

Où est Charlie ?
Repost 0
12 janvier 2015 1 12 /01 /janvier /2015 22:58

"Scandaliser est un droit, être scandalisé un plaisir".

Pier Paolo PASOLINI

Ô, scandale...
Repost 0