Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La Tanière du Champi
  • : La Tanière du Champi se veut un lieu où l'on se sent bien pour lire (surtout des BD !), discuter, jouer... Au gré des humeurs, lectures, heures de jeu, j'essaierai de vous faire découvrir tout ce qui se cache sur les étagères poussiéreuses de ce petit mo
  • Contact

Cases dans le vent

Vous n'êtes pas sans savoir que, depuis quelques mois, je rédige des biographies d'auteurs de BD pour des l'encyclopédie en ligne des Editions Larousse.

Afin de vous permettre de retrouver plus rapidement l'ensemble de mes contributions, je vais essayer de les lister ici dans l'ordre de leur parution.

Bonne lecture, et n'hésitez pas à me laisser vos avis !

Champi à tout vent

David B. - Edgar .P. JACOBS - Bob de MOOR - Benoît PEETERS - François SCHUITEN - René GOSCINNY - Astérix - Manu LARCENET - HERMANN - Robert CRUMB - Osamu TEZUKA  - Jean-Pierre GIBRAT -





Contacts

21 novembre 2016 1 21 /11 /novembre /2016 20:06

MADEMOISELLE MAUD

Que faites-vous donc, Monsieur Laurent ?

 

MONSIEUR LAURENT

Vous voyez bien : je cloue un bébé à ma porte.

 

MADEMOISELLE MAUD

Essayez de ne pas lui faire trop de mal...

 

Roland TOPOR au meilleur de sa forme grâce aux éditions du Wombat !

Repost 0
4 septembre 2016 7 04 /09 /septembre /2016 11:58
La Salamandre

""Mais qu'est-ce que tu peux bien faire là" je lui ai demandé.

Et alors, je me suis souvenu..."

Il court, il court, ce petit encravaté à lunettes, il court, il court sans prendre le temps de s'arrêter sur les gens et le temps qui passent.

Il suffit pourtant d'un détail tacheté, d'une petite forme noir et or pour que sa vie passe soudain à rebrousse-temps : le brouhaha et la course folle se suspendent aux lueurs humides de la peau brillante de la salamandre qui leur barre la route.

"Je me suis souvenu de tous ces trésors minuscules que je trouvais pendant mes balades."

Coquilles, branches, feuilles, cailloux, petits objets rouillés, étranges ou tordus.

Des collections et des collections patiemment alignées sur des cahiers d'écolier.

"Où sont-ils passés tous ces trésors ?"

Envolés avec le temps, l'enfance, emportés par les responsabilités, le travail, la vie de grand, le brouhaha, la course.

"Et ce magasin étrange. [...] Comment il s'appelait, ce magasin ?"

Et ses amis, et ses amours, le tout sans emmerdes, alors...

Magie du petit animal couleur sorcellerie, le temps et les souvenirs reviennent, les mots, les images.

Un autre monde caché derrière celui du bruit.

Un monde fait de rêves, d'aventures, de découvertes quotidiennes et de petits émerveillements.

Un cabinet de curiosités à ciel ouvert, disparu sous les nuages des échappements et les dossiers à remplir.

"Et je parie que vous connaissez la formule magique pour voler au-dessus des villes."

Christian VOLTZ, lui, la connaît.

La formule pour voler par-dessus les livres et les vies.

Par ses accumulations et ses montages de petits objets collectés dans la malle aux trésors du monde.

Et alors je me suis souvenu...

La Salamandre
Repost 0
21 août 2016 7 21 /08 /août /2016 10:43

Retrouvé dans les pages d'un magazine Pilote des années 70...

D'une brûlante actualité
Repost 0
10 août 2016 3 10 /08 /août /2016 22:39
Trois petits pois*

"deux petits pois vont prendre l'air"

Pas de majuscule dans ce micro-monde ni de point car les pois suffisent.

Petits, ronds et verts, ils se laissent aller ici et là, en haut, en bas, jusqu'à mettre les... formes ? en terre hostile. Douces feuilles et souriants vers de terre laissent place aux plantes carnivores, rongeurs affamés et mante religieuse bien peu avenante. Que de péripéties jusqu'au pois final !

Si l'histoire de trois petits pois est simple et toute en douceur, sa technique l'est beaucoup moins (simple) : Marine RIVOAL a dû jouer de la plaque métallique, du scotch et de l'acide pour obtenir les transparences souhaitées. Un art millimétré pour un résultat époustouflant de motifs, de nuances et de grains.

Laissant glisser nos doigts sur le papier, on en vient presque à ressentir les aspérités des reliefs.

Un livre à lire et relire pour en saisir tous les détails et la subtilité.

Du grand art.

Champimages au pois.

Trois petits pois*
Trois petits pois*
Trois petits pois*
Repost 0
10 août 2016 3 10 /08 /août /2016 22:18
ABC3D*

Marion BATAILLE observe chiffres, lettres, formes et couleurs depuis des années.

Devenue familière de ce monde qui ne nous l'est pas tant que ça, elle nous offre avec son ABC3D un nouveau regard sur ces 26 lettres que nous pensons si bien connaître.

Jouant des rythmes colorés et plastiques, elle combine, compose, cherche les échos et les "points communs" et les exploite en un ballet scandé par le va-et-vient des languettes animées par notre mouvement des pages.

Du A monumental au Z aux airs de N, elle unit les voisines (C et D, E et F, X et Y...), érige certains monuments (L, M, T...), anime le figé (B, K...) et, de page en page, nous rappelle que ces lettres qui peuplent nos livres, nos affiches, nos écrans, sont aussi des formes belles et réinventables à l'infini.

Un véritable jeu de lettres aussi virtuose (la technique est parfaite !) que poétique.

Un livre pour enfant ? Ben ils en ont bien de la chance, alors, ces enfants !

Champi en toutes lettres.

ABC3D*
ABC3D*
Repost 0
6 août 2016 6 06 /08 /août /2016 11:32

La bague.

Une fois apparue la bague dans le cerveau du brochet Hugues, une fois son arrondi peaufiné en dessin, une fois l'or fondu coulé dans un mini-moule circulaire, une fois l'anneau refroidi sous un banc de corail et serti de paille de diamant, il ne resta qu'à inventer les doigts, et pour ça les mains, et pour ça les humains. Cela prit un peu de temps.

François BEGAUDEAU, L'invention du jeu et autres inventions

L'invention du jeu et autres inventions
Repost 0
20 février 2016 6 20 /02 /février /2016 08:44

Le grand Umberto ECO a tiré sa révérence hier.

Petit clin d'oeil d'entre les cases, dans les pages de Cybersix, de Carlos TRILLO et Carlos MEGLIA.

Ne nous reste plus qu'à lire, encore et encore...

Chapeau, Umberto !
Repost 0
6 novembre 2014 4 06 /11 /novembre /2014 18:44
L'ivresse du kangourou et autres histoires du bush*

"A ce stade, Les ne gênait personne à Walgett, et si Benny voulait entretenir un relation singulière avec un kangourou, ça ne regardait que lui. Personne n'allait s'y opposer.

Mon père et moi étions devenus bons amis avec Benny et nous l'aidions souvent à attraper son animal et à le ramener chez lui. C'était une activité palpitante qui me procurait un grand plaisir, surtout que le kangourou ne frappait jamais personne d'autre que Benny."

"Quand nous avons laissé Benny, il avait enveloppé Les dans une couverture et lui appliquait des compresses humides sur le front, si tant est que les kangourous aient une front."

"Je me faisais donc étrangler et noyer en même temps, après avoir été à moitié assommé. Tout cela au nom du sauvetage en mer."

Kenneth COOK

Repost 0
4 juin 2014 3 04 /06 /juin /2014 20:47
Mémoire Tampon

Objet profondément rattaché à l'enfance (qui ne s'est jamais badigeonné avec plaisir les mains de l'encre noire ou bleue qui faisait naître par magie des formes sur nos feuilles volantes et cahiers d'écoliers ?), le tampon occupe une place de choix dans la création artiste contemporaine.

Popularisée par Vincent SARDON, grand Tampographe s'il en est, cette petite imprimerie se prête à tous les désirs et tous les délires de ceux qui la façonnent : mots, images et entre-deux se multiplient à l'envie et tapissent le moindre espace vide.

En utilisant des pochoirs et surtout une infinie patience - et tout autant de précision - Gianpalo PAGNI - que j'avais découvert sans le savoir dans Le Tigre - a composé, dans Mémoire Tampon, une collection de formes plus ou moins abstraites, plus ou moins narratives, pour faire écho aux souvenirs d'élèves avec lesquels il a mené des ateliers créatifs.

"Je me souviens", écrivait PEREC.

A leur tour les lycéens se souviennent, du plus grave au plus anecdotique, du plus drôle au plus sombre, en courtes phrases gravées dans la matière : "Je me souviens du pull rose fuchsia tricoté par ma grand-mère pour mes six ans", "Je me souviens du regard joyeux de mon frère quand il m'a vu arriver dans sa chambre d'hôpital. J'avais peur qu'il ne me reconnaisse pas...", "I remember that worms used to be my friends".

A ces bouteilles lancée sur la mer du passé répondent - sans que l'on puisse jamais les apparier - des compositions de l'artiste : une foule, une nébuleuse, une route sous un soleil rouge, un cornet de glace, un étrange véhicule, un labyrinthe...

Pas deux pages identiques, peu de formes reprises, une infinité d'agencements simplement hypnotiques ou profondément bavards : que danse ce mur de briques anthropomorphe ? Cette tache rouge va-t-elle m'engloutir ? Pourquoi semer des bulles au vent à l'envers, et surtout comment ?

Autant de non-questions poétiques qui n'attendent pas de réponse mais qui nous guident de page en page sur les voies non balisées de la création : hasard, accidents, expériences imprévues ne se cachent pas et donnent corps presque en direct à l'inspiration du moment, un peu comme si sous nos yeux PAGNI répétait son geste de l'intimité de l'atelier à celle du livre.

Le geste, oui, sans doute le maître-mot de cette mémoire incarnée : nous en guettons le souvenir, à peine figé dans les répétitions, les décalages, les superpositions, les légères failles.

Poésie de l'accident, magie de l'itération, admiration devant le génie et l'ingéniosité.

Je me souviens des tampons de mon enfance et des histoires qu'ils inventaient bien malgré moi.

Il est temps de renouer avec tout ça.

Champimages qui se combinent.

Mémoire Tampon
Mémoire Tampon
Repost 0
3 juin 2014 2 03 /06 /juin /2014 23:36
forêt-wood

Ça sonne comme une évidence, entre écho, répétition et Harraps.

Ça a même un petit air de Robin des Bois caché au fond des... bois, justement.

forêt-wood

forêt-wood

Ça claque comme un ping-pong contre les troncs, et les noms sur la couverture ne manquent pas de le rappeler : Olivier DOUZOU se cogne d'un côté, José PARRONDO se cogne de l'autre, les pics-verts sont de sortie sur la page blanche.

"Il y a deux sortes d'arbres : les hêtres et les non-hêtres", sourit Raymond QUENEAU en préface.

A n'en pas douter, ce livre coloré ne compte que des hêtres parmi ses habitants : baudruchum, culbutus, sylva vartanus... Impossible de perdre son latin dans la forêt dessinée par les deux facétieux botanistes-dessinateurs qui prennent un malin plaisir à inventer(dans les deux sens du terme) pour nous les espèces les plus inattendues, tantôt poétiques tantôt drôles.

Les jeux de mots vont bon train sur cette aire d'arbrissage et les arbres en voient de toutes les couleurs dans cet arbrier (l'herbier des arbres ?) loufoque, décalé, et foncièrement ingénieux.

Des mots (et de leurs jeux !) naissent les troncs, branches et feuillages prêts à composer les forêts les plus improbables :

arbor lemona : arbre à six troncs

bavardus : palarbre

erratum folium inversum : feuille qui porte ses arbres

Chaque nouveau nom est une invitation au voyage (en forêt) et à l'errance (au pays des mots).

Assurément les deux auteurs s'en sont donné à cœur joie pour composer cette sylve colorée : crayons (de bois, bien sûr), pastels gras comme des feuilles gorgées d'eau, plume rare parfois, mais surtout, surtout, des idées à chaque coin de forêt.

Leur plaisir est communicatif, leur art de la science poétique sans limite et, une fois le livre fermé, la bal(l)ade continue tant les nouveaux noms, les nouvelles formes dansent dans nos esprits émoustillés par tant de créativité.

En prime le livre-objet (non, ce n'est pas un gros mot !), comme souvent chez le Rouergue, est de parfaite facture : impeccable pour une prise en main en toute sensualité, entre taille, forme et texture, il génère une exquise bulle d'intimité dont la douceur veloutée n'est pas sans rappeler celle de certaines écorces.

Un livre tout autant beau que malin qui, ne vous fiez pas aux apparences, ne doit pas se cantonner aux étagères estampillées "jeunesse".

Il n'y a pas d'âge pour apprécier la beauté de l'humour poétique.

Champimages qui poussent bien

forêt-wood
forêt-wood
Repost 0