Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La Tanière du Champi
  • : La Tanière du Champi se veut un lieu où l'on se sent bien pour lire (surtout des BD !), discuter, jouer... Au gré des humeurs, lectures, heures de jeu, j'essaierai de vous faire découvrir tout ce qui se cache sur les étagères poussiéreuses de ce petit mo
  • Contact

Cases dans le vent

Vous n'êtes pas sans savoir que, depuis quelques mois, je rédige des biographies d'auteurs de BD pour des l'encyclopédie en ligne des Editions Larousse.

Afin de vous permettre de retrouver plus rapidement l'ensemble de mes contributions, je vais essayer de les lister ici dans l'ordre de leur parution.

Bonne lecture, et n'hésitez pas à me laisser vos avis !

Champi à tout vent

David B. - Edgar .P. JACOBS - Bob de MOOR - Benoît PEETERS - François SCHUITEN - René GOSCINNY - Astérix - Manu LARCENET - HERMANN - Robert CRUMB - Osamu TEZUKA  - Jean-Pierre GIBRAT -





Contacts

2 décembre 2010 4 02 /12 /décembre /2010 09:41

All my friends are deadUne nouvelle petite perle d'humour découverte, comme il se doit, sur les étals de Contrebandes : All my friends are dead.

 

Humour et non-sens au rendez-vous, des dinosaures aux tables de salon en passant par les pirates - si, si, il y a un fil conducteur entre tout cela !! - servis par Avery MONSEN et Jory JOHN, qui se disent "friends. And neither is dead. Yet."

 

A lire au millième degré, et à lire en ligne ici ! Que demander de plus ?

 

Un tome deux, peut-être, car ce petit bouquin qui ne paie pas de mine se lit à la vitesse d'un éclat de rire...

 

Champilare.

Repost 0
1 décembre 2010 3 01 /12 /décembre /2010 20:57

Mont Olympe

 

 

"Au plus élevé trône du monde, si ne nous sommes assis que sur notre cul."

 

 

MONTAIGNE, Les Essais.

Repost 0
30 novembre 2010 2 30 /11 /novembre /2010 06:40

La position du tireur couché - CouvertureIl me semble que Jacques TARDI fait partie de ces Grands Anciens qui distillent les albums avec une telle régularité et une telle maestria qu'on finirait presque par ne plus les remarquer, malgré les grandes campagnes publicitaires et les tonitruantes pré-publications dont ils bénéficient.

Pourtant, une telle longévité et un tel succès ne s'expliquent bien souvent que par un immense talent à la fois profondément établi et en perpétuelle réaffirmation.

C'est le cas du grand Jacques qui, avec la Position du tireur couché, nous livre un de ces noirs bijoux dont il a souvent émaillé sa production hétéroclite.

 

Entrée en matière dans le vif - plus pour très longtemps - du sujet : une camionnette, une rue la nuit, un couple qui marche, un coup de feu étouffé, des cris, un nouveau coup de feu, puis le silence. Le froid et implacable ballet de la mort tarifée s'invite dès les deux premières pages, avec une efficacité et une organisation presque chorégraphiques.

Martin Terrier, dit "Monsieur Christian", dans le milieu, pense en avoir fini de sa parenthèse violente avec ce dernier meurtre. Il n'aspire plus qu'à se mettre au vert, si possible auprès de sa blonde.

Mais Martin semble avoir oublié que la vie n'est jamais simple, surtout pas quand on fréquente les organisations criminelles, et encore quand on est con - ce que bon nombre de gens n'ont de cesse de lui rappeler au fil des pages.

 

Le retour au village d'antan ne se fait donc pas sans heurts : ses anciens employeurs n'entendent pas le laisser filer aussi facilement, la famille d'anciennes victimes est sur ses traces, et ses amis et amour d'autrefois ont suivi des voies qu'il n'attendait pas...

Le repos auquel aspirait ce "tireur couché" risque surtout de s'apparenter à une sortie les deux pieds devant...

 

Pour la troisième fois, TARDI vient fleurter avec l'univers du romancier  Jean-Patrick MANCHETTE. Après Griffu, une collaboration, puis Le Petit Bleu de la côte ouest, une adaptation, La position... en est une autre (en attendant celle de Nada, autre roman de MANCHETTE sur lequel TARDI travaille actuellement, et dont la couverture est glissée, en hommage, dans certaines cases de La position...). TARDI a toujours aimé côtoyer la littérature (souvenons-nous de ses illustrations de trois romans de L-F CELINE), et encore plus le polar (souvenons-nous des Nestor Burma). S'il reconnaît qu' "(il est) venu à l'adaptation de romans parce qu'à l'époque (il) trouvai(t) les scénaristes de bande dessinée un peu faiblards"*, il reconnaît que "les romans de Manchette deviennent intéressants car on regarde les années 70 comme auparavant les années 50"* : avec un besoin de documentation.

 

Graphiquement, on retrouve en effet le TARDI historien qui se promène entre toutes les époques parisiennes depuis des décennies : décors, vêtements, véhicules, unes de journaux... Tout est réuni pour ancrer le récit dans une réalité d'autant plus prégnante que l'actualité politique dessine la toile de fond de La position... Martien Terrier se retrouvant au centre de rouages qui le dépassent largement.

Entre village et capitale, TARDI campe, avec son inimitable trait, des personnages massifs et hiératiques qui grincent un drame inéluctable où le blanc faussement domine. Car le roman noir porte bien son nom bien que maculé de rouge sang : les moindres détails ancrent le récit dans la boue du réel, et la violence presque ordinaire rappelle combien la vie est dure.

 

Etrange destin que celui de ce "tireur" qui, en quelques jours, revisite les dix dernières années de sa vie, faisant bien malgré lui le sordide bilan de sa vacuité, et quelque part de l'incapacité à s'éloigner des sentiers tortueux tracés par le destin. Est-ce le roman, qui est noir, ou juste la vie, en fait ?

 

Champimages à bout portant. 

 

*Extraits d'une interview fournie dans le dossier de presse

 

La position du tireur couché - Extrait

Repost 0
22 novembre 2010 1 22 /11 /novembre /2010 21:26

Les  Varois pour la Paix et la Justice en Méditerranée organisent une nouvelle fois les

 

RENCONTRES RIVES SUD

SAMEDI 27 NOVEMBRE 2010

Salle Couros (à la Valette)

A partir de 15h

 

Stands d'associations, expo photo (La Tunisie autrement), marché palestien (huile d'olive, savon, céramiques)

 

16h : Tunisie, au-delà de la carte postale

Projection d'un documentaire suivi d'un débat pulic avec Vincent GEISSER, chercheur à l'Institut de Recherches et d'Etudes sur le Monde Arabe et Musulman (affilié au CNRS).

 

19h30 : Buffet oriental

5€, réservation au 06 73 34 35 66 ou à denis-ecrins@wanadoo.fr

 

Rencontres Rives Sud 2010

Repost 0
20 novembre 2010 6 20 /11 /novembre /2010 06:53

DMZ T1 - CouvertureCela faisait un moment que DMZ me faisait de l'oeil, insidieusement, me tentant d'un "lis-moi" rappelant les plus belles étiquettes des bouteilles et gâteaux d'Alice au pays des merveilles.

 

Il m'aura toutefois fallu l'impulsion de  K-BD pour franchir le pas - rien ne vaut parfois une certaine forme de contrainte en guise de motivation pour faire ce que l'on avait jusque-là patiemment et méthodiquement repoussé !

 

Plongeons ensemble au coeur de Manhattan...

Notre hélico, affrété par l'armée, se faufile avec prudence entre les quelques gratte-ciel encore debout.

Le sol, jonché de ferraille, de détritus, de gravas, de corps, parfois, évoque une inquiétante jungle urbaine.

Méfiance et prudence étaient justifiées, mais trop tard...

La roquette va bien trop vite... et l'appareil s'écrase avec fracas.

Exit le brillant lauréat du Pulitzer censé effectuer une série de reportages pour la chaîne Liberty News.

Exit les militaires surarmés et surentraînés issus des rangs de l'armée étasunienne.

Ne reste que le pauve Matty Roth, insignifiant stagiaire que le destin - ou la chance, ou le hasard, ou un effet scénaristique - place au coeur de la DMZ... Cette DeMilitarizedZone qui sert de tampon entre deux nations en guerre...

 

A l'Est, les forces régulières de l'Armée étasunienne, donc.

A l'Ouest, du nouveau : les Etats libres.

Car une nouvelle guerre de Sécession a lieu, depuis cinq ans. Guerre atroce et fratricide - forcément - qui a fait de Manhattan son terrain de mort. Le nouveau cessez-le-feu semblait tenir bon, et l'info semblait enfin pouvoir se creuser un passage entre les bombes et les fusillades.

Mais non...

A moins que le stagiaire, encore maigrement relié à la civilisation, et disposant de matériel lui permettant de capter sons et images inédits, ne se décide à plonger au coeur du chaos pour en faire jaillir la vérité.

Que ce soit par conviction ou pour les jolis yeux de Zee, l'hirsute médecin qui lui sauve la vie, Matty Roth reste.

Pour faire taire les rumeurs qui vont bon train sur ce no man's land où errent et survivent encore plusieurs centaines de milliers de personnes.

Pour mettre en images les horreurs d'une guerre qui, comme toujours, frappe aveuglément et sans retenue.

Pour montrer les espoirs, les abominations, les folies qui germent et grouillent sur cette immense friche urbaine qu'est devenu Manhattan.

 

"Il n'y a que dalle de sécurité dans cette ville, à part ce que les gens du coin ont mis sur pied. Les règles changent d'un bloc à l'autre, d'un quartier à l'autre. Ne sois sûr de rien. Car tout ce que tu as entendu est vrai."

 

Seul rempart contre le chaos : le badge de journaliste que Matty arbore ostensiblement. Véritable gilet pare-balle, il lui offre également, peu à peu, la confiance de tous les meurtris qui voient en lui une possible issue.

La vérité pourrait-elle faire taire les armes ?

 

 Brian WOOD a fait de Manhattan un immense terrain de jeu scénaristique. Il s'en donne à coeur joie pour imaginer les pires ou les plus inattendues évolutions de chaque quartier, de la plus totale désolation à l'espoir le plus inespéré. Moteur de ces errances : l'humain, toujours plus fort ou plus fou qu'on ne le croit, repoussant toujours plus loin les limites des possibilités et de la santé mentale. Il arrose tout cela d'une forte dose de cynisme et de critique politique, médias et armée jouant un désolant pas de deux. Propagande et violence aveugle se disputent cette DMZ, creuset de tous les travers d'une société au bord de la rupture.

 

 Riccardo BURCHIELLI met au service de cette histoire une trait classique et efficace qui fait la part belle aux paysages apocalyptiques et aux personnages atypiques : gueules ravagées par la guerre ou par un caractère bien trempé, les personnes que Matty croisent portent dans leur chair les marques de ce conflit terrible pour les corps et les esprits. BURCHIELLI sait mettre en scène l'horreur sans complaisance ni voyeurisme, et orchestre la violence avec une effrayante rigueur. Lorsque le jeune photographe prend un peu de distance, à travers ses photos, le trait se fait plus charbonneux, plus flou, renforçant le trouble qui nous gagne au fur et à mesure que se dévoilent les horreurs de cette guerre intérieure.

 

Certes, le dessin est parfois maladroit ou chancelant. Certes, certaines situations manquent un peu d'intérêt ou d'intensité. Mais DMZ reste du comics bien trempé. Les dialogues n'y sont pas aussi fulgurants que dans  Transmetropolitan, et Matty Roth est bien plus effacé que Spider Jerusalem - difficile d'en être autrement !! -, mais DMZ offre une intéressante vision du journalisme de terrain, avec les dangers que cela comporte, mais aussi les portes que cela permet d'ouvrir.

Plonger au coeur du chaos pour y découvrir vérité et humanité.

Inquiétant mais peut-être incontournable programme.

 

Mettre la guerre en images pour mettre fin à la guerre ?

Ou simplement montrer que l'humain s'adapte à tout, pour le meilleur comme pour le pire ?

 

Champimages choc

 

 

DMZ T1 - Extrait

Repost 0
20 novembre 2010 6 20 /11 /novembre /2010 06:15

Raging BullesOn continue sans perdre le rythme.

 

Après deux premières brillantes éditions, voici le troisième volet du  Raging Bulles toulonnais.

 

Au programme, comme toujorus - on ne change pas une recette qui gagne ! - des critiques croisées autour de six albums sortis récemment - voire très très récemment !!

 

Cette fois-ci, notre réunion se tiendra au bar de caractère

 

 

L'Arbre à Bulles

(en face des Halles)

Jeudi 25 novembre 2010

A partir de 19h

 

La sélection du mois :

 

Gilles GONORD, Bernard OLIVIE & Gilles ARIS - Les enfants de Mandalay - Ed. Ankama

 

Benoît FREBOURG - Jean-Loup - Ed. Delcourt

Stéphane MIQUEL & Loïc GODART- Le joueur - Ed. Soleil - Coll. Noctambule


Joseph SAFIEDDINE & Tom - Le monstre - Ed. Manolo Sanctis

 

Fabien NURY & Thierry ROBIN - La mort de Staline T1 - Ed. Dargaud

Jean-Patrick MANCHETTE & Jacques TARDI - La position du tireur couché - Ed. Futuropolis

 

De quoi se faire une bonne idée de quelques nouveautés très diverses !

 

 

Champimages sur un ring.

Repost 0
20 novembre 2010 6 20 /11 /novembre /2010 06:10

equinoxe-logo-web-.jpgJe sais que je ne vous donne pas souvent des nouvelles de notre petite mais dynamique association de BD, Equinoxe - et je me rends bien compte que, ces derniers temps, je donne peu de nouvelles dans l'absolu ! J'espère que vous ne m'en tiendrez pas rigueur et que vous continuerez de passer un peu de temps dans cette Tanière...

 

Un petit mot toutefois pour vous dire que, si vous souhaitez nous croiser, et pourquoi pas vous initier à la Bande Dessinée, nous serons au

 

Salon du Livre de Toulon

Samedi 20 novembre 2010

De 10h à 19h

(avec une petite pause pour manger quand même !!)

Il se déroule sous le grand chapiteau installé Place d'Armes.

 

Comme toujours, nous y animerons des ateliers pour tous les âges et pour tous les goûts : reconstitution de planche, suite d'histoire, recréation de dialogues, réalisation d'histoires courtes ...

 

Si vous êtes dans les parages, c'est l'occasion de venir faire un coucou !

 

Champi dans les livres.

Repost 0
18 novembre 2010 4 18 /11 /novembre /2010 22:52

18 nov 10 - Villa Noailles 3

Repost 0
14 novembre 2010 7 14 /11 /novembre /2010 08:44

29 oct 10 - Moustiers 21

Repost 0
5 novembre 2010 5 05 /11 /novembre /2010 23:47

2 nov 10 - Feuille de rosée 2

Repost 0