Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La Tanière du Champi
  • : La Tanière du Champi se veut un lieu où l'on se sent bien pour lire (surtout des BD !), discuter, jouer... Au gré des humeurs, lectures, heures de jeu, j'essaierai de vous faire découvrir tout ce qui se cache sur les étagères poussiéreuses de ce petit mo
  • Contact

Cases dans le vent

Vous n'êtes pas sans savoir que, depuis quelques mois, je rédige des biographies d'auteurs de BD pour des l'encyclopédie en ligne des Editions Larousse.

Afin de vous permettre de retrouver plus rapidement l'ensemble de mes contributions, je vais essayer de les lister ici dans l'ordre de leur parution.

Bonne lecture, et n'hésitez pas à me laisser vos avis !

Champi à tout vent

David B. - Edgar .P. JACOBS - Bob de MOOR - Benoît PEETERS - François SCHUITEN - René GOSCINNY - Astérix - Manu LARCENET - HERMANN - Robert CRUMB - Osamu TEZUKA  - Jean-Pierre GIBRAT -





Contacts

6 juillet 2012 5 06 /07 /juillet /2012 17:25

Contes et décomptes - CouvertureAffiché au compteur du dernier Raging Bulles, le dernier Oupus d' Etienne LECROART, Contes et décomptes, était déjà sur mes étagères depuis sa sortie. On est fan ou on ne l'est pas.

 

Membre actif - et même hyper-actif ! - de l'OuBaPo, l'auteur nous propose un décompte - qui est plutôt un compte, d'ailleurs ! - à travers neuf exercices de style, dans la plus pure tradition des Ou-X-Po.

 

La longue et savante - forcément - préface de Jacques ROUBAUD (un OuLiPien de la première heure) remet le tout dans son contexte : les premiers pas de l'OuLiPo, la dimension graphique qui manquait parfois à certaines contraintes appliquées, les nouvelles voies ouvertes par LECROART.

 

Tout pourrait avoir jailli de l'Eodermdrome, dont vous aussi devez parler régulièrement lors des soirées mondaines, pentagone pentagrammatique dont les lettres sommitales E, O, D, R et M ouvrent tout un champ géométrico-poétique (si, si, j'insiste, poétique, même si tout le monde n'est pas de mon avis, ce qui est fort heureux, n'en doutons pas !).

Ne vous jetez par la fenêtre de votre système Windows (ah ah) tout de suite, le petit schéma sur la page reproduite plus bas vous éclaircira.

 

L'Eodermdrome, donc, point de départ d'une contrainte oulipienne basée sur le chemin réalisé sans lever le crayon entre les 5 sommets d'un pentagone. A chaque sommet une lettre, à chaque lettre l'initiale d'un vers, par exemple.

En bon OuBaPien - donc en bon auteur de BD aimant les contraintes au-delà des cases et des pages qui en sont déjà de belles ! - Etienne LECROART propose de disposer à chacun des cinq sommets du pentagone une case de BD et, en suivant le parcours Eodermdromatique, il en fait naître une planche de 11 cases. Une apparaît trois fois, les autres deux (donc je vous laisse faire le calcul (1 x 3) + (2 x 4) = 11), et le tout donne une histoire qui tient la route, et dont l'éventuelle vacuité - fruit de la répétition - est en adéquation avec le thème : le blabla autour de l'art contemporain.

 

Comme tout Ou-X-Pien qui se respecte, LECROART aime les défis, et passe donc à la vitesse supérieur en Eodermdromant à partir d'un hexagone, puis d'un heptagone. Les dévots puis les cuistres, autres spécialistes de la vacuité verbale, en prennent pour leur grade.

 

Longue est la liste des contraintes que l'auteur s'est donné (9, en tout, si vous avez bien suivi, déclinées parfois plusieurs fois).

Certes, je rejoins certains de nos Raging Bulleurs pour dire que certaines contraintes sont davantages textuelles que graphiques, comme le système booléen (Boole et Bill) ou l'adaptation du carré magique (2B²), dont les résultats sont tout de même drôles et virtuoses.

D'autres, au contraire, sont très graphiques, comme le Temps, qui prend en compte les questions de composition, de couleur et de mise en page, ou Compter sur toi, seul véritable décompte du recueil, la chronique d'une disparition qui affecte l'auteur et la forme de son récit.

 

Chapeau bas, enfin, pour les "carrés greco-latins", seule mise en pratique des contraintes transformatrices (quand l'auteur soumet à la contrainte des oeuvres pré-existantes), qui donne un nouveau souffle aux dessins et textes de FRED, PRATT, PEYO, WILLEM, et un romantique inconnu. LECROART rejoint en cela VANDERMEULEN, mais à travers d'albums d'auteurs différents.

 

Que les choses soient claires : Contes et décomptes n'est pas d'une lecture facile. De plus, parfois, il montre les limites du genre, quand la mécanique est un peu trop prégnante. Mais j'avoue que c'est le genre de défi intellectuel qui tient en éveil mes maigres facultés de lecteur : l'exploration de sentiers inexplorés, parfois bien tortueux, il faut le reconnaître, reste un plaisir rare et précieux.

 

Etienne LECROART fait partie de ces auteurs qui ne laissent pas notre cerveau tranquille. Remercions-le ! Et si, parfois, la froide mécanique relègue un peu l'âme au second plan, elle sait aussi faire naître la poésie avec une touchante et renouvelée fraîcheur.

 

Champimages qui comptent (bis !)

 

Contes et décomptes - Extrait 1

Repost 0
6 juin 2012 3 06 /06 /juin /2012 07:52

Ric Remix - Couverture"1. Au sens large du terme, le détournement est une remise en jeu globale.


2. Les deux lois fondamentales du détournement sont la perte d'importance, allant jusqu'à la  déperdition de son sens premier, de chaque élément autonome détourné ; et en même temps l'organisation d'un autre ensemble signifiant qui confère à chaque nouvel élément sa nouvelle portée.

 

3. Le détournement est un jeu dû à sa capacité à la dévalorisation. Tous les éléments du passé culturel doivent être réinvestis ou disparaître."

 

Entrée en matière bien radicale pour Ric Remix, orchestré par DJ VANDERMEULEN, comme indiqué sur la couverture. Du passé faire table neuve ou table rase.

Le passé culturel pris ici pour cible est l'ensemble des albums de Ric Hochet, célèbre héros franco-belge qui a enchaîné entre 1963 et 1998 près de soixante aventures.

Héros assez conventionnel vivant des aventures plutôt classiques - dans mon souvenir en tout cas - le détective constituait une cible de choix pour les détourneurs.

 

"Les rires de TIBET à la lecture de ce projet m'accompagnent encore ; ce livre lui est dédié. (...)

Je remercie également mon ami Philippe MALEMPRE, qui fut le premier à mesurer tout le potentiel comico-violent de la série Ric Hochet."

 

Voilà donc le coeur du sujet : plonger au sein de tous les albums de TIBET et DUCHÂTEAU pour en offrir une relecture globale et transversale, à travers une sélection d'images choisies en fonction de certains critères.

Procédé nommé "réduction" par Thierry GROENSTEEN dans OuBaPo OuPus 1.

La réduction peut être mécanique (ne retenir qu'une case sur 5, par exemple) ou raisonnée, ce qui est ici le cas : David VANDERMEULEN a retenu les grands thèmes récurrents de la série Ric Hochet et les a compilés pour en faire un nouvel album.

 

Le retour à la maison - La douche -  Les coups à la porte - Les coups au visage - Les chutes - Les noyades...

La liste est longue, et le nombre de cases entrant dans chaque catégorie aussi, preuve que les deux auteurs n'ont jamais ménagé leur héros.

Et la répétition, loin d'être ennuyeuse, est en effet très drôle : pas de répit pour Ric Hochet, qui encaisse preque sans broncher avalanche de coups, de chutes, d'explosions, et de tout ce qui peut se rapprocher de près ou de loin d'une commotion (peu de sang en revanche : la série reste grand public de bout en bout).

 

Mouvements, onomatopées, regards sur-expressifs : la relecture de VANDERMEULEN met en avant toute la panoplie des codes déployés dans la BD d'action.

 

Faudrait-il y voir une volonté de railler un genre qui pourrait aujourd'hui passer pour désuet et usé ?

Assurément pas, comme l'auteur l'indique dans la courte préface, et surtout comme il l'évoque à travers les couvertures et les têtes de chapitres, où les deux figures emblématiques du Pop'Art, Roy LICHTENSTEIN et Andy WARHOL sont convoquées : cases surdimensionnées, trames évidentes, série et répétition...

Le ton est donné : à l'instar des deux artistes étasuniens, David VANDERMEULEN, en relisant, démontant et remontant la série Ric Hochet, en a certes offert une relecture critique, mais lui a surtout insufflé un rythme et un humour lui apportant une seconde jeunesse.

Pas étonnant que les deux auteurs originels aient accueilli avec enthousiasme ce projet.

Pas étonnant non plus que le Lombard, éditeur historique des aventures du détective à la veste blanche, ait accepté d'éditer Ric Remix (et sans doute pas uniquement pour des questions de droit).

 

Tout en montrant son attachement à un personnage et aux mille et une manière dont il a été malmené par ses auteurs, VANDERMEULEN nous propose aussi, par la sériation et la répétition, une réflexion sur la bande dessinée, art de la répétition et du système s'il en est.

Objectif doublement rempli, donc.

 

Dans OuBaPo OuPus 1, Gilles CIMENT s'était livré au même exercice sur l'album Les Cigares du Pharaon. Il serait intéressant de voir ce que pourrait donner le procédé appliqué à l'ensemble de la série Tintin.

Mais pas sûr qu'éditeur et surtout ayant-droits fassent montre du même enthousiasme pour un tel projet.

Dommage.

Car cela permettrait d'offrir au public une relecture autrement plus riche que celle proposée par SPIELBERG l'an dernier.

 

ChampiBaPo

(j'en profite d'ailleurs pour créer une nouvelle rubrique sur le sujet).

 

Ric Remix - Extrait

Repost 0