Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La Tanière du Champi
  • : La Tanière du Champi se veut un lieu où l'on se sent bien pour lire (surtout des BD !), discuter, jouer... Au gré des humeurs, lectures, heures de jeu, j'essaierai de vous faire découvrir tout ce qui se cache sur les étagères poussiéreuses de ce petit mo
  • Contact

Cases dans le vent

Vous n'êtes pas sans savoir que, depuis quelques mois, je rédige des biographies d'auteurs de BD pour des l'encyclopédie en ligne des Editions Larousse.

Afin de vous permettre de retrouver plus rapidement l'ensemble de mes contributions, je vais essayer de les lister ici dans l'ordre de leur parution.

Bonne lecture, et n'hésitez pas à me laisser vos avis !

Champi à tout vent

David B. - Edgar .P. JACOBS - Bob de MOOR - Benoît PEETERS - François SCHUITEN - René GOSCINNY - Astérix - Manu LARCENET - HERMANN - Robert CRUMB - Osamu TEZUKA  - Jean-Pierre GIBRAT -





Contacts

30 mai 2012 3 30 /05 /mai /2012 18:47

Raging Bulles - Logo

 

Comment ça c'est déjà demain ? Ah ben oui...

Donc, comme vous vous en doutiez, le Raging Bulles mensuel aura lieu... le dernier jeudi du mois, soit demain !

 

Rendez-vous dès 19h à la Cave de Lilith, rue Paul Lendrin, pour batailler autour de la sélection de mai :

 

MANOLO PROLO, Les beaux jours reviennent, Ed. Même pas mal.

 

SCHUITEN François, La douce, Ed. Casterman.

 

ELLIS Warren & PAGLIARANI Gianluca, Ignition City, Ed. Dargaud.

 

NICHOLLS Stan & FLOOD Joe, Orcs, Ed. Gallimard, coll. Bayou.

 

GIFFONE Manfredi, LONGO Fabrizio & PARODI Alessandro, La Pieuvre - Quatorze ans de luttes contre la mafia, Ed. Les Arènes.

 

MILLIONAIRE Tony, Sock Monkey, les nouvelles aventures d'un singe de chiffon, Ed. Rackam.

 

Bonne lecture !

Repost 0
28 mai 2012 1 28 /05 /mai /2012 12:08

Sin City T1 - CouvertureIl me fallait bien ça pour me tirer de la torpeur internautique de ces dernières semaines : un petit bijou ciselé au rasoir graphique, prêt à exploser à chaque page. En prime, au service d'un plat de saison proposé par K-BD, un plat qui se mange froid : la vengeance.

 

Sin City aurait tout aussi bien pu coller au thème du mois de mai - la ville, comme vous pouvez le lire ici ou - mais il faut reconnaître qu'à chaque page les comptes se règlent et les esprits se dérèglent.

 

Sexe, alcool, violence, gangs, non droit, riches villas, trafics, écorchés vifs, femmes fatales... Du roman noir, du roman glauque, et personne indemne.


"Encore une de ces nuits brûlantes et sèches. Un nuit sans vent. Une nuit qui fait faire aux gens des trucs secrets et bien moites."

 

Dwight McCarthy la connaît bien, la ville. Il la connaît autant qu'elle la cogné.

De bas-fonds en fonds de bouteille. De corps broyé en coeur brisé.

Il pensait que tout ça était derrière lui maintenant. Loin.

Mais un coup de fil, un regard, et tout bascule.

"Elle est en retard, comme toujours. Et elle vaut toujours autant la peine qu'on l'attende."


Ava.

Trois lettres pour un enfer.

Beauté fatale.

Sombres souvenirs ressurgis.

Mais la rédemption n'existe pas à Sin City. Une fois qu'on a couché avec l'enfer, on ne peut s'en défaire.

Alors même s'il avait juré qu'on ne lui reprendrait plus, qu'elle ne le reprendrait plus, Dwight replonge. Pour son corps, pour ses yeux, pour cette histoire jamais refermée qui suinte encore et encore l'amour et la douleur.

 

Lui qui se contentait de prendre en photos les maris des autres, pour le compte d'Agamemnon le détective difforme, le voilà prêt à refaire le portrait de celui qui a mis la main sur Ava.

 

Un colosse rôde toujours autour de la belle ?

Qu'à cela ne tienne. Dwight a un paquet d'amis. Des belles de nuits, mais aussi des golems, façonnés dans la douleur qui engorge les caniveaux. Marv viendra avec lui. Marv l'ange gardien, Marv la force de la nature, Marv l'incontrôlable.

La nuit n'a qu'à bien se tenir...

 

Pas de demi-mesure dans Sin City, même si tous les habits ne font pas les moines : les belles sont très belles, les costauds très costauds, les coups sont des orages de grêle, les cicatrices fleurissent au galop.

Frank MILLER a composé une galerie en acide trempé, qui règle ses histoires à grands éclats de voix, de verre et de poudre.

Des bars louches aux riches propriétés, la violence fait la loi, et est bien la seule à rafler la mise. Les hommes ne sont que des jouets entre ses mains, victimes de leurs pulsions, leurs illusions, leur folie.

Si les dialogues sont parfois un peu lourds, les monologues intérieurs sont percutants, bien tournés, au service de cette tragédie d'amour déçu qui ne se laissera plus faire.

 

La force de Frank MILLER est toutefois surtout à chercher dans ses images, ce noir et blanc impeccable qui flirte parfois avec l'abstraction, plus souvent avec le contre-jour, le négatif, la silhouette. Comme si ses contes de la nuit ne s'épanouissaient que derrière le voile que la ville a jeté sur les vies de ses habitants.

Facilement expressionniste dans les postures, les mouvements et les expressions, MILLER sait aussi tailler dans l'encre les corps monolithiques de ses personnages qui dansent, qui souffrent, qui se souviennent... La violence fait alors place, un temps, à l'élégance, à un temps suspendu que l'on sait ne pas durer car le répit n'est qu'éphémère à Sin City.

 

Bien sûr, on pourrait reprocher à l'auteur son sens de l'exagération : Dwight devrait mourir mille fois, mais il est toujours debout. Sans doute mû par la flamme de la vengeance qui le brûle presque plus fort que la douleur des souvenirs. Après tout, d'une manière ou d'une autre, c'est un héros...

 

Cela faisait longtemps que ce premier tome de Sin City attendait sur mes étagères. L'adaptation cinématographique que Robert RODRIGUEZ en avait tirée m'avait séduit.

Le noir et blanc de MILLER m'a subjugué. Ses ombres, ses lumières, ses regards esquissés dans la nuit, ses éclats qui fragmentent le monde et l'image, ces lignes qui composent et recomposent les cases avec la délicatesse de l'abstraction.

 

Rendre la mort et la violence aussi belles pourra paraître malsain à certains. Mais quand il n'y a plus rien à espérer, c'est toujours ça de pris.

De plein fouet.

 

Champimages sans concession.

 

(Et donc, en effet, J'ai tué pour elle n'est que le deuxième opus de la saga, pas le premier, qui, en toute logique, s'appele Sin City. Mea culpa. Je m'en vais donc de ce pas acheter le tome 1 et en parler par ici dès que possible).

 

Sin City T1 - Extrait 1

 

Sin City T1 - Extrait 2

Repost 0
28 mai 2012 1 28 /05 /mai /2012 12:00

17 mai 12 - La Seyne 1

Repost 0
13 mai 2012 7 13 /05 /mai /2012 16:14

Demain DemainEn attendant la critique de Demain, demain, de Laurent MAFFRE, que je suis censé faire, voici un petit lien vers une mise en image et surtout en sons très intéressante de cet improbable lieu que fut le bidonville de La Folie de 1950 à 1971, rue de la Garenne, à Nanterre.

Edifiant, inquiétant, nouvelle preuve que la mémoire et l'Histoire doivent être entretenues encore, et encore, épuisant mais indispensable exercice...

Repost 0
13 mai 2012 7 13 /05 /mai /2012 15:52

DIETMAN Erik - Au sommet après en avoir tant chié - 1991

 

Par Erik DIETMAN, 1991. Un ami de TOPOR. Logique !

Repost 0
13 mai 2012 7 13 /05 /mai /2012 15:41

STARK David - Read

 

Par David STARK pour la Public Library de New York.

Repost 0
13 mai 2012 7 13 /05 /mai /2012 15:37

MINUJIN Marta - Torre de Babel 2011-copie-1

 

Par Marta MINUJIN

Repost 0
10 mai 2012 4 10 /05 /mai /2012 11:19

9 eyes

 

A défaut de Big Brother, Google Street View nous watch depuis pas mal de temps.

Promenant ses neuf yeux aux quatre coins de la Google Carte, Jon RAFMAN a composé un album photo hétéroclite où animaux, scènes improbables, et accidents en tout genres (au sens étymologique du terme, mais pas que) ont la part belle.

Le monde est f(l)ou, personne n'en doutait, mais en images ça fait toujours drôle.

Pour le pire et pour le meilleur, notre mise en image, à défaut d'être toujours reluisante, est profondément objective. Logique.

Repost 0
10 mai 2012 4 10 /05 /mai /2012 10:51

A boire et à manger - CouvertureLes hasards du calendrier sont parfois heureux.

Il y a peu, je vous disais tout le bien et le bon que je pensais (et pense toujours, d'ailleurs) de A boire et à manger.

 

Et bien ce samedi 12 mai 2012, dès 14h, Guillaume LONG sera à Contrebandes, avec un programme chargé :

 

- dédicacer ses ouvrages

- cuisiner un petit quelque chose comme il aime si bien le faire, devant vos yeux ébahis

- vous le faire déguster autour d'un bon verre de vin, en fin de journée, pour un des fameux apéros dont la librairie à la secret.

 

Donc, que les choses soient claires, le bonheur n'est définitivement pas dans le pré mais dans les livres.

 

A la vôtre !


Repost 0
9 mai 2012 3 09 /05 /mai /2012 23:08

1er mai 12 - Toulon

Repost 0